Option payante pour Sébastien Simon et Morgan Lagravière

@ A. Courcoux

C’est l’ouest qui paie pour l’instant et c’est un trio composé de Sébastien Simon et Morgan Lagravière (Bretagne CMB Performance), Adrien Hardy et Thomas Ruyant (Agir Recouvrement) et Gildas Mahé et Nicolas Troussel (Breizh Cola) qui creusent un peu l’écart avec le reste de la flotte.
Entre ces trois-là et le duo Mathieu Claveau-Pierre Loulier (Les Frigos Solidaires), la flotte balaie l’Atlantique sur 35 milles de large, à la recherche de la petite porte qui permettra d’abord au mieux la descente vers Cabo Ortegal et la pointe nord-ouest de l’Espagne. Si, en fin de matinée, tous prenaient soin à se recaler vers l’ouest, la bataille d’empannages a rythmé une partie de l’après-midi. Qui sortira en soliste de ce ballet presque ordonné ? Qui aura eu le mauvais rôle dans Casse-Noisette ? Les plus occidentaux ou les plus orientaux ? Les ni-ni auront le dernier mot ? Verdict dans la soirée.

ILS ONT DIT
Sébastien Simon (Bretagne CMB Performance) : « La nuit fut compliquée, mais très agréable, car nous avons eu de superbes conditions. Puis le vent a tourné, il est devenu très irrégulier. Nous avons dû régler quelques petits soucis avec l’informatique. Mais nous sommes déjà calés, les quarts sont pris, et nous avons bien dormi à tour de rôle. Bref, on navigue en semi-solo. Le but est de garder de l’énergie pour après le Cap Finisterre, car ce sera très musclé. On est un peu plus à l’ouest que le reste de la flotte, c’est vrai, mais je n’ai pas compris pourquoi tout le monde est parti autant dans le sud (la nuit dernière, ndlr). On s’est calé entre le routage et les concurrents en essayant d’avancer le plus vite possible. Le vent devrait prendre de la droite, jusqu’à nous faire empanner sous spi. On espère croiser devant les autres. On aura la réponse dans la soirée ».

Yoann Richomme (Macif) : « On a fait un départ assez médiocre, avec pas mal de manœuvres un peu ratées, dont un mauvais envoi de spi, mais on s’est vite remis dedans, sans s’exciter. Heureusement, on avait quand même de la vitesse et plus de vent que prévu, ce qui nous a permis d’avancer toute la nuit avec 15-20 nœuds sous spi serré. On s’est décalé un peu dans l’est et on est dans un bon groupe de bateaux. On estime être dans le bon paquet, on est plutôt content des 24 premières heures, au final. Le vent est très variable, c’est très dur de poser une stratégie. Il y aura un empannage à passer ce soir pour prendre la direction du sud, le nez vers l’Espagne ».

Mathieu Claveau (Les Frigos Solidaires) : « L’ambiance était vraiment top au départ, c’était cool de voir tout le monde, de dire au revoir… Non, ça, c’était moins cool, mais on a attaqué avec un parcours côtier superbe, avec du soleil, du vent… C’était génial. (Naviguer avec les pros), c’était émouvant car on n’était pas si loin, on se battait bien devant la famille, les caméras. Nous voilà enfin seuls pour notre première transat AG2R LA MONDIALE. On a choisi de glisser vers le sud pour éviter la dorsale. Je ne sais pas si c’est si radical que ça, c’est un choix de « bon marin ». On se rallonge la route, mais on veut surtout ne pas « s’empétoler ». On suit notre option sans se soucier des concurrents ».

CLASSEMENT du lundi 23 avril à 16H

1- Bretagne – CMB Performance (Sébastien Simon / Morgan Lagravière) à 3688,89 milles de l’arrivée
2- AGIR Recouvrement (Adrien Hardy / Thomas Ruyant) à 0,78 milles du premier
3- Breizh Cola (Gildas Mahé / Nicolas Troussel) à 2, 44 milles
4- Everial (Tanguy Le Turquais / Clarisse Crémer) à 5,92 milles
5- Sateco-Team Vendée Formation (Benjamin Dutreux / Frederic Denis) à 7,16 milles