Transat Jacques Vabre. Yves Le Blevec et Anthony Marchand sereins à bord d’Actual Ultim 3

Photo Th.Martinez

Yves Le Blevec et Anthony Marchand s’affichent détendus et sereins à quelques jours du départ de la Transat Jacques Vabre pour leur première course en duo à bord d’Actual Ultim .

- Publicité -

« Je fais du sport tous les matins, ensuite je vais au bateau faire des routages, avant les rendez-vous de l’après-midi », explique tout tranquillement Anthony Marchand qui, même s’il est aux portes d’une transat de 7500 milles à bord d’un géant des mers pour la première fois de sa carrière de marin, avance sincèrement qu’il a « zéro stress. Je prends ça comme une régate à la voile. Je vais avoir la pression la veille, ou l’avant-veille. Ce sera une pression de compétiteur, parce que je vais me plonger dans la météo, les routages, les questions tactiques. Mais je n’ai absolument aucune appréhension. J’ai confiance dans le bateau, en l’équipe, en Yves et en moi aussi. »

Même sérénité, habituelle, pour Yves : « ma journée commence par un check global de l’activité de l’équipe… on a atteint le niveau 3 en Google Agenda ! Nous nous étions fixés des échéances de préparation bien précises, de façon à arriver ici libérés de tous les gros dossiers techniques. Cela génère beaucoup de confort. Ça libère du temps et l’esprit pour se consacrer pleinement à la course.»

Un schéma de départ digne d’un record de Trophée Jules Verne !
La course justement… A partir de demain, le duo Actual Ultim va commencer à étudier de près, avec leur routeur Christian Dumard, le contexte météo des premiers jours de course, même si Anthony observe depuis quelques jours déjà d’un œil averti les caprices des hautes et basses pressions qui animent le ciel de l’Atlantique Nord : « Ça bouge pas mal ! En début de semaine, il fallait aller chercher un front très fort avec, ensuite, une panne d’alizé à anticiper à cause d’une petite dépression tropicale…
Les fichiers d’hier m’ont redonné le sourire avec un schéma de départ digne d’un record de Trophée Jules Verne !
»

On se complète très bien
Yves Le Blevec : « On se répartit bien le travail. Anthony prend à sa charge l’aspect sportif : il a rentré tous les roadbooks et tous les éléments liés au parcours. C’est assez chronophage (comme tout, d’ailleurs). Cela me libère énormément pour être plus présent en gestion d’équipe. C’est très précieux. On se complète très bien. »

Entre la force tranquille de l’expérience d’Yves et l’impatience pondérée d’Anthony, le duo Actual Ultim a de quoi appréhender cette longue transat de la meilleure des façons qui soit, à la barre d’un bateau fiabilisé et performant.

Dans le feu de l’action contrôlée : zoom sur le routage

En multicoque, au regard de l’exigence technique et permanente de ces engins aussi volant que parfois volages, les duos ont le droit de s’appuyer sur l’aide extérieure d’un routeur. En course, Yves et Anthony n’ont plus le temps d’étudier en détail les données météo. Son routeur, Christian Dumard, leur proposera une analyse précise de ce qui les attend, heure par heure : force et rotations du vent, état de la mer, les manœuvres à prévoir… avec potentiellement plusieurs scénarios possibles selon la fiabilité des prévisions.

Anthony : « C’est la première fois que je vais courir avec du routage. J’ai hâte de voir comment ça va fonctionner ! Surtout sur les premières 24h : on aura un schéma très précis en tête avec les manœuvres, les changements de voiles. On va suivre ce cadre tout en s’adaptant en permanence… J’adore ! Tu es dans le feu de l’action, dans le feu contrôlé. »

Yves : « Le routage permet d’externaliser des réflexions. Et puis, Christian nous apporte une stabilité extrêmement précieuse. En course, on peut vite partir en speed. Dans ces cas-là, Christian, toujours très calmement, nous remet les choses en perspectives, dans leur contexte. »