Solitaire du Figaro. Une 52e édition plutôt musclée

Depart de la 3eme etape de la Solitaire du Figaro entre Dunkerque et Saint Nazaire - le 12/09/2020

Cette 52e Solitaire du Figaro s’annonce plus exigeante que celle de l’année dernière et c’est tant mieux pour le spectacle. Avec quatre étapes copieuses, un tracé de presque 2 500 milles alternant chevauchées hauturières et flirts côtiers sous haute tension, cette édition sera complète.

Elle partira le dimanche 22 août de Saint-Nazaire et s’achèvera dans ce même port mariligérien le 19 septembre. Entre ces deux temps forts, les solitaires auront de quoi satisfaire leurs attentes de figaristes : se confronter les uns aux autres mais aussi au chronomètre, implacable juge de leurs joutes engagées et des écarts qui se font et se défont étape après étape ! De Lorient à la Baie de Morlaix, en passant par une grande première à Fécamp, du Golfe de Gascogne au tricotage le long des côtes anglaises, via le Pays de Galles et le Fastnet, les équipes d’OC Sport Pen Duick ont réuni tous les ingrédients d’une Solitaire du Figaro qui s’annonce d’ores et déjà comme une édition d’exception.





Un territoire et des partenaires engagés aux côtés des organisateurs et des skippers
En 2020, Saint-Nazaire avait connu l’épilogue d’une Solitaire du Figaro qui avait des allures de résistante tant le contexte sanitaire avait, jusqu’au bout, rendu son organisation incertaine. Au lendemain du sacre d’Armel Le Cléac’h (Banque Populaire), le département de Loire-Atlantique, par la voix de son président Philippe Grosvalet, annonçait un engagement historique en devenant partenaire majeur de la course jusqu’en 2026 et accueillant chaque grand départ et arrivée finale de l’épreuve dans l’un de ses ports : « De La Solitaire du Figaro naissent des légendes, nous les verrons grandir en Loire-Atlantique. Terre maritime par excellence, la Loire-Atlantique bénéficie d’une situation exceptionnelle avec sa façade littorale ouverte sur le monde. Il existe ici une véritable synergie pour développer des projets maritimes et nautiques. Une forte ambition portée par le Département avec ses partenaires. » Un enthousiasme légitimement partagé par Joseph Bizard, directeur général d’OC Sport Pen Duick, alors que cet engagement, inédit en 50 ans de course, l’ancre pour la première fois durablement dans un territoire en conservant ses fondamentaux historiques : « Pour nous organisateurs, la Loire-Atlantique est le territoire et le grand partenaire qui possède toutes les qualités pour permettre à cette grande course de poursuivre son développement. Associés aux villes escales et aux collectivités qui nous font l’honneur de nous recevoir et fondent un parcours riche et ambitieux, engagés aux côtés de nos partenaires fidèles, nous nous projetons avec enthousiasme dans le déploiement de cette 52e édition de La Solitaire du Figaro. »

Renouer avec les fondamentaux !
2021 marquera donc l’entrée en vigueur de ce format offert par la présence du département de Loire-Atlantique en tant que partenaire majeur et c’est avec un plaisir non dissimulé que les marins et les équipes d’organisation retrouveront Saint-Nazaire pour s’élancer sur une édition de presque 2 500 milles… 2 488 milles pour être précis ! Un menu co-signé par Francis Le Goff, directeur de course, et les équipes d’OC Sport Pen Duick, en concertation avec la Classe Figaro Bénéteau : « Nous sommes heureux de présenter aujourd’hui un tracé qui propose trois étapes de plus de 600 milles et une seule d’un tout petit peu moins de 500 milles qui sera à dominante côtière et forcément encore plus exigeante. Cette édition 2021 ne concerne que des villes françaises compte tenu de la situation sanitaire qui reste ce qu’elle est, mais le parcours est finalement construit comme s’il intégrait des escales étrangères. » Qu’on se le dise, La Solitaire du Figaro 2021 s’est attachée à préserver ses fondamentaux et ce qui fait sa richesse depuis plus de 50 ans : des étapes hauturières, poussant les marins à aller puiser au fond d’eux-mêmes et un classement au temps qui reste un marqueur fort et incontournable.

Une volonté de satisfaire autant les marins que les partenaires institutionnels et privés que prône Alex Picot, chef de projet OC Sport Pen Duick de cette Solitaire du Figaro : « Quand cela est possible, nous aimons pouvoir proposer aux coureurs solitaires des grandes étapes de large et plus de jours en mer. C’est en ce sens que nous avons travaillé avec nos collectivités partenaires et que nous dévoilons un beau parcours de quatre étapes. Ces 2 500 milles que nous proposons aux skippers, avec ces longs tronçons sans marques de parcours qui ouvrent la tactique, correspondent à ce qu’ils recherchent. Ils le disent eux-mêmes, ils viennent sur La Solitaire du Figaro pour se faire mal ! Nous avons donc fait ce choix d’une édition longue, dure et exigeante, qui va permettre également, pour sa troisième année de service, de montrer ce que le Figaro Bénéteau 3 a dans le ventre. »

Un Golfe de Gascogne dans toute sa longueur, une première à Fécamp et une marque inédite en mer Celtique !
Une fois l’embouchure de la Loire saluée, les marins mettront le cap sur Lorient et la fidèle Région Bretagne pour le plus long chapitre du parcours, 689 milles, et un grand triangle dans le Golfe de Gascogne, via BXA et une cardinale à laisser à tribord devant La Corogne. « Ce choix de tracé permet de faire le Golfe dans toute sa longueur, avec très peu de marques à respecter. Il présente également l’avantage d’être lancé dans un sens comme dans l’autre en fonction des conditions. Ce sera un très gros morceau d’entrée de jeu ! », avise Francis Le Goff. Après une relâche dans le port morbihannais, cœur de la discipline qui n’avait pas accueilli la course depuis 2009, les marins pointeront leurs étraves vers Fécamp, une première en plus de 50 années d’existence de cette grande classique et une rencontre attendue avec ce port qui a marqué les grandes heures des plus impressionnantes confrontations des trimarans Orma. Mais avant d’aller goûter l’accueil normand, il leur faudra avaler 490 milles en passant par le plateau de Rochebonne, la pointe Bretagne et le Cotentin… Un grand classique de La Solitaire du Figaro qui regorge de pièges, de passages à niveau, fait généralement le bonheur des observateurs et met les nerfs des marins à rude épreuve.

Depuis les falaises normandes, impossible ensuite de ne pas envisager une traversée de la Manche pour aller jouer le long des côtes anglaises et surtout, autre grande première, aller virer une marque à Saint-Gowan, à la sortir du canal de Bristol, avant une arrivée en Baie de Morlaix. « Les concurrents feront une première traversée de La Manche en respectant la cardinale South Pullar, à l’est de l’île de Wight, à l’atterrissage sur les côtes anglaises, cap ensuite sur Land’s End, puis l’île Lundy et la marque de Saint-Gowan en mer Celtique, avant une descente vers les Scilly, détaille le directeur de course. Tous les ingrédients anglais seront réunis : les baies piégeuses, les effets de sites et un beau segment pour finir. »
Enfin, comme un clin d’œil à Armel Le Cléac’h, tenant du titre et triple vainqueur, le départ de la quatrième et dernière étape sera donné dans son jardin de la Baie de Morlaix, pour un retour à Saint-Nazaire, port qui l’avait sacré l’année passée… via l’Irlande et le Fastnet pour une Solitaire du Figaro complète, riche, exigeante, enthousiasmante !

Le parcours de la 52e Solitaire du Figaro en bref :
Étape 1 : Saint-Nazaire/Lorient (689 milles) – du 22 au 26 août
Étape 2 : Lorient/Fécamp (490 milles) – du 29 août au 1er septembre
Étape 3 : Fécamp/Baie de Morlaix (624 milles) – du 5 au 9 septembre
Étape 4 : Baie de Morlaix/Saint-Nazaire (685 milles) – du 12 au 16 septembre

Ils ont dit :
Éric Savant-Ros, directeur général de Figaro Nautisme
« Le Groupe Figaro est très fier de supporter depuis 52 éditions un événement sportif et populaire qui redonne de l’espoir et reste la référence incontestée des marins.
Nous tenons à remercier l’ensemble des communautés et spécialement le département de Loire-Atlantique qui œuvrent avec passion pour organiser cette Solitaire du Figaro 2021.
Notre reconnaissance va aux skippers et aux villes qui vont accueillir toutes les étapes avec toujours autant d’enthousiasme et de bienveillance. »

Hervé Favre, président d’OC Sport Pen Duick : « Nous sommes très heureux de lancer officiellement notre partenariat inédit avec le département de Loire-Atlantique en dévoilant un parcours très relevé qui ne manquera pas de répondre aux attentes des marins. Nous nous réjouissons également d’écrire les premières lignes d’une histoire avec la ville de Fécamp et son port qui résonne encore des campagnes des terre-neuvas et des joutes des trimarans Orma. Les retrouvailles avec Saint-Nazaire, Lorient et la Baie de Morlaix seront, à n’en pas douter, de grands moments de sport et de partage. Enfin, si cette édition 2021 mobilise déjà naturellement nos équipes en interne, elle bénéficie également de l’engagement et du support indéfectibles de nos partenaires institutionnels et privés. Merci à eux de permettre de délivrer une Solitaire du Figaro 2021 qui s’annonce exceptionnelle ! »

Philippe Grosvalet, président du Département de Loire-Atlantique
« La Loire-Atlantique devient terre et mer d’accueil de La Solitaire du Figaro pour les six prochaines années ! Notre département est intimement lié au monde de la mer : paysages littoraux, biodiversité, savoir-faire industriels mondialement reconnus, innovations, patrimoine portuaire, sans oublier de grands skippers. De précieux atouts pour mettre le cap sur cette passionnante course au large ! »

Christelle Morançais, présidente de la Région des Pays-de-la-Loire
« Pour la première fois, La Solitaire du Figaro va s’ancrer durablement dans notre région puisque, pour les 6 prochaines éditions, les départs et arrivées se feront en Pays-de-la-Loire, confortant ainsi notre ambition d’être terre d’accueil des grands événements nautiques. Notre territoire va, cette année encore, pouvoir pleinement bénéficier du rayonnement de cette course porteuse de valeurs fortes et profondément tournée vers l’aventure et le dépassement de soi. »

David Samzun, maire de Saint-Nazaire
« L’expérience réussie de 2020 et l’engouement du public venu en nombre sur le port nous ont confortés dans notre volonté d’accompagner La Solitaire du Figaro sur le long terme. Saint-Nazaire a l’ambition, les atouts et les infrastructures pour devenir une place reconnue de la course à la voile. »

Loïg Chesnais-Girard, président de la Région Bretagne
« Nous sommes heureux d’œuvrer à nouveau au côté d’OC Sport Pen Duick pour l’organisation de La Solitaire du Figaro. Une édition 2021 très bretonne, avec des étapes à Lorient, Roscoff… mais aussi un départ et une arrivée à Saint-Nazaire. Nous mettons tout en œuvre dans nos ports pour réserver le meilleur accueil aux organisateurs, skippers et publics. »

Fabrice Loher, maire de Lorient et président de Lorient Agglomération
« Nous sommes très heureux d’accueillir la première escale de l’édition 2021 de La Solitaire du Figaro à Lorient – La Base. Cette course réunira en Bretagne Sud l’élite de la course au large et confirmera la place de Lorient comme capitale de la voile. Cette course populaire permettra de faire découvrir au plus grand nombre un défi sportif, humain et technologique qui met également en lumière les multiples excellences de notre territoire, sa capacité à organiser et à innover, sa vitalité et son savoir-faire. Cette escale de La Solitaire du Figaro est une nouvelle étape pour conforter le positionnement de Lorient Agglomération comme port d’accueil de grandes courses de voile océaniques. »

Marie-Agnès Poussier-Winsback, maire de Fécamp
« Nous nous réjouissons d’accueillir, pour la première fois, une escale de la 52e édition de La Solitaire du Figaro, du 1er au 5 septembre prochain.Cet évènement populaire et sportif marquera la programmation des animations estivales et sera de nature à renforcer l’attractivité touristique de notre ville. »

Jean-Paul Chapalain, président de la CCIMBO Morlaix
« Du 6 au 12 septembre, La Solitaire du Figaro fera escale en Baie de Morlaix au port de plaisance de Roscoff. L’accueil de cette course prestigieuse est l’occasion de valoriser notre destination sur le plan national, de renforcer son attractivité, mais aussi de prolonger la saison touristique. Nous pourrons mettre en lumière nos compétences en matière de nautisme, de recherche en biologie marine et nos richesses en produits de la mer et de la terre. »