Normandy Channel Race. Beau duel entre Crédit Mutuel et Redman

Les conditions de ce début de course avantageuses aux nouvelles carènes, accouchent d’un beau duel en tête de flotte entre Crédit Mutuel (158), leader depuis la marque de parcours de Saint-Marcouf et Redman (161). L’équipage franco-espagnol, Antoine Carpentier et Pablo Santurde del Arco a marqué à la culotte le duo lorientais Ian Lipinski – Gwenolé Gahinet toute la journée. Une véritable bataille d’empannages au sud de l’Angleterre. Même combat quelques milles derrière entre le dernier né de la Class40 Project Rescue Ocean (162) et ses poursuivants Lamotte Module Création (153), Banque du Léman (159) et La Manche #EvidenceNautique (154). 

Malgré de larges sourires affichés par les skippers après le départ, heureux de retrouver la compétition (voir la vidéo Story du large – jour 1), l’affaiblissement du vent d’Est le long des côtes sud-anglaises (8-10 nœuds) n’est pas sans déplaire aux compétiteurs. Un peu de répit qui va permettre de soulager les skippers de la 12ème CIC Normandy Channel Race après un début de course au rythme effréné comme en témoigne Axel Trehin dans la vacation du jour : « Il y a du match avec pas mal de manœuvres et des coups à faire en terme de trajectoire. Il faut composer avec les vents particulièrement aléatoires de la côte sud-anglaise en alternant les quarts de barre et les quarts de repos pour essayer de reprendre des forces après ce qu’on a mis dans la bataille cette nuit où toute la garde-robe y est passé ». En queue de peloton, le duo père-fils du Class40 Eärwen s’est finalement dégagé du banc de sable des Shingles en tout début d’après-midi et sans dégâts apparents. 

Première échappée à Land’s end ?

Les leaders de cette édition 2021 sont attendus à Land’s End vers 22h ce soir. Crédit Mutuel (158) et Redman (161) devraient passer la pointe ouest de la Cornouaille à l’heure de l’étale de basse mer et ainsi éviter la renverse de courant. Un scénario qui permettrait au deux duos de creuser encore plus l’écart avec leurs poursuivants qui à contrario vont eux subir le courant contraire de la marée montante. Alors que les premiers passages à niveau de Barfleur et du Solent s’étaient pour l’instant déroulés dans des timings plutôt favorables, celui du passage de Wolf Rock peut s’avérer décisif quant à l’issue de l’épreuve. Le vent de secteur sud-est modéré présent actuellement sur zone va se maintenir dans la soirée et ainsi permettre aux marins d’enrouler la pointe ouest de l’Angleterre sous spi et de continuer à porter cette toile toute la nuit. Une rotation de vent forcissant de Sud-Est vers Est est attendue demain pour la remontée de la Mer Celtique. Les Class40 devraient alors naviguer au reaching  leur permettant d’afficher de belles vitesses pour atteindre Tuskar Rock en fin de journée. Si ce scénario s’avérait vrai, le phare de la pointe sud-est irlandaise serait alors atteint en un temps record de 48h. Du jamais vu sur l’épreuve…