Transat. Jeanne Grégoire : « Réussir à être tout de suite dans le match ! »

Le départ de la Transat en double est prévu ce mercredi à 17h mais la météo semble encore difficile. On fait le point avec Jeanne Grégoire, coach depuis 2014 au Pôle Finistère Course au Large de Port La Forêt-Fouesnant qui nous parle de météo, de préparation et des clés de cette Transat qu’elle connait bien avec Erwan Tabarly – vainqueur en 2016 avec Thierry chabagny – entraineur du Pôle et avec qui elle totalise 16 participations .

Sur les dix-huit duos engagés sur la Transat en double au départ de Concarneau, huit d’entre eux se sont entrainés ensemble en baie de La Forêt.

« Il y a encore beaucoup de vent prévu au moment du départ avec cette dépression. Tant que celle-ci ne se sera pas évacuée, ce sera compliqué d’avoir un départ. Il y a ensuite une petite dépression dans le golfe de Gascogne qui est aussi de la même famille et qui empêche de partir. Il faut espérer qu’elle ne se réalimente pas. Après le Cap Finistère, il y aura une grosse dorsale qui ouvrira le jeu tactique. »

Les points clés
« Les points clés sur cette course, c‘est de réussir à être tout de suite dans le match. Ce qui n’est pas évident avec un départ qui se reporte. Trouver le bon dosage entre attaquer et ne pas casser le bateau. Être capable de bien suivre la météo dès les premières heures. »

La préparation
« 
On a fait des entraînements en double tout l’hiver. On est content que ce bateau traverse enfin l’Atlantique. On a hâte de voir comment il se comporte, comment les marins arrivent à tenir le rythme. C’est la course la plus importante sur ce bateau. On a travaillé sur la performance du bateau, l’optimisation du matériel dans toutes les conditions. On sait qu’en double on pousse beaucoup plus le bateau.

On a fait des stages, travaillé sur les choix de voiles, notamment le Code 0. Erwan Tabarly a fait un gros travail là-dessus en prenant toutes les traces de l’hiver. On a travaillé sur l’augmentation des vitesses moyennes, le fonctionnement en double. Additionner les compétences n’est pas l’exercice le plus facile pour des solitaires. La Sardina Cup était une bonne préparation. Sur nos 8 équipages, on a 8 bizuths de transat. Comment fonctionner en double pour optimiser la prise de décision. On a travaillé sur la réception météo. »

Les skippers auront accès aux infos météos en mer. Ils ont accès aux fichiers Arpège, GFS, Arome et images satellite. C’est la seule course où ils peuvent réactualiser leur météo en mer. « Il faut être très pertinent pour récupérer les infos à la bonne heure, les analyser et garder sa lucidité pour faire de la vraie stratégie à long terme ou sur des petits coups. Ils ont également la position des autres concurrents 4 fois par jour. Nous avons axés notre préparation sur comment on prend sa décision, choisir sa stratégie, sans regarder les autres, prendre la route optimum. En transat ceux qui déclenchent en premier sont souvent les mieux servis.« 

Les skippers Bretagne-CMB sont rapides
 » Ils disent qu’ils sont très rapides à trouver les bons réglages et cela augmentent leurs vitesses moyennes. Les bateaux se travaillent beaucoup à la barre pour trouver le bon angle et la conduite rapide du bateau. Autant en Figaro 2, c’était calé, ce n’était pas très difficile de trouver la vitesse optimum, là cela peut se jouer à quelques degrés. Après 3 ans depuis l’arrivée du FB3 on n’a pas encore trouvé tous les réglages même si on a bien progressé. On travaille au Pôle avec Nico Lunven qui nous a fait les polaires de routage sur la base de 12 bateaux. On espère que nos skippers sont bien armés. On est serein sur le travail que l’on a fait ensemble avec nos skippers mais on reste humble par rapport à une course où tout peut aussi arriver. « 

Sur les 18 duos engagés sur La Transat en Double Concarneau – Saint-Barthélemy au départ de Concarneau le 12 mai 2021, 8 d’entre eux se sont entrainés ensemble en baie de La Forêt. Ils espèrent jouer les premiers rôles à Saint Barthélémy mais la concurrence au sein de la flotte sera rude.
Les huit équipages du Pôle engagés sur cette course:

  • Team Bretagne CMB Océane : Elodie Bonafous navigatrice et Corentin Horeau
  • Team Bretagne CMB Performance : Tom Laperche – navigateur et Loïs Berrehar – Navigateur
  • Devenir : Violette Dorange et Alan Roberts Racing
  • Gardons la vue : Martin Le Pape et Yann Eliès
  • Guyot Voiles : Pierre Leboucher et Thomas Rouxel
  • “L’Egoïste” – Cantina Saint Barth : Eric PERON et Danet Miguel
  • Région Normandie : Alexis Loison – Skipper et Guillaume Pirouelle
  • Macif Course au Large : Pierre Quiroga – Navigateur et Erwan Le Draoulec – Skipper