Vendée Globe. Arrivée de Giancarlo Pedote

Giancarlo Pedote
#EN# LES SABLES D’OLONNE, FRANCE - JANUARY 28: Prysmian Group, skipper Giancarlo Pedote (ITA) is pictured during finish of the Vendee Globe sailing race, on January 28, 2021. (Photo by Yvan Zedda/Alea) #FR# LES SABLES D’OLONNE, FRANCE - 28 JANVIER: Prysmian Group, skipper Giancarlo Pedote (ITA) , est photographié lors de son arrivée dans la course du Vendee Globe, le 28 Janvier 2021. (Photo Yvan Zedda/Alea)

L’italien Giancarlo Pedote est arrivé ce jeudi 28 janvier à 13h02. Le skipper de Prysmian Group termine 7e aux Sables d’Olonne et 8e au classement final après l’arrivée de Jean Le Cam.

Sportif accompli, philosophe, l’italien est toujours resté aux avant-postes de ce Vendée Globe, il terme dans le top 10 pour une première participation.


« Ce retour à terre après un tour du monde et 80 jours en mer, c’est évidemment quelque chose de très spécial. Ma plus grande joie est naturellement de retrouver ma femme, Stefania, et mes enfants, Aurelio et Isabella. Ce sont eux qui m’ont le plus manqué pendant ce Vendée Globe. Lorsque j’ai franchi la ligne, j’ai vu ces bateaux autour de moi mais je n’ai pas tout de suite reconnu ma famille à cause des masques. Le premier que j’ai vraiment vu est mon fils qui me faisait coucou de la main et ça a été particulièrement fort en émotions. Au final, je termine avec une drôle d’impression : celle d’avoir fait une course de quartier. Je ne sais pas pourquoi. C’est comme si ma mémoire s’était vidée d’un coup, peut-être pour oublier toutes les choses dures de ces deux derniers mois et demi. Ce Vendée Globe, c’est vraiment un truc de dingue. Une aventure hors-norme. Pour moi, c’est aussi la concrétisation de quelque chose d’énorme après des années de sacrifices, de privations, d’économies… Je suis vraiment très heureux d’avoir bouclé la boucle car mine de rien, ce n’est pas anodin. Un tour du monde en solitaire, c’est une aventure très complexe où il faut aussi un part de chance. J’ai essayé de placer le curseur toujours au bon endroit. Je me rends compte que j’aurais pu attaquer plus quand je regarde la manière dont ont navigué Louis (Burton) ou Yannick (Bestaven). Mais eux avaient déjà l’expérience du Vendée Globe. De mon côté, j’ai récupéré mon 60 pieds il y a un an et demi. Je suis parti sur la course sans m’attendre à quoi que ce soit. Je suis parti d’une feuille blanche en quelque sorte, et la conclusion, à chaud, c’est que lors d’un exercice tel que celui-ci, on vit tout très intensément. Le froid, la chaleur, l’humidité, la joie, la tristesse : tout se ressent dans sa forme la plus vive possible. Pour ce qui concerne mon résultat, j’espérais réussir à terminer devant Damien (Seguin). Ça s’est joué à peu de chose à l’arrivée. Je suis un peu déçu pour ça mais je n’oublie pas que si l’on m’avait dit que je finirais dans le Top 10 à moins de 24 heures du premier avant le départ, j’aurais signé tout de suite car je visais raisonnablement le Top 15. J’ai réussi à boucler mon tour du monde et à régater en même temps avec des moyens plutôt réduits et une petite équipe qui n’avait pas l’expérience d’un Vendée Globe. C’est une satisfaction pour moi. »

#EN# LES SABLES D’OLONNE, FRANCE – JANUARY 28: Prysmian Group, skipper Giancarlo Pedote, is portraited with Damien Seguin during finish of the Vendee Globe sailing race, on January 28, 2021. (Photo by Yvan Zedda/Alea) #FR# LES SABLES D’OLONNE, FRANCE – 28 JANVIER: Prysmian Group, skipper Giancarlo Pedote, est photographié avec Damien Seguin lors de son arrivée dans la course du Vendee Globe, le 28 Janvier 2021. (Photo Yvan Zedda/Alea)

Francesco Zecchi, Directeur MID Europe du Sud pour Prysmian : « Nous sommes très heureux et très fiers de ce qu’a produit Giancarlo sur ce Vendée Globe. Il est parvenu à s’accrocher au peloton de tête dès le début de la course et à y rester jusqu’à la fin. Il a su gérer son tour du monde de façon très sage et trouver le bon équilibre et le bon rythme dans la partie du Grand Sud qu’il ne connaissait pas. Il s’est tenu à la stratégie qu’il avait annoncé avant même le départ, c’est-dire préserver le bateau, jusqu’au passage du cap Horn. De retour en Atlantique, il a alors été en mesure d’attaquer davantage et c’est ce qu’il a fait. Nous sommes très contents de la manière dont il a réalisé la course. Il a fait preuve de beaucoup de maturité et de professionnalisme, de même qu’il a su bien se préparer techniquement et psychologiquement en amont de l’évènement. Au final, nous avons grandi ensemble dans cette aventure, nous comme entreprise et lui comme professionnel de la course au large. Nous avons porté un très beau message avec ce projet et Électriciens sans frontières à nos côtés. L’opération « 1 click – 1 mètre » a indiscutablement été un succès. Nous avons largement dépassé les objectifs que nous nous étions fixés. La réponse de nos followers a été très enthousiaste et nous avons ainsi pu fournir à l’association l’ensemble des mètres de câbles nécessaires à la réalisation des trois projets annoncés. C’est une formule que nous avions déjà testée avant le Vendée Globe et que nous allons certainement essayer de développer encore lors des prochaines courses. Ce projet est un dispositif très intéressant car il permet de transmettre des messages et d’engager notre public au sens large De plus, la performance que notre skipper vient d’établir est énorme pour nous. On ne s’attendait pas à un tel résultat. Un Top 10 est remarquable pour une première participation. C’est, certes, un projet qui a demandé beaucoup d’énergie, en particulier à Giancarlo, mais il aboutit aujourd’hui de la meilleure des façons. Cela donne de l’envie et de l’espoir pour la suite. Rapidement, nous ferons un bilan avec Giancarlo pour envisager les prochaines étapes et continuer de nous projeter dans la classe IMOCA. »

Hervé Gouyet, Président d’Électriciens sans frontières : « Nous sommes très admiratifs et fiers de la manière dont Giancarlo a affronté les difficultés et les éléments lors de son tour du monde, tout en portant les couleurs d’Électriciens sans frontières. Son aventure autour du globe, ses performances et son engagement ont été de formidables motivations pour les 1 200 bénévoles de l’association pour faire avancer les projets que nous soutenons, et en particulier les trois projets portés par le projet Ocean Prysmian Group dans le cadre de l’opération « 1 click – 1 mètre ». Réciproquement, les actions de nos bénévoles ont aussi été un facteur de motivation pour Giancarlo afin de surmonter les épreuves puis, ainsi qu’il l’a expliqué, la solitude. Cette 9e édition restera une très belle expérience pour chacun d’entre nous d’autant que le final de la course a été incroyable avec les arrivées des huit premiers en moins de 24 heures après 80 jours de mer et des rebondissements jusqu’à la fin ! Merci à Giancarlo et à Prysmian Group qui, au-delà de nous avoir apporté leur aide et leur soutien, nous ont fait vibrer. »

127 000 mètres de câbles obtenus grâce à l’opération « 1 click – 1 mètre »
Lors de cette 9e édition du Vendée Globe, Giancarlo Pedote et son fidèle partenaire Prysmian Group, engagés au service de la solidarité, ont poursuivi leur initiative « 1 click – 1 mètre » destiné apporter une aide précieuse à Électriciens sans frontières, ONG de solidarité internationale engagée contre les inégalités d’accès à l’électricité et à l’eau dans le monde. Au total, grâce aux 127 000 mentions « j’aime », partages et commentaires opérés par les internautes sur les réseaux sociaux (Facebook et Instagram) du projet Prysmian Ocean Racing, l’ensemble des 6 775 mètres de câbles nécessaires à la réalisation des trois projets liés à ce tour du monde concernant le Lycée Saint-Charles Lwanga à Ziguinchor, au Sénégal, l’hôpital de Farafangana à Madagascar puis les écoles de N’grouli et Bawelessi au Togo, seront fournis. Et comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, le leader mondial de l’industrie des câbles et systèmes d’énergie et de télécommunication a d’ores et déjà annoncé qu’il s’engageait à donner autant de mètres de câbles qu’il y a eu de clics, soit 127 000 mètres qui serviront à d’autres projets en cours et à venir, pour ramener de l’électricité dans des zones défavorisés ou pour fiabiliser des réseaux électriques.

Source : Prysmian team