Fastnet. Belle victoire d’Antoine Magré (Palanad 3) en Class40

Palanad 3,FRA 160. Antoine Magré (en rouge), à bord de Palanad 3 a gagné d'une courte avance en Class40 (@ Paul Weyth)

La compétition entre les 35 Class40 aura été une nouvelle fois intense avec plusieurs changements de leaders au cours de la course remportée au final par Palanad 3, du Français Antoine Magré, devant Lamotte – Module Création de Luke Berry et l’Italien Andrea Fornaro sur un bateau plus âgé.

Le Max 40 Project Rescue Ocean d’Axel Trehin était le leader de la Class40 au début de la course, après avoir plongé le plus au sud en direction du DST (Dispositif de Séparation du Trafic) du Casquet la première nuit et avoir pris une avance minime mais significative en jouant sur les changements et la marée entre Start Point et le Lizard. Cependant, après de début superbe, Project Rescue Ocean a démâté au large de la Cornouaille.

Au Fastnet Rock, Lamotte – Module Création a pris 20 minutes d’avance, mais les écoutes se sont déchirées sur le chemin du retour vers le rocher Bishop, et les nouveaux voiliers plus puissants ont pris le dessus. En route vers Bishop, Berry a été dépassé par le Mach 40.4 Palanad 3 du Français Antoine Magré, basé à Londres.

A partir de là, Palanad 3 s’est maintenu en tête malgré une compression au sud d’Aurigny qui aurait pu voir n’importe lequel des trois premiers Class40 prendre de l’avance, puis le vent s’est encore arrêté aux premières heures au nord de la péninsule du Cotentin. « Le plus dur a été l’approche d’Aurigny », raconte Magre. « Il y avait cinq nœuds de marée, et comme nous étions plus tôt que prévu, cette marée était encore négative pendant quelques heures. Nous pouvions voir Luke [Berry] revenir – il n’était qu’à 200 mètres et nous nous attendions à un finish serré. »

Sur le chemin du retour, ils ont bénéficié de la marée au sud d’Aurigny : « Nous l’avons bien joué car les autres bateaux tournaient en rond », raconte Will Harris, le navigateur britannique de Palanad 3. « Mais ensuite, nous n’en avions plus et nous avons vu toute la flotte nous rattraper. Puis nous avons eu de la chance, nous avons pris le vent en premier et c’était tout – nous devions juste nous accrocher. »

Le champion en titre de la Rolex Fastnet Race Class40, Luke Berry, a continué à souffrir en se faisant coiffer au poteau par le Banque Du Leman de Valentin Gautier et Simon Koster.
« Au sud d’Aurigny, n’importe qui aurait pu gagner », a expliqué Koster. « Pour les deux premiers bateaux, il n’y avait pas de vent. Avec le scow, le vent léger est un défi, mais nous avons de grandes voiles pour cela, comme un Code Zéro en tête de mât pour le faire avancer. Mais le gain est tellement important sur les bords de reaching – on est alors plus rapide de quelques nœuds que les bateaux pointus ».

Berry s’est résigné à son sort à bord de son Mach 40.3 conçu par Sam Manuard, tout en reconnaissant qu’il devrait recevoir un nouveau bateau l’année prochaine qui le rendra compétitif face aux 40.4. « Le nôtre est très bon au portant mais dès que c’est un peu serré, ils sont très rapides. Nous avons quand même terminé avec deux Mach 40.4 devant et deux derrière. »

Le Commodore du RORC, beau vainqueur en IRC1

La Rolex Fastnet Race est organisée depuis son origine par le Royal Ocean Racing Club, une vénérable institution britannique présidée par James Neville, le Commodore. Neville est aussi un régatier averti engagé sur le Fastnet et il est arrivé hier soir premier de sa classe IRC 1 à bord d’INO XXX. Le Commodore est également deuxième du classement Overall provisoire, une sacrée performance. INO XXX a franchi la ligne d’arrivée à 23 h34 la nuit dernière avec un temps de course de 3 jours 10 heures 39 minutes et 58 secondes. La Rolex Fastnet Race d’INO XXX a été un bel exemple d’un travail de longue haleine, consistant à prendre de l’avance puis à la consolider à chaque occasion. « Nous sommes très heureux d’avoir tenu bon et d’être restés en tête de notre classe jusqu’au rocher », raconte Neville.