Route du Rhum. Louis Burton : « C’est motivant de se bagarrer aux avant-postes »

Louis Burton - Bureau Vallée - Imoca © Benjamin Sellier - Wind4Prod

Parti dans le paquet de tête dès le top départ de La Route du Rhum – Destination Guadeloupe mercredi 9 novembre, Bureau Vallée maintient un rythme effréné au grand large du cap Finisterre. Si Louis Burton a enchaîné les manœuvres lors des premières 24h de course, place désormais au pilotage dans des conditions toniques sur une mer encore désordonnée. Objectif : attraper les Alizés, ces vents portants tant désirés pour glisser jusqu’en Guadeloupe.

- Publicité -

« C’était vraiment intense, j’ai rarement fait un départ de course avec autant de manœuvres. On a tricoté dans les contre-courants, comme si on était avec des petits dériveurs. C’était super sympa. Nous sommes passés dans le Four, puis au raz de Sein, nous avons beaucoup manœuvré. Je suis plutôt content, j’ai fait deux trois bêtises, mais je suis content de la vitesse du bateau au près » racontait ce matin Louis à la vacation de l’organisation. Le skipper de Bureau Vallée peut en effet être un homme heureux au regard de la superbe bagarre qu’il livre avec des concurrents de taille. Il reste cependant une longue route à courir jusqu’à l’île Papillon : 3 000 milles qui promettent une intensité de tous les instants.

Le marin et son bateau en pleine forme !
Aux trousses du leader Charlie Dalin, Louis Burton sait qu’il peut encore se passer mille choses. La météo n’est pas simple et demande beaucoup de concentration pour trouver la bonne trajectoire. « L’idée est d’aller chercher l’alizé en essayant de ne pas se faire manger par l’anticyclone des Açores. Il ne faut pas traîner. Dans trois jours nous devrions toucher l’alizé, d’ici là il faut essayer de rester rapide malgré une mer désordonnée. Il va falloir négocier les transitions dans les fronts pour glisser sous l’anticyclone, il y aura des moments avec peu de vent, ce sera stressant car il peut se passer plein de choses » expliquait Louis. Le menu de ce vendredi est donc l’étude des fichiers météo pour négocier au mieux les deux fronts (coups de vent) à venir. La prudence sera de mise dans la gestion du bonhomme et du bateau car l’objectif premier reste d’arriver à Pointe-à-Pitre. Louis confiait ce matin avoir une pensée pour les concurrents qui ont connu des avaries, à l’image de Damien Seguin qui a démâté cette nuit suite à une collision avec un cargo.

Pour l’heure, le bateau jaune et noir conforte sa position au sein du groupe de chasseurs, une grande motivation pour le skipper qui précisait également : « Pour l’instant au près, je m’en sors bien. On verra aux allures portantes ce que ça va donner, c’est très motivant de se bagarrer aux avant-postes. Charlie (Dalin) est loin devant c’est un marin exceptionnel, il connaît son bateau sur le bout des doigts. On va voir après en fonction des options. Il y a un passage de front, il faut s’accrocher, la route est encore longue. On va éviter de faire trop de bêtises. » précisait Louis Burton désireux plus que tout de saisir la moindre opportunité qui s’offre à lui pour rester dans le haut du classement.

Source Presse