Transat Jacques Vabre. Sam Goodchild et Aymeric Chappellier complètent le podium en Ocean Fifty

FORT DE FRANCE, MARTINIQUE - NOVEMBER 23 : Ocean Fifty Leyton, skippers Sam Goodchild and Aymeric Chappellier, is taking third place of her category in the Transat Jacques Vabre in Fort de France, Martinique, on November 23, 2021. (Photo by Jean-Marie Liot / Alea)

Sam Goodchild et Aymeric Chappellier terminent en troisième position de la catégorie Ocean Fifty. Leyton aura mis 15 jours 17 heures 15 minutes et 43 secondes pour parcourir les 5 800 milles théoriques depuis Le Havre à la vitesse moyenne de 15,24 nœuds, mais il a réellement parcouru 6680,21 milles à 17,71 nœuds. Son écart au premier, Primonial, est de 3 heures 48 minutes et 29 secondes.

Premiers mots de Sam Goodchild : “Nous sommes moins fatigués qu’il y a quelques jours. Après le passage de Fernando de Noronha, nous avons fait des empannages pendant deux jours le long des côtes brésiliennes pour tenter de rattraper les autres. Nous avons trouvé un bon trou de souris pour passer le Pot-au-noir, ce qui nous a permis d’avoir un meilleur angle par rapport aux autres, ça nous a ramené dans le match. C’était notre première transat sur ce support, ce n’est pas du tout le même exercice. Ce sont des bateaux extraordinaires qui peuvent aller très vite, donc il faut faire attention. Nous avons appris énormément de choses.« 

Aymeric Chappellier : « Nous savions d’entrée de jeu que tous les bateaux pouvaient gagner, nous avons bien vu sur l’eau qu’il y a eu pas mal de changements, donc une troisième place se savoure ! C’était très intenses avec tous les empannages, nous avons tout donné ! Nous savourons, tous les bateaux pouvaient gagner, il y a eu beaucoup de changements. Sur cette transat, je retiens qu’il fallait être lucide et très bon d’entrée de jeu. Les écarts se sont creusés rapidement et les deux ou trois milles perdus à Cherbourg nous ont coûté très cher. Nous sommes passés par tous nos états, de la peur, de la crainte, de la joie et celle de savoir revenir après dans le Pot-au-noir grâce à une bonne lecture de la zone de Marcel Van Triest, notre routeur.

Le résumé de la course de Leyton :

Cette course était leur première Transat Jacques Vabre en Ocean Fifty, et ce fut une réussite. Le tandem Sam Goodchild / Aymeric Chappellier n’a pas cessé d’avancer sur les talons de ses concurrents de devant, Primonial, Koesio et Solidaires en Peloton – ARSEP, suivant alors le rythme imposé par cette flotte décrite comme homogène. Jamais très loin, mais jamais aux avant-postes, le duo ne s’éloigna pas suffisamment de la tête de flotte. A partir du 12 novembre, alors qu’ils approchaient des îles Canaries, ils se livrèrent à un duel avec Les P’tits Doudous ; une bataille à coups d’empannages qui dura jusqu’au passage du Pot-au-Noir. Une option de passage plus est de la zone de converge intertropicale a alors permis à Leyton de rattraper la tête de flotte et de contourner la marque de parcours de Fernando de Noronha en deuxième position. Une place que les deux marins se disputèrent pendant cinq jours jusqu’à la ligne d’arrivée de Fort-de-France. Cette performance et cette course pleine de rebondissements pour le duo franco-britannique démontre que cette année, la course en Ocean Fifty était de très haut niveau.

Les chiffres de leur course :

  • Arrivée à 1 heure 42 minutes et 43 secondes en Martinique, soit 6 heures 42 minutes et 43 secondes en heure métropolitaine
  • Transat Jacques Vabre bouclée en 15 jours 17 heures 15 minutes et 43 secondes
  • Leyton a parcouru les 5800 milles du parcours théorique à la vitesse moyenne de 15,24 nœuds.
  • Sam Goodchild et Aymeric Chappellier auront en réalité parcouru sur l’eau 6680,21 milles à la vitesse moyenne réelle de 17,71 nœuds.
  • Passage du waypoint Fernando de Noronha : le 18 novembre à 7h 10min UTC, 3h 38 minutes après le leader (2ème position)