Transat Jacques Vabre. Le Maxi Edmond de Rothschild toujours devant

Photo du bord envoyée par Imoca Initiatives Coeur, skippers Samantha Davies and Nicolas Lunven, pendant la Transat Jacques Vabre 2021, le 15 Novembre 2021. - Initiatives Coeur

Franck Cammas et Charles Caudrelier continuent d’emmener la flotte vers le sud et s’envolent à nouveau. Le passage du pot au noir en ultime a couté cher à SVR-Lazartigue resté englué dans les calmes quand le Maxi Banque Populaire et Actual trouvaient le bon chemin plus à l’Ouest. Ce matin les vitesses sont remontées.

- Publicité -

En Ocean Fifty, Primonial est rentré dans le pot et voit ses concurrents Koesio et Arsep revenir sur lui à toute vitesse. Rien n’est joué. En Imoca, la domination d’Apivia est du passé. Un groupe de 6 bateaux s’est détaché et naviguent de concert au large du Cap Vert chacun cherchant la bonne trajectoire dans un couloir de vent étroit pour faire la différence les prochaines heures.

En Class40, Redman se détache un peu mais Edenred et Banque du Léman ne sont pas loin.


Après neuf jours de course, les premières étraves sont entrées dans l’hémisphère sud. Toujours menés par le Maxi Edmond de Rothschild, les Ultimes retrouvent des vitesses à la hauteur de leurs performances habituelles, alors que les Ocean Fifty ralentissent à mesure de leur entrée dans la zone de convergence intertropicale. Côté monocoques, les flottes se livrent à une véritable bataille. Le suspense est à son comble…

Ultime : dans l’hémisphère Sud
Depuis hier soir, les maxi trimarans sortent de la bataille aux réglages qu’ils menaient dans la Zone de Convergence Intertropicale depuis deux jours. Les quatre Ultimes en tête retrouvent peu à peu des vitesses moyennes plus hautes. C’est le Maxi Edmond de Rothschild qui s’est échappé le premier, après être entré en tête dans le Pot-au-noir avec une avance de près de 300 milles le jour d’avant. Banque Populaire XI, SVR – Lazartigue et Actual Ultim 3 évoluent dans son sillage, avec encore un peu moins de vent. Ces latitudes, synonymes de conditions erratiques, n’ont pas été clémentes avec les duos en tête de la Transat Jacques Vabre. “Nous avons eu un Pot-au-noir difficile qui s’est bien étendu dans la longueur. Nous avons eu un premier nuage compliqué haut en latitude avec un vent qui est passé de l’est à l’ouest pendant 36 heures, puis la journée d’hier a été marquée par l’absence totale de vent. Ça n’était pas simple, nous avons presque perdu beaucoup de terrain sur nos concurrents.” Expliquait François Gabart ce matin. Un passage au Sud qui sonne comme une délivrance pour les équipages qui filent désormais au près direction Fernando de Noronha, marque de parcours à contourner.

Imoca : jeu de marquage
La flotte des 60 pieds continue de glisser vers le sud, et désormais même vers l’ouest. En effet, après une longue descente le long des côtes africaines dans le but d’aller chercher une dépression thermique, le groupe de tête a empanné et commence un long bord de tribord en direction de la porte d’entrée du Pot-au-noir. Les conditions sont plus légères, forçant les duos à sans cesse être concentrés sur les réglages de voiles, de foils, le matossage. Les prochains milles s’annoncent donc encore sportifs à bord ! De plus, la tête de flotte, qui tient encore après plus d’une semaine de course dans 80 milles, s’amuse à un vrai jeu de marquage de gain au fil des empannages. Chacun tente de réduire l’écart latéral pour ainsi réduire les risques de perdre du terrain sur les poursuivants, modifiant alors le classement en permanence !

Ocean Fifty : concours de gain au programme
La flotte des 50 pieds est joueuse. Les sept équipages s’affrontent, à tour de rôle, souvent en duel de vitesse. C’est à leur tour d’aborder le Pot-au-noir et les options ne sont pas aussi tranchées qu’en Ultime. “Nous faisons du plein sud pour aller se positionner par rapport à une ligne tropicale. Nous avons déjà un repère de choses que l’on veut éviter sur la route, donc c’est plutôt déjà orienté.” Expliquait Thibault Vauchel-Camus (Solidaires en Peloton – ARSEP) à la vacation. Primonial conserve sa première place, alors que Koesio et Solidaires en Peloton – ARSEP, dans son tableau arrière, réduisent l’écart. Plus à l’est, CGA – 1001 Sourires et Arkema 4 semblent avoir pris une autre décision en optant pour une route plus directe, mais plus incertaine du fait de l’épaisseur du Pot-au-noir dans cette zone. Si les conditions leur permettent une traversée rapide, cela pourrait à nouveau bousculer l’ordre du classement. En attendant, les nerfs des duos sont à nouveau mis sur le banc de test. “Nous avons le sentiment d’être mal servis, car Primonial file devant alors même que nous suivons une route météo et géographique similaire. C’est aussi ça tout le charme de la voile. Nous avons fait la moitié de la route, il en reste à venir !”.

Class40 : énième ralentissement en vue
Après une très belle négociation du passage des Canaries par le groupe de tête, les 40 pieds voient les milles défiler sous les étraves et glissent le long des côtes. Les empannages continuent de rythmer la course d’une flotte très regroupée et les conditions météorologiques à venir ne feront qu’accentuer la tendance. Les premiers devraient être ralentis alors que les poursuivants continueront de toucher du vent, comme l’expliquait Benoit Hantzberg (Volvo) ce matin. “Les prochains jours s’annoncent plus mous. Il y aura beaucoup d’empannages à faire pour arriver près du Cap Vert. Cela sera similaire à ce que nous avions le long du Portugal. C’est aussi pour cela que nous faisons ces régates, pas forcément que pour les longs bords de vitesse !”

Classement de 8h00
Ultime

  1. Maxi Edmond de Rothschild
  2. Banque Populaire XI
  3. SVR – Lazartigue

Ocean Fifty

  1. Primonial
  2. Koesio
  3. Solidaires en Peloton – ARSEP

Imoca

  1. LinkedOut
  2. Apivia
  3. Charal

Class40

  1. Redman
  2. Banque du Léman
  3. Edenred