Route du Rhum. Une météo compliquée sur cette édition

Justine Mettraux - TEAMWORK.NET - IMOCA © Justine METTRAUX / TEAMWORK.NET

Tous les skippers de chaque catégorie le soulignent. La météo est compliquée sur cette 12e édition de la Route du Rhum et met les concurrents à rude épreuve. Le dernier bulletin météo pour ces deux prochains jours ne va pas leur laisser de répit.

Après une accalmie entre deux perturbations ce dimanche, une grande partie des IMOCA, Class40, Rhum Multi et Rhum Mono, affronte l’ancien cyclone Nicole, ou plutôt son front froid associé qui engendre des rafales tempétueuses. En début d’après-midi des vents de sud-ouest entre 30 et 35 nœuds sont attendus à l’avant de ce front, avec des rafales à plus de 50 nœuds au nord du 42e parallèle. La queue de course subira elle des conditions nettement plus fortes que ceux arrivant près des Açores, qui seront en bout de front. La mer sera très forte à grosse et croisée, avec des vagues atteignant 5 à 6 mètres. En soirée, les premiers des Class40, Rhum Multi et Mono, devront négocier la bascule du vent au nord-ouest, à l’arrière du front, et pourront mettre du sud à leur route pour gagner les Açores. Ils retrouveront une mer toujours forte, avec une houle venant du nord-ouest. Néanmoins, une barrière de vent faible se présentera rapidement devant eux, les freinant dans leur progression vers les alizés.
La tête de course, menée par les ULTIM 32/23, a déjà rejoint le régime instable des alizés. Les vents soufflent d’est-nord-est de 15 à 20 nœuds en moyenne, avec des rafales sous grains orageux jusqu’à 35 nœuds. Le caractère instable de l’alizés devrait les obliger à effectuer régulièrement des empannages et rallonger leur route vers l’arc antillais.

- Publicité -

Mardi 15 novembre
Les ULTIM 32/23 auront bien progressé dans la nuit, en direction de l’arc antillais sous un alizé d’est-nord-est, toujours aussi instable de 15-20 nœuds en moyenne. Ce sera une véritable course de vitesse que les ULTIM 32/23 se disputeront, tout en ayant à négocier le passage de grains orageux jusqu’à 30-35 nœuds. Les divers empannages que certains seront amenés à effectuer rallongera un peu leur route initiale. Les leaders de ce groupe devraient atteindre l’arc antillais dans la soirée. Les poursuivants Ocean Fifty auront dû naviguer, pendant la nuit, en bordure est de l’anticyclone des Açores, dans un flux de nord irrégulier avec des zones de molle à éviter. Le jeu sera ouvert pour cette catégorie, entre ceux qui auront trouvés le trou de souris avec suffisamment de vent et ceux qui auront été considérablement freinés dans les zones de déventes. Ce sera au tour du reste de la flotte composée des IMOCA, Class40, Rhum Multi et Mono, de progresser toujours au près dans le flux d’ouest-nord-ouest instable au nord de l’anticyclone des Açores avant de se heurter à cette même barrière de hautes pressions avec des vents faibles et irréguliers. Les marins, situés en queue de course devraient évoluer, au large du Portugal où les vents d’ouest auront faibli durant la nuit, entre 15 et 20 nœuds en moyenne mais avec une mer toujours forte de 5 à 6 mètres.

Mercredi 16 novembre
L’arrivée des leaders des ULTIM 32/23 devrait se faire entre la nuit de mardi à mercredi et la matinée de mercredi. Les 70 milles restant jusqu’à Pointe-à-Pitre seront comme toujours délicats, dans des conditions de vents très variables entre les calmes près des hauts reliefs et les accélérations proches des bas reliefs, sans omettre la gestion importante des courants. Les Ocean Fifty évolueront dans le régime d’alizé toujours aussi instable avec des vents d’Est-Nord-Est de 15-20 nœuds et des rafales de 35 nœuds sous grains. A l’arrière, de ces deux premières catégories, tout se jouera dans la négociation du passage de la dorsale, avec certainement une flotte devenant plus éclatée. Les skippers en queue de course évolueront dans une route plus est, le long des côtes Portugaises, sous un vent d’ouest faible à modéré de 10-15 nœuds et à l’avant de la zone de molle proche de Madère.