Vendée Arctique. Charlie Dalin s’échappe

Charlie Dalin sur Apivia mène largement ce matin après avoir été le premier hier à passer la dorsale puis à accélérer. Il devance Jérémie Beyou sur Charal et Thomas Ruyant sur LinkedOut. Une hiérarchie qui rappelle la Bermudes 1000 race. La surprise est du côté de Benjamin Ferré et de Guirec Soudée, les deux bizuths du circuit sur des bateaux à dérives sont dans les cinq premiers du classement devançant Nicolas Lunven, sur Banque Populaire reconnaissant qu’ils avaient particulièrement bien joués. C’est la surprise de ce début de course.

- Publicité -

A 65 milles plus au sud des 5 premiers, le reste de la flotte commence à retrouver du vent. Louis Burton devrait pouvoir recoller devant. Benjamin Dutreux sur son foiler Guyot Environnement qui n’a pas pu réparé sa GV devrait récupérer sa 7e place. Il devance Alan Roura sur Hublot.
La flotte va profiter aujourd’hui d’un vent de sud puis de sud-est de 15 à 20 nœuds. La journée s’annonce rapide. Des empannages sont à prévoir. D’après les routages effectués par la direction de course, Charlie Dalin pourrait atteindre la porte située à l’est de l’Islande demain au petit matin, suivi 4 à 6 heures plus tard par Jérémie Beyou.

Il était temps que la pétole s’arrête. Le vent faible usait les marins, même les plus expérimentés et solides mentalement. “Péter un câble ne change pas les choses. On apprend à garder une psychologie ferme et on fait au mieux pour aller chercher le nouveau vent. On n’a pas le choix”, raconte Giancarlo Pedote (Prysmian Group). Même tonalité du côté de Damien Seguin (Groupe APICIL) : “Je ne suis pas quelqu’un qui m’énerve sur mon bateau, je suis assez zen, mais je déteste la pétole. J’essaye de rester calme même si c’est compliqué nerveusement. Une dépression qui vient de l’ouest va réorganiser le flux et nous permettre de monter assez rapidement vers l’Islande.”

Paris réussi pour Louis Duc et Antoine Cornic ?

Louis Duc (Fives – Lantana Environnement) et Antoine Cornic (EBAC Literie) poursuivent leur stratégie le long des îles britanniques, calés dans une bande de vent d’une cinquantaine de milles de large qui pourrait bien monter avec eux et leur permettre de faire route vers l’Islande sans trop ralentir. Egalement partisan de cette route très à l’est, le Belge Denis Van Weynbergh (Laboratoires de Biarritz) s’est quant à lui recalé dans l’ouest.

Le classement de ce jeudi 7h :

1- Charlie Dalin (APIVIA)

2- Jérémie Beyou (Charal), à 109,9 milles

3- Benjamin Ferré (Monnoyeur – Duo For A Job) à 125,6 milles