Coville arrive à Brest et prépare un nouveau départ

Sodebo 2013 Thomas Coville départ Ouessant
DR

Depuis qu’il chasse les records, le skipper de Sodebo connaît l’exigence de l’exercice. Partir en début de saison, c’est se laisser la possibilité de revenir au stand si nécessaire en se donnant la chance de repartir dans de bonnes conditions. « Quand le balcon s’est arraché il y a deux jours, nous nous sommes demandés avec mes routeurs s’il était encore temps de rentrer réparer pour repartir en toute sécurité, » explique Thomas de retour à quai. « Comme nous étions seulement au Cap Finisterre (pointe nord-ouest de l’Espagne), la décision de rentrer s’est imposée. L’intérêt d’être parti tôt en saison permet aussi de pouvoir gérer ces aléas. »
 
Si les prévisions météo se confirment, ce retour au bercail pourrait être de courte durée. L’équipe de routage, dirigée par Jean-Luc Nélias, observe une nouvelle fenêtre qui pourrait s’ouvrir lundi. « Là, ça repartirait très vite, dès le 18 dans la soirée, » affirme le skipper. « La météo semble favorable. Le départ de Ouessant et la traversée du Golfe de Gascogne seraient même encore plus agressifs. Je suis dans le match et j’ai envie de remettre ça tout de suite pour rester dans l’action. »

Le trimaran était à peine amarré que les hommes de l’ombre’ prenaient les choses en main. Comme une F1 dans son paddock, les techniciens du team Sodebo vont fourmiller toute la nuit pour remonter un nouveau balcon et faire disparaître tous les petits dommages collatéraux. « La nuit dernière, ils me disaient qu’ils préféraient être à leur place qu’à la mienne mais là, on inverse les rôles, » confie le Trinitain avant de rendre hommage à son bateau. « J’étais très à l’aise, même dans beaucoup de vent. Sodebo réagit très bien sous pilote automatique. Les optimisations effectuées semblent vraiment efficaces et je suis en confiance. »