Les glaces pourraient restreindre les options d´Armel Le Cléac´h

Banque Populaire convoyage New York
DR

Depuis plusieurs semaines, et suite à l’hiver particulièrement rigoureux qui a baigné l’ensemble du continent Nord Américain, les équipes du Maxi Trimaran Solo Banque Populaire VII scrutent avec attention l’évolution des morceaux de banquise qui tardent à se désintégrer dans l’Atlantique Nord, et errent au large de Terre-Neuve. « Le scénario de départ dépend de la situation des glaces », précise Armel le Cléac’h. « Les icebergs sont très présents sur la voie du record. La route directe n’est pour l’instant pas praticable. Reste l’option plus sud, suivie l’an passé par Francis Joyon, et que nous pourrions tenter à notre tour en fonction de l’évolution des dépressions descendues du Labrador. Si notre période d’attente devait se prolonger, avec l’arrivée de l’été, les glaces devraient s’évacuer de la route directe, et nous offrir de nouveau la possibilité de nous élancer sur une trajectoire la plus courte vers le Cap Lizard. L’idée étant comme d’habitude sur ce record, d’aller chercher la bonne dépression au large de Terre-Neuve qui nous accompagnera jusqu’en Angleterre. Naviguer sur un seul bord tout au long de la route, exploit réalisé par Banque Populaire V, est la condition optimum recherchée, garante d’une route la plus efficace possible. Il faut rester en avant de la dépression, dans du vent fort, de l’ordre de 25 à 30 nœuds, majoritairement orienté par le travers du bateau, et par dessus tout, sur une mer la moins agitée possible, car c’est bien la taille et la fréquence des vagues qui nuisent à la très haute vitesse sur ce type de trimaran de l’extrême. »

Armel Le Cléach s’est ainsi donné un créneau d’observation et de quête de ces conditions optimum sur cinq jours pour  déclencher le départ. « Nous allons à partir de cette fin de semaine étudier très précisément avec Marcel van Triest la situation sur l’Atlantique la semaine suivante. Nos prévisions sont précises pour une période d’environ une semaine. Si quelque chose se dessine, on travaillera au quotidien afin de s’assurer que tous les éléments positifs sont réunis sur un laps de cinq jours. »

Objectif Rhum !

C’est aussi avec la Route du Rhum à l’esprit qu’Armel aborde ce nouveau challenge transatlantique ; « Nous nous donnons les mois de juin et juillet pour trouver l’ouverture. Nous ne partirons pas à n’importe quelle condition. L’objectif principal de la saison 2014 est la Route du Rhum. Il nous faut être de retour à Lorient fin juillet pour enchaîner sur la suite du programme, avec un chantier de préparation spécifique à la Route du Rhum. Nous ne nous mettrons pas en retard dans notre préparation. Si d’aventure aucune fenêtre opportune ne s’ouvrait, je partirais en équipage réduit pour une nouvelle transat d’entraînement, très intéressante dans la perspective du Rhum. »