Vers la ligne d’arrivée

Mini Fastnet bato 422
DR

Au dernier pointage, c’est Vecteur plus (265) qui prend la tête de la flotte. À une dizaine de milles à l’est du peloton de tête, le prototype de Didier Le Vourch et Aloys Claquin pourrait avoir fait le bon choix si le vent, annoncé mollissant, bascule comme prévu au Sud-Est dans la nuit. Derrière lui, plus à l’ouest, PCO Technologies – Set – Environnement (424), Mini-Minx (196), Brossard (198), Ecover (618) et Déphémérides (291) suivent dans un mouchoir de poche. Entre ces 6 concurrents, qui semblent désormais inaccessibles du reste de la flotte, tout va se jouer dans les prochaines heures.
Derrière eux, un deuxième groupe de prototypes se détache : Adria Mobil (510),  Crédit Agricole – Skipper Challenge (417), Adrénaline (346), Areas assurances (454), Micromegas (159). Puis viennent les série, avec en tête DIJS Net-1 (422), talonné par French Kiss (522).
À ce rythme, les premiers devraient franchir la ligne aujourd’hui en milieu de journée.
 
Dans la flotte
La première fille : Marine Chombart de Lauwe, Esprit 93 (481) – 9e en série
Sur le pogo Esprit 93, les Chombart naviguent en famille. Marine s’est embarquée avec son père Pascal pour courir le mini-Fastnet. Cette jeune journaliste a déjà à son palmarès une 10e place dans la Transat 6,50 2005 (1ère féminine).
 
In extremis : Laurent Bourgues, Adrénaline (346) – 9e en proto
Laurent Bourgues a fait ses armes en laser avant de succomber à l’appel du large. Le jeune marseillais a auto-financé l’achat de son plan Manuard et pu embarquer in extremis dans la dernière Pornichet Sélect ; il a terminé 14e pour sa première épreuve en solo, dans le trophée Marie-Agnès Peron, et se classe actuellement 9e au classement général.
 
Auto-construction : Sébastien Picault et Aymeric Garrant, Groupe Royer (573) – 44e au général
Ces deux copains d’enfance, pas vraiment des enfants de la mer (l’un est Lorrain, l’autre du centre-Bretagne), ont dessiné et construit eux-mêmes leur prototype, avec l’aide des amis et de la famille… engagés malgré eux dans une aventure où les maîtres-mots sont débrouille et ingéniosité.
 
Un potentiel vainqueur : Tanguy De Lamotte et Ronan Deshayes, PCO Technologies Set environnement (424) – 2e au général
Après une 3e place en série dans la Transat 6,50 2005, Ronan Deshayes renouvelle l’expérience Mini mais cette fois en proto, sur un plan Tanguy De Lamotte… embarquant dans l’aventure le concepteur lui-même, qui s’était fait remarquer l’an passé en terminant toutes ses courses sur le podium et en coupant la ligne à Salvador de Bahia en 7e position.
 
 

- Publicité -