Charles Hedrich l´a fait !

Charles Hedrich / Objectif 3
DR

– Avez-vous souffert de votre circumnavigation "hors course" du Vendée Globe ?
C.H. : " En réalité non. Bien sûr, j´aurais préféré faire partie de la course. Cependant, l´essentiel pour moi était de faire un tour du monde à la voile et j´ai atteint mon objectif. "
 
– Dimanche dernier, Humphreys et Seeten, arrivés 7e et 8e du Vendée Globe, ont été accueillis pas un nombreux public sablais. Pas trop déçu d´arriver à Lorient dans l´anonymat ?
C.H. : " Je suis arrivé dans un anonymat relatif car de nombreuses personnes sont  venues m´accueuillir au ponton. Il est certain qu´une arrivée aux Sables aurait été plus magique. Lors de ce dernier mois de navigation, j´ai reçu énormément de mails m´encourageant à rejoindre Port Olona mais il est toujours difficile de prendre une place autour d´une table à laquelle on n´est pas invité. Toutefois, je n´ai aucun regret. "
 
– On imagine que vous avez subi votre lot de galères et d´avaries.
Dans quels états rentrent le bateau et son skipper ?

C.H. : " Sans exagérer, je pense pouvoir affirmer que je suis en forme bien que j´aie perdu près de dix kilos. Au final, je crois que ça me fait le plus grand bien ! (rires). J´ai hâte de retrouver une alimentation variée. J´avais fait mes courses un peu précipitamment avant de partir. Résultat, ce dernier mois, je n´ai avalé que des pâtes et du miel. C´est bon et sain mais ça lasse ! Côté matériel, lors des deux premiers tiers du parcours, je n´ai connu aucun problème. En revanche, sur la fin, j´ai eu quelques soucis variés (problème de pilote, d´étai de solent…) mais rien de capital. "

– Quelles images garderez-vous de votre tour du monde ?
C.H. : " Un souvenir "tranquille" malgré la hantisse de la casse technique. Cette pression a été permanente et accentuée par le fait que je sois parti hors-course. Celà m´a conduit à naviguer particulièrement prudemment. L´autre raison était mon inexpérience. Il ne faut pas oublier qu´avant de partir, mon compteur n´affichait que 35 jours de navigation en solitaire en tout et pour tout. "

 – Après le Paris-Dakar à moto en 2002, votre tour du monde à la voile en 2005, votre 3e et dernier objectif consiste à gravir l´Everest : vous y songez vraiment ?
C.H. : " Absolument. J´ai déjà réalisé les deux défis qui semblaient le plus invraisemblables compte-tenu de mon inexpérience en moto et en voile. L´alpinisme est un sport que j´ai depuis longtemps l´habitude de pratiquer. Les gens qui me connaissent ne doutent pas que j´arrive au bout de ce dernier objectif même si l´Everest reste l´Everest… "

– Avez-vous d´autres projets maritimes en tête ?
C.H. : "  J´ai l´ambition et l´espoir d´établir des records en multicoques en solitaire. Je sais que ce ne sera pas chose facile mais j´aime la difficulté. "
 
Propos recueuillis par Perrine Vangilve / Le Télégramme