Vendée Globe. Alex Thomson accompagne le canadien Scott Shawyer et Canada Ocean Racing 

Lorsque Alex Thomson a annoncé ne pas vouloir courir le prochain Vendée Globe pour se consacrer à sa famille, il n’a jamais caché sa volonté de vouloir mettre à disposition son expertise et son écurie au service d’autre skippers. Il annonce aujourd’hui travailler avec le Canadien Scott Shawyer et sa structure Canada Ocean Racing pour l’aider à participer au Vendée Globe 2028 et devenir le premier marin canadien à terminer la course autour du monde en solitaire sans escale.

- Publicité -

Shawyer est un homme d’affaires qui a réussi à la direction d’une entreprise technologique mais il est également un marin amateur de longue date, bien que son expérience avant de travailler avec Thomson se soit limitée aux dériveurs et quillards de course et aux catamarans de croisière.

“Scott est un type très intéressant. C’est un triathlète, un skieur amateur – il fait partie de l’équipe de ski au Canada – et c’est avant tout un entrepreneur. Au cours des 30 dernières années, il a bâti une énorme entreprise au Canada. Et c’est un marin. Il a fait du classe A, du dériveur, et il a un catamaran de croisière. Je pense que le coronavirus est la raison pour laquelle tout cela est arrivé. Il connaissait le Vendée Globe, mais il ne l’avait pas vraiment suivie. Mais la dernière fois, il l’a suivi et il en est devenu complètement captivé. Et il a senti en lui l’inspiration que peut donner la course. « Alors il a commencé à faire des recherches parce que dans sa tête, il avait cette petite idée qu’il devrait peut-être le faire. Il a donc emprunté cette voie et il s’est rendu compte qu’il pouvait marier plusieurs choses ensemble dans sa vie, ce qui l’avait presque amené à ce point. Il a senti qu’il voulait se mettre au défi et il veut mettre en valeur le sport au Canada parce qu’il veut que les autres Canadiens se sentent comme lui.

Shawyer a pris contact avec Thomson il y a un an, bien que l’équipe de Thomson affirme qu’il a été approché par de nombreux skippers différents et qu’ils doivent être très sélectifs quant aux personnes avec lesquelles travailler.

«J’ai choisi de m’impliquer dans ce projet pour plusieurs raisons. La première est que la personne doit être capable de le faire, et non seulement en avoir la capacité, mais aussi le désir. Scott a donc dû s’engager dans un programme d’entraînement assez rigoureux. 

“L’autre raison, c’est que tout au long de ma carrière, l’histoire a toujours été si puissante. Cela inspire vraiment les gens. Et nous nous sentons comme le service international des relations publiques du Vendée Globe depuis un certain nombre d’années. C’est donc une occasion pour nous d’aider à bâtir une entreprise de course au large au Canada.” Thomson souligne qu’avec 30% de Canadiens parlant français, un obstacle important à la constitution d’un public pour le Vendée Globe a déjà été partiellement surmonté.

Le Canada a un héritage limité en matière de course au large. Les deux précédents participants canadiens au Vendée Globe étaient Gerry Roufs, tragiquement disparu en mer en 1997, et Derek Hatfied , qui a dû abandonner après avoir été renversé par une énorme tempête en 2008.

Pour acquérir de l’expérience, Shawyer a commencé une formation sur un IMOCA à dérive. “Il n’a jamais navigué au large auparavant – il est actuellement au milieu de l’Atlantique – vous devez donc faire attention au type d’objectifs que vous vous fixez là-bas. Vu le temps dont nous disposons, nous commençons avec une belle plate-forme solide, un bateau à dérive, génération 2012, et nous construisons à partir de là », explique Thomson.

« Prends un bateau, mets-toi à l’eau. Je crois totalement aux milles et milles et milles en mer – c’est le seul moyen. Il n’y a pas beaucoup de raccourcis et surtout quand on démarre sans expérience offshore, c’est la seule chose à faire.

À plus long terme, cependant, Thomson souhaite étendre ses attributions à la construction de nouveaux IMOCA ainsi qu’à la gestion des skippers. “Le plan est que nous construisions une entreprise durable autour de cela dans le but de pouvoir construire des bateaux et de mettre des entrées potentiellement gagnantes à partir de 2032”, explique Thomson.