Transat Jacques Vabre. Banque Populaire 3e en Ultime: « Objectif rempli malgré la frustration de la 3e place »

Banque Populaire XI n’aura pas réussi à maintenir son avance sur les derniers moments de course, mais signe cependant une très belle copie. Le maxi-trimaran bleu et blanc, mis à l’eau il y a seulement sept mois, a réussi à tenir le rythme imposé par ses concurrents tout au long du parcours et arrive moins de 9 heures après le leader. Sept mois après sa mise à l’eau, le Maxi Banque Populaire XI a réussi sa première transatlantique en terminant 3e au classement des Ultimes. Armel Le Cléac’h et Kevin Escoffier ont pu démontrer tout le potentiel du maxi trimaran et contribuer ainsi à son développement, de quoi faire le plein de confiance à un an de la Route du Rhum.

Ce mardi 23 novembre, à 19 heures 6 minutes et 20 secondes en Martinique (mercredi 24, à 0 heure 6 minutes et 20 secondes, heure métropolitaine), Armel Le Cléac’h et Kevin Escoffier ont franchi la ligne d’arrivée de la 15ème édition de la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre en troisième position de la catégorie Ultime. Banque Populaire XI aura mis 16 jours 10 heures 39 minutes et 20 secondes pour parcourir les 7 900 milles théoriques depuis Le Havre à la vitesse moyenne de 20,05 nœuds, mais il a réellement parcouru 9225,53 milles à 23,38 nœuds. Son écart au premier, le Maxi Edmond de Rothschild, est de 8 heures 50 minutes et 4 secondes.

Les images sont toujours majestueuses lorsqu’un revient du large. C’était le cas ce mardi en début de soirée lorsque le Maxi Banque Populaire XI est arrivé dans la baie de Fort-de-France avec un coucher de soleil en toile de fond. Il a franchi la ligne après 16 jours, 10 heures et 39 minutes en mer. À son bord, Armel Le Cléac’h et Kevin Escoffier ont ainsi parcouru 9 225,53 milles entre Le Havre et la Martinique. Et les deux hommes, malgré la répétition des efforts et la fatigue, ne cachaient pas leur satisfaction une fois arrivés sur les pontons.

Kevin : « Je me suis éclaté pendant 16 jours »
Sourire aux lèvres, le visage marqué par des cernes légèrement prononcées, ils sont revenus avec enthousiasme sur leur aventure. « Notre objectif premier, c’était d’arriver en Martinique, rappelle Armel. Nous y parvenons en terminant sur le podium, c’est forcément très positif ». Les deux skippers insistent sur le plaisir qu’ils ont ressenti tout au long du parcours. « Je me suis éclaté pendant 16 jours, apprécie Kevin. L’ambiance était très bonne entre nous et les sensations de glisse comme de vitesse étaient fantastiques ». Venu prêté main forte à Armel, l’ancien responsable du bureau d’études du Team Banque Populaire se remémore « ces levers de soleil à rester sous la casquette et à regarder longuement le bateau voler sous pilote. » À bord, cette traversée de l’Atlantique s’est avérée particulièrement riche en enseignements. « On a eu des conditions variées avec du portant, du et c’était très intéressant pour apprendre sur le bateau », assure Kevin. « En matière d’automatismes, de manœuvres, de réglages, d’empannages, c’était passionnant », poursuit Armel. Les deux hommes ont également pu constater la fiabilité du Maxi Banque Populaire XI. « On n’a pas eu beaucoup à sortir la caisse à outils », souligne Armel.

Armel : « Un bon retour d’expérience pour la suite »

Leur satisfaction démontre de la plus belle des manières le chemin parcouru dans ce projet qui a débuté il y a deux ans et a mobilisé plus de 150 entreprises lors de sa conception. Depuis la mise à l’eau en avril dernier, le Team Banque Populaire s’est employé à engranger des milles et de l’expérience à bord. Tout au long de la Transat Jacques Vabre, le maxi-trimaran a démontré qu’il avait les capacités pour jouer dans la cour des grands. Après avoir résisté à un début de course rendu délicat par le manque de vent, le bateau a trouvé sa vitesse de croisière dans la descente de l’Atlantique. À l’issue de la traversée du Pot-au-Noir, il s’est hissé puis a longtemps conservé la 2e place de la flotte des Ultimes.

Désormais, c’est l’heure de se projeter sur la suite. Armel ne s’en cache pas : « cette transat va nous permettre de faire un bon retour d’expérience avant la saison prochaine ». En ligne de mire, il y a la Route du Rhum en novembre 2022 où il sera seul à bord. « Nous avons déjà une idée précise de notre « job list » pour le chantier de cet hiver. Il faut continuer à fiabiliser les systèmes, à gagner en performance et en maîtrise ». Et le de conclure : « nous sommes partis du Havre à 80% du potentiel du bateau, nous arrivons cette nuit à 90% et l’objectif, c’est d’atteindre les 100% pour la Route du Rhum ».

« Il y a beaucoup de plaisir, d’avoir réussi à ramener ce bateau en Martinique, c’était l’objectif premier, aussi d’avoir fait une belle régate avec Kevin. Une petite frustration sur cette journée, de nous être faits doubler par François et Tom pour la deuxième place. Mais au final beaucoup de positif. Nous sommes super contents du bateau. Nous voyons où est-ce qu’il faut mettre le niveau pour aller chercher la victoire. Nos amis du Maxi Edmond de Rothschild ont été intouchables. Nous avons encore énormément de choses à apprendre sur ce bateau, le faire progresser.« 

Kevin Escoffier « Nous restons compétiteurs, donc oui cette troisième place reste en travers de la gorge. Mais franchement je me suis éclaté pendant 16 jours. J’ai pris beaucoup de plaisir. Le bateau est un bateau récent et compliqué, mais tout a fonctionné. Avec nos séries d’empannages, nous avons passé l’équateur 6 ou 7 mois, nous allons pouvoir mettre ça sur notre CV ! C’était un parcours inédit, c’est réussi à la fois parce que nous arrivons assez groupés avec les Ocean Fifty, et c’était le parcours idéal pour apprendre sur ce bateau-là. Et l’arrivée par la mer, avec le Diamant au coucher de soleil, c’était splendide. Ça nous a réchauffé le coeur même si pour nous c’était compliqué de terminer troisièmes.« 

Le résumé de la course de Banque Populaire XI :
Les premiers jours ne furent pas simples pour le tandem Armel Le Cléac’h – Kevin Escoffier. Après des premières heures de course aux avant-postes, le duo fut relégué en bas de tableau à la suite d’une option de passage dans le golfe de Gascogne peu fructueuse. Mais les deux marins n’ont pas minimisé leurs efforts et ont bataillé pendant deux jours jusqu’à retrouver, à la latitude de Madère, la troisième place. S’en est alors suivie une bataille d’empannages contre Actual Ultim 3, puis un passage de la zone de convergence intertropicale réussi pour le duo qui s’empare alors de la seconde place devant SVR – Lazartigue.

Cependant, François Gabart et Tom Laperche ne se sont jamais éloignés de leur tableau arrière et, à 500 milles de la ligne d’arrivée, alors que les deux équipages rencontraient une zone sans vent, l’écart entre les deux bateaux s’est considérablement réduit. C’est alors à 100 milles de l’arrivée, à l’occasion d’un des derniers empannages, que leurs concurrents parviennent à croiser devant et à s’emparer de la deuxième marche du podium. Un scénario incroyable qui a tenu le public en haleine jusque dans les derniers instants.

Les chiffres de la course de Banque Populaire XI :

  • Arrivée à 19 heures 6 minutes et 20 secondes en Martinique (mercredi 24, à 0 heure 6 minutes et 20 secondes, heure métropolitaine)
  • Transat Jacques Vabre bouclée en 16 jours 10 heures 39 minutes et 20 secondes
  • Banque Populaire XI a parcouru les 7900 milles du parcours théorique à la vitesse moyenne de 20,05 nœuds.
  • Armel Le Cléac’h et Kevin Escoffier auront en réalité parcouru sur l’eau 9225.53 milles à la vitesse moyenne réelle de 23,38 nœuds.
  • Passage du waypoint Trindade et Martim Vaz en deuxième position, le 18 novembre à 2h55 UTC