Thomas Coville revient sur sa première semaine de mer

Coville sur Sodebo
DR

Premier acte réussi   
« C’est un bilan positif. Notre objectif d’être à l’équateur en moins de 7 jours est atteint, même si à 3 heures près on est toujours derrière Françis (Joyon, le détenteur). Ce n’était pas gagné d’avance ! Nous sommes partis avec une fenêtre difficile et ‘tendancieuse’ à Ouessant avec une première partie pas simple à réaliser. Il a fallu s’acclimater mais j’avais vraiment besoin de repartir naviguer après ce stand-by interminable. Entre Madère et les Canaries, même jusqu’au Cap Vert, j’ai fait un super ‘run’. Je prends un plaisir immense à pousser Sodebo à fond. C’est une première étape positive, on s’est bien entendu avec les routeurs sur la ‘trace’ à concrétiser sur l’eau. » 

L’irrationnel du ‘Pot’
« Le Pot au Noir est toujours capricieux, c’est une bagarre physique, il faut s’arracher pour passer, mais j’aime cet engagement physique. Le plus dur, c’est mentalement, il n’y a rien à comprendre dans le Pot-au-Noir. Il faut lâcher prise et je ne suis pas toujours fort dans cet exercice ! La nuit a donc été difficile ! » 

Vivre dans 4m2…vue mer !
« J’arrive de mieux en mieux à gérer l’alimentation. On a beaucoup travaillé avec Sodebo sur ce sujet ! D’ailleurs, je remercie le ‘Labo Recherche & Développement de Sodebo’ ! J’ai plaisir à manger donc je le fais régulièrement. En revanche, la gestion du sommeil est plus difficile. Je suis resté en veille les premiers jours et cette nuit avec le Pot-au-Noir très instable. Néanmoins, le travail réalisé sur les pilotes automatiques m’aide bien et j’en suis très content ! Sinon, je m’applique à ranger mon intérieur un peu chaque jours, c’est un exercice à faire car l’espace vital est petit (4m2) donc tous les jours je nettoie, j’éponge un peu.» 

Casse-tête à Sainte-Hélène
« Pendant toute cette descente, j’avais l’anticyclone de Sainte-Hélène en arrière-pensée en permanence. A l’heure actuelle, l’anticyclone est au milieu de la route ! Les routages ne sont pas très bons… J’ai une idée, nous allons demander à tous les internautes qui me suivent d’embrasser toutes les Hélène qu’ils connaissent !  Cela va peut-être m’aider à le franchir. La semaine qui vient va être décisive ! Il va se passer beaucoup de chose ! C’est incroyable ce qu’on peut faire en une semaine, »  

L’anticyclone de Sainte-Hélène reste toujours très bas. Dans l’immédiat, l’objectif de Thomas est de faire du près serré afin de descendre le long des côtes brésiliennes, vers les alizés de l’hémisphère sud. Aujourd’hui, les routeurs guettent la moindre opportunité de traverser cet anticyclone. Comme le système se divise en plusieurs centres anticycloniques, il sera peut-être possible de se glisser dans un trou de souris. Sinon, de façon plus classique, il faudra monter dans le train d’une dépression qui se formerait sur Rio avant de traverser, sur une route de toute façon relativement longue.

Situation à 16h
Retard sur le record :  162 milles
Vitesse actuelle : 12,3 nds

Vacation du jour avec Thomas Coville