Transat Jacques Vabre. Apivia, deuxième en IMOCA, Charlie Dalin : ” Une course intense”

Jean-Louis Carli / Alea

Apivia a franchi la ligne d’arrivée en deuxième position de la 15ème édition de la Transat Jacques Vabre 20 heures 12 minutes et 21 secondes après LInkedOut.

Charlie Dalin : “Les dernières heures ont été un peu à l’image de toute la course, des conditions anormales, atypiques, très peu de vent, sans alizés. Il a fallu s’adapter avec des fichiers météo un peu faux, un peu décalés. Nous sommes heureux d’être là, c’est toujours symbolique une transat, on part de l’hiver en France et on arrive au chaud de l’autre côté de l’Atlantique. C’est vrai que nous partions pour tenter un doublé, il a manqué peut-être deux ou trois ingrédients, un soupçon de réussite, un soupçon de vitesse dans certaines conditions. Mais nous sommes très heureux de cette deuxième place. Il s’est avéré que sur la fin de parcours c’était impossible de revenir. C’était vraiment très intense cette régate à trois bateaux. Une régate au contact avec des bateaux aussi performants et technologiques, c’est génial.

Paul Meilhat ” La course a été très intéressante, hyper intense, beaucoup de manœuvres, beaucoup de contact avec LinkedOut et Charal. Apivia est un bateau très polyvalent, et nous étions dans des conditions très typées. C’était difficile mais nous sommes assez contents de nous. A bord c’était super, nous nous sommes bien entendus, nous avons donné le meilleur de nous-mêmes tout le temps. Thomas et Morgan étaient inspirés, ils ont bien navigué, ils avaient peut-être un bateau plus typé pour ces conditions-là. J’ai l’impression qu’ils étaient en réussite, tout ce qu’ils faisaient marchait. Chacun son tour. Ils méritent leur première place.

Le résumé de la course d’Apivia :
Ils étaient les plus attendus de cette course automnale et ils ont su jouer aux avant-postes tout du long du parcours de la Transat Jacques Vabre. Le duo, fort de deux victoires sur le début de saison Imoca, n’aura pu atteindre la première place du podium cette fois-ci face à une concurrence toujours plus rude. Cependant, ils ont bataillé tout au long des 5800 milles théoriques, montrant à nouveau le potentiel du bateau Apivia, pour se glisser à la deuxième place.

Dès les premières minutes de course, l’Imoca Apivia s’est emparé de la première place du classement. Les premiers jours sont, comme pour tous, synonymes de bataille dans les petits airs. Aussi, le duo Charlie Dalin – Paul Meilhat a tenté de s’extirper, mais a perdu du terrain face à LinkedOut sur un décalage plus à l’ouest que son concurrent. Toute la course, les deux marins ont continué à se battre, sur les talons de Thomas Ruyant et Morgan Lagravière, pour reprendre leur place de leaders qu’ils étaient venus chercher. Charle Dalin et Paul Meilhat auront su tenir la chandelle à leurs concurrents et su, grâce à leur grande compétence de régatiers, animer la course, face à un autre concurrent redoutable, Charal, attendu troisième.

C’est au petit jour martiniquais, à 6h du matin (11h 0mn 31sec, heure métropolitaine), que Charlie Dalin et Paul Meilhat ont coupé la ligne d’arrivée de la 15è édition de la Transat Jacques Vabre. A bord d’APIVIA, ils terminent deuxièmes dans la catégorie IMOCA. Ce résultat porte l’éclat de la régate au meilleur niveau de performance livrée par les deux complices au coude-à-coude avec les tandems de LinkedOut et de Charal, qui les ont poussés à donner le meilleur d’eux-mêmes tout au long de presque 19 jours de course (18j 21h 33mn et 31 sec). Au bout du compte, après 6 642 milles parcourus entre Le Havre et Fort-de-France, le plaisir l’emporte d’avoir disputé cette bataille d’une intensité rare, à 14,64 nœuds de moyenne dans des conditions de petit temps sur pratiquement l’ensemble du parcours, à l’image de celles rencontrées sur la fin de course. La satisfaction est là aussi avec cette deuxième place qui s’accompagne d’une jolie victoire, celle sur le championnat IMOCA 2021 sous le signe du double, marqué par les deux succès consécutifs sur la Rolex Fastnet Race et le Défi Azimut. Bravo aux deux champions d’APIVIA, toujours présents aux avant-postes et sur les podiums ! Leurs impressions et réactions juste après leur arrivée.

Impressions et sentiments à l’arrivée

Charlie : « Nous sommes contents d’être là, c’est toujours symbolique une transat, on part de l’hiver en France et on arrive au chaud de l’autre côté de l’Atlantique. C’est vrai que nous partions pour tenter un doublé (après la première victoire d’APIVIA en 2019, ndlr). Mais une victoire reste quelque chose d’exceptionnel qui demande que tout soit réuni, que les planètes soient alignées. Il nous a manqué quelques ingrédients de cette recette : un soupçon de réussite, un soupçon de vitesse aussi dans certaines conditions. Mais nous sommes très heureux de cette deuxième place. Sur la fin de parcours, c’est parti par devant. LinkedOut s’est bien échappé, comme on a pu le faire avec Charal au même moment. Il s’est avéré que c’était impossible de revenir avant l’arrivée. Mais on reste très contents de cette course. On n’a eu très peu de soucis techniques, on n’a presque jamais sorti la caisse à outils. Le bateau est vraiment très fiable, je suis vraiment très satisfait de cette régularité. »

La bataille pour le podium

Charlie : « C’est vrai qu’une course au contact avec des bateaux aussi performants et technologiques, c’est génial. On a eu une très belle bagarre. On s’est retrouvé bord à bord un paquet de fois, le plus souvent à portée d’AIS (Automatic Identification System), avec une actualisation toutes les trois minutes nous permettant de sans cesse comparer nos vitesses et d’ajuster les réglages. On a fait un peu le break à un moment donné avec le reste de la flotte… C’est parti par devant assez vite et on s’est bien accroché pour rester dans le match. Une transat se joue souvent dès la Manche ou le golfe de Gascogne. Sur cette édition, on n’a vraiment pas eu de tour de chauffe, il fallait être en forme dès le début pour partir dans le bon paquet. »