Le bonheur n´est pas dans le près

Doha 2006
DR

« C´est très humide à bord et ça secoue. Les cirés, les bottes et les casques ont remplacé les shorts et les tee-shirts, plus pour la quantité d´embruns que pour la température de l´air. Je suis dans la coque sous le vent et ça secoue d´avant en arrière comme un test pour ceintures de sécurité » », écrivait, hier dans un e-mail, Brian Thompson, skipper de «  »Doha 2006″ ».
Ça secouait à bord de «  »Doha 2006″ », mais l´ambiance était exactement la même sur «  »Geronimo » », comme l´explique Olivier de Kersauson : «  »Les conditions sont dures, fatigantes, tant sur le plan physique que psychologique. Nous traversons un moment de vie inconfortable. La cadence est lourde, le bateau tape, nous ne pouvons pas faire un geste sans nous tenir à quelque chose » ». »