Ellen à l’équateur, Jean et Vincent aux Kerguelen

Ellen MacArthur - Castorama
Ellen MacArthur - Castorama

L’équateur franchi le 7 décembre à 03h30 HF
«Le vent apparaît puis disparaît tout le temps. C´est toujours un peu frustrant. Tu passes de grand voile et code 0 à 6 noeuds et trois minutes après c´est 20 noeuds et il faut que tu roules très vite les voiles pour ne rien casser. Ce matin, c´est super puisque le vent est là et semble se maintenir ! Je touche du bois, j´espère être sortie du Pot au Noir ! Dans une dizaine d´heures, on va passer l´Equateur et on sera dans l´hémisphère Sud ! » Lundi après-midi, la zone de convergence intertropicale n’a toujours pas fini de mettre les nerfs d’Ellen à rude épreuve. C’est encore l’heure des grandes manœuvres. Mais le jeu en vaut la chandelle, puisque cette nuit, sur les coups des 3h30, Ellen a bien planté les étraves de Castorama en bas… dans l’hémisphère sud. Partis dimanche 28 novembre dernier, il leur aura fallu 8 jours 18 heures 20 minutes et 7 secondes. Le temps de Françis Joyon (9 jours 8 heures 23 minutes) est donc amélioré de 14 heures et 3 minutes.
A titre de comparaison, sur le Vendée Globe cette année, Jean Le Cam est entré dans l´hémisphère sud après 10,5 jours de course, contre 14 jours pour Ellen il y a quatre ans, ou encore 6 jours, 11 heures et 26 minutes pour Olivier de Kersauson et l´équipage de Geronimo sur leur tentative de Trophée Jules Verne l´année dernière…


Le Cam, Riou aux Kerguelen, Laurent à Cape Town
Du côté du Vendée Globe justement, c’est tout au sud, aux pays des latitudes hostiles que les solitaires croisent désormais l’étrave. En approche de l’archipel austral français des Kerguelen et de son plateau de hauts-fonds, les deux leaders, cherchent le meilleur chemin aux détours des îles. A 5 heures ce matin, il semblerait que Vincent Riou (PRB), deuxième à 34 milles de Jean Le Cam (Bonduelle) et décalé de 130 milles dans son nord, choisisse de passer au vent de l’archipel tandis que pour notre leader, son étrave balance. Jean se situe actuellement pile dans l’axe de l’île principale placée à 1 800 milles dans le Sud de La Réunion. Alors contournera-t-il au vent quitte à perdre des milles en se recalant plus nord ou traversera-t-il sous le vent de l’île principale ? Réponse au prochain classement de 11 heures sachant que le vent est actuellement au nord-ouest de 15/20 nœuds. Derrière, les écarts se sont maintenus.
Roland Jourdain (Sill et Veolia) glisse dans un flux de 30 nœuds à 100 milles dans le sud de l’Ile aux Cochons (archipel de Crozet). A noter, le plongeon au sud de Mike Golding (Ecover) qui taquine dorénavant les 49°33’ de latitude. L’Anglais est le plus rapide au pointage de 5h00 et affiche 15,8 nœuds de vitesse moyenne et 379 milles parcourus. Plus de pression mais surtout moins de milles à parcourir sur la route, Mike sait que pour revenir il devra dorénavant tenter le tout pour le tout. Il est ce matin à 718 milles du leader et a repris, comme Sébastien Josse (VMI), environ 30/40 milles sur celui-ci par rapport au classement de 20 heures hier soir. Hervé Laurent (UUDS) est bien arrivé cette nuit à Cape Town. Conrad Humphreys (Hellomoto) pointe ce matin à 18 milles de Simon’s Town, petite bourgade située au fond de Valsbaii (baie située à 70 kilomètres à vol d’oiseau dans le sud de Cape Town) où il va tenter de remplacer son safran droit endommagé. Il pleut actuellement sur la région et le vent est de 20/25 nœuds de sud/sud-est.


LF (Source Offshore Challenges et Vendée Globe)