Transat Jacques Vabre. Sébastien Audigane avec François Jambou, un duo atypique

Sébastien Audigane, l’homme six fois Cap Hornier, aux 450 000 milles en course autour du monde et sur tous les océans du globe, aborde sa quatrième participation à La Transat Jacques Vabre avec les certitudes mais aussi les interrogations nourries de son immense expérience. Associé au dernier vainqueur de la Mini Transat, le Concarnois François Jambou, il constitue une paire atypique, faite de sagesse et de fougue, d’enthousiasme et de tempérance, qu’uni un profond amour pour le large, la mer, les horizons lointains qui se découvrent en maitrise à bord d’un voilier mené dans les règles de l’art.

Entrepreneurs pour la Planète, leur Mach 40.3 lancé en 2017 a ainsi été préparé « aux petits oignons », optimisé avec sa nouvelle carène et un jeu de voiles taillé pour le parcours, et pour l’envie viscérale des deux hommes d’attaquer crânement. Avec son nouveau parcours cap Verdien à destination de la Martinique, cette Transat Jacques Vabre 2021 semble taillée pour eux, avec de belles et longues phases propices à tirer le meilleur parti d’un bateau en capacité de rivaliser à certaines allures avec la dernière génération de Class40.

« Le scenario idéal pour nous serait une phase de vent fort dès le départ. » Sébastien Audigane annonce la couleur. Celui que Bruno Peyron désignait comme « le meilleur barreur de multicoques au monde » sait aussi y faire à la barre d’un monocoque de 12 ,19m. « Je fais du bateau pour le plaisir de la glisse, pour sentir le voilier réagir à la barre, c’est pourquoi je ne laisse le pilote automatique faire son travail qu’au minimum. » Avec François Jambou, le grand Seb a concocté un plan de voilure adapté aux conditions de portant attendues, quand rivé à sa barre, il saura grappiller vague après vague les « poulièmes » de noeuds qui au contact d’une flotte aussi homogène et performante que celle des Class40, feront en Martinique toute a différence. « Nous avons remplacé notre code zéro par un code 5 de capelage sur bout dehors. Il nous donne grande satisfaction. »

A quelques heures du grand départ dimanche, Seb visualise parfaitement les contours de sa course, revivant son passage aux îles du Cap Vert avec le maxi catamaran Orange lors d’une tentative sur le Trophée Jules Verne. « On connait les phénomènes créés par ces îles proches de l’équateur, avec la conjugaison de leurs sommets et des masses d’air chaud. On y trouve souvent un alizé bien tonique. Ce passage obligé ferme quelque peu le jeu depuis Le Havre. Ce sera une course de placement, où la réactivité aux changements de voiles en fonction des modifications d’angles et de pression sera primordiale. Bien entamer la course, dans une flotte aussi compacte est fondamental. Il faudra rester au contact des meilleurs dès le bord spectacle vers Etretat. Avec François, on part en mode guerrier… »

Ouverture d’une antenne Bretagne – Pays de la Loire pour Entrepreneurs pour la Planète : La participation à la Transat Jacques Vabre coïncide avec l’implantation de l’association Entrepreneurs pour la Planète dans l’ouest de la France et la naissance de sa 4ème antenne Bretagne – Pays de la Loire ce jeudi 4 novembre.