Thomas Coville est parti !

Coville embarque à Brest
DR

Un départ pour le moins atypique. Sous la Lune presque pleine, peu après trois heures du matin, le maxi-trimaran Sodebo a quitté le quai à Brest où le vent ne soufflait plus qu´à une vingtaine de nœuds. Laissant un dernier grain passer, Thomas Coville a embrassé ses proches avant de déclencher la manœuvre.

Trois équipiers, Frédéric Denis, Thierry Briend et Loïc Le Mignon, l’accompagnent pour hisser les voiles et préparer le bateau avant de sauter à l’eau en combinaison étanche au niveau du port de Camaret, à la sortie de la rade de Brest. Une manœuvre délicate qui a notamment motivé Thomas à attendre que le plus fort du coup de vent passe cette nuit avant de s’élancer.

Au départ de Brest, le marin affichait la mine des bons jours, celle de l’envie d’y aller et de se confronter, enfin, à ce record qu’il convoite depuis si longtemps. « Je n’avais pas encore fait un départ de nuit ! Je suis prêt. Finalement, le plus dur, c’est de prendre la décision d’y aller. Maintenant, il faut que nous soyons bien concentrés sur ce qu’il y a à faire. On est dans le bon créneau pour quitter le quai. C’est assez ‘safe’ pour la manœuvre de port mais il ne faut pas traîner. Le vent va se calmer très vite et l’angoisse de Jean-Luc Nélias, notre routeur, est que cela ait beaucoup molli en arrivant sur la ligne vers 6 heures du matin. Dans le Goulet de Brest, cela va être manœuvrable. Trois personnes vont ensuite se jeter à l’eau au niveau de Camaret. Il faut que j’aille après seul jusqu’à la ligne de départ avec le Four à emprunter de nuit puis aller jusqu’à Ouessant où il y aura encore 5 à 6 mètres de creux. Ça va être copieux mais je me dis que, dans quelques heures, le jour se lève et que je serai déjà en tribord dans le Golfe de Gascogne. Là, il est temps qu’on y aille. »

Le premier objectif du skipper consistait à couper la ligne avant que le vent ne faiblisse de trop sur la pointe Bretagne. Le maxi-trimaran s’est élancé au près face à un flux de 15-20 nœuds ce qui n’est jamais simple à proximité des côtes. Après un bord de dégagement pour s’écarter de Ouessant, Thomas mettra cap au Sud en tribord afin de traverser le thalweg (zone de vent faible) le plus bas possible dans le Golfe. Il attrapera alors enfin du vent portant de Ouest-Nord-Ouest. Il pourra accélérer et devra rester vigilant en raison des grains orageux prévus sur sa route.