Transat Jacques Vabre. François Gabart et Tom Laperche : « Ça ressemble à une victoire ! »

Après un magnifique duel avec le maxi Banque Populaire, François Gabart et Tom Laperche sont arrivés deuxième en Ultim, 7 heures 56 minutes après le Maxi Edmond de Rothschild. Le bateau récemment mis à l’eau a montré un très beau potentiel et arrive intact en Martinique.

Encore à plus de 100 milles de la deuxième place à moins de 48 heures de l’arrivée, les deux hommes ont réalisé un véritable exploit pour doubler le trimaran Banque Populaire XI (Armel Le Cléac’h et Kevin Escoffier) et aller s’emparer de la deuxième place, 53 minutes devant leur rival. Des efforts de chaque instant pour grignoter mille après mille et s’emparer de la deuxième marche du podium, à un peu moins de huit heures du Maxi Edmond de Rothschild (Franck Cammas et Charles Caudrelier), vainqueur en 16j1h49’16’’. « Ce qui s’est passé avec Banque Populaire ces 48 dernières heures, c’était génial, s’enthousiasme François Gabart. Ce matin c’était dingue. Je pleurais à la barre tellement c’était beau. On revenait, on grattait des milles, les sensations étaient extraordinaires. Tu voles et tu sens que tu as un potentiel de progrès qui est dingue. »

Ce mardi 23 novembre, à 18 heures 13 minutes et 11 secondes en Martinique (23 heures 13 minutes et 11 secondes, heure métropolitaine), François Gabart et Tom Laperche ont franchi la ligne d’arrivée de la 15ème édition de la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre en deuxième position de la catégorie Ultime. SVR – Lazartigue aura mis 16 jours 9 heures 46 minutes et 11 secondes pour parcourir les 7900 milles théoriques depuis Le Havre à la vitesse moyenne de 20,09 nœuds, mais il a réellement parcouru 9333,08 milles à 23,70 nœuds. Son écart au premier, le Maxi Edmond de Rothschild, est de 7 heures 56 minutes 55 secondes.

François Gabart et Tom Laperche ont animé la flotte Ultime tout au long du parcours. Partis sur cette transatlantique en double avec pour objectifs majeurs d’arriver de l’autre côté ainsi que d’en apprendre davantage sur cette machine encore peu connue du duo au départ, les deux marins ont atteint leurs buts et se sont même offert une belle seconde place décrochée sur le fil.

François Gabart
« Ça ressemble à une victoire. Il y a quelques mois, nous ne savions même pas que nous ferions la course. Nous avons volé une grosse partie du temps. Ce matin c’était dingue, je pleurais à la barre tellement c’était beau. Il y a un beau vainqueur devant, mais derrière nous nous sommes bien battus. Les 48 dernières heures étaient géniales. Je suis très content du bateau, il a un potentiel de progrès énorme. Tout est aligné pour faire de belles choses dans les années qui viennent. C’est sûr que c’était mieux d’être dans ces conditions faciles, propices à ne pas casser. C’est peut-être la dernière course que le Maxi Edmond de Rothschild gagne, je l’espère ! Evidemment ils sont un cran au-dessus aujourd’hui, mais c’est raisonnable de se dire que nous pouvons aller les chercher dès les prochaines courses. »

Tom Laperche
« C’était magique, j’ai vécu un truc incroyable, c’était une super expérience. Quand j’étais gamin, les rêves de course au large que j’avais, c’est ce que j’ai fait là, c’était merveilleux. C’est un moment fort de se dire que nous terminons une belle course. C’est un truc de dingue de mettre un bateau à l’eau le 11 juillet et de faire deuxième d’une transat. J’ai appris que j’aimais vraiment le multicoques et la vitesse. »

© Jean-Marie Liot / Alea

Le résumé de la course de SVR – Lazartigue :
Sur les 16 jours passés en mer, le duo a tenu la cadence imposée par le Maxi Edmond de Rothschild et arrive seulement 8 heures derrière lui. Il aura tiré le meilleur du bateau, tout en essayant de ne pas forcer sur leur monture sortie du chantier seulement trois mois avant le départ. Cette transat a ainsi permis de découvrir et d’apprécier le potentiel prometteur du multicoque bleu.

Malgré un retard de plus de 120 milles sur Banque Populaire XI, sur la remontée vers la marque de parcours São Paulo e São Pedro, SVR – Lazartigue a su recoller, à coups d’empannages et de stratégies fructueuses, à mesure qu’ils évoluaient vers la Martinique. C’est à seulement 70 milles de la ligne d’arrivée, que François Gabart et Tom Laperche ont repris l’avantage sur leurs concurrents, s’emparant ainsi de la seconde place ; une position qu’ils ne lâcheront plus jusqu’à la fin de la course. Un scénario incroyable qui aura tenu le public en haleine jusque dans les derniers instants.

Les chiffres de la course de SVR – Lazartigue :

  • Arrivée à 18 heures 13 minutes et 11 secondes en Martinique (23 heures 13 minutes et 11 secondes, heure métropolitaine)
  • Transat Jacques Vabre bouclée en 16 jours 9 heures 46 minutes et 11 secondes
  • SVR – Lazartigue a parcouru les 7900 milles du parcours théorique à la vitesse moyenne de 20,09 nœuds.
  • François Gabart et Tom Laperche auront en réalité parcouru sur l’eau 9333,08 milles à la vitesse moyenne réelle de 23,70 nœuds.
  • Passage du waypoint Trindade et Martim Vaz en troisième position, le 18 novembre à 6h32 UTC