Daedalus à bout de souffle

Tony Bullimore sur Daedalus
DR

Lorsque « Daedalus » » est arrivé au Qatar en début d´année pour prendre le départ de cette course autour du monde, plus d´une personne avait esquissé un léger sourire devant l´audace d´un skipper qui se préparait à défier une flotte de multicoques parmi les plus rapides au monde avec un catamaran d´ancienne génération. C´est vrai, «  »Daedalus » » était une vieille monture avec plus d´un tour du monde sous ses dérives. Quant au skipper, il faisait lui aussi figure de vieux loup de mer avec un grand nombre de milles au compteur.

Tous deux formaient un duo assez incongru aux côtés de «  »Doha 2006″ » ou de «  »Geronimo » ». Malgré une récente remise à neuf, «  »Daedalus » » portait toujours les cicatrices des nombreuses courses au large auxquelles il avait participé.
Lors de la conférence de presse d´avant départ, Tony Bullimore avait souri lorsqu´on lui avait demandé comment il dépenserait la récompense promise en cas de victoire. Son sourire avait quelque chose d´ironique. Mais Bullimore savait que pour gagner une course, il faut d´abord la terminer. Chaque épreuve autour du monde apporte son lot de difficultés et même en naviguant prudemment, en s´accrochant et en évitant les embûches, le skipper anglais savait qu´il avait une chance d´obtenir un bon résultat.

Au final, il a fait mieux, réalisant une superbe course : lui et ses équipiers ont même établi un nouveau temps de référence du cap de Bonne Espérance à l´île Maurice. Sa seconde place sur cette première édition de l´Oryx Quest est largement méritée.

– Classement général : «  »Doha 2006″ » (Brian Thomspon) en 62 jours 21 h 1´ 22´´ (les 25.602 milles à 16,96 nœuds de moyenne); 2. «  »Daedalus » » (Tony Bullimore) en 75 jours, 0 h 20´ 48´´.
Abandons : «  »Geronimo » » (Olivier de Kersauson) et «  »Cheyenne » » (David Scully). »