Comme s’il en pleuvait

TP52 aux St Francis Big Boat Series 2004
TP52 aux St Francis Big Boat Series 2004

Le concept de cette nouvelle classe qui fait fureur des deux côtés de l’Atlantique a été à l’origine développé par une poignée de propriétaires américains, désireux de s’affronter en temps réel sur la Transpac (Los Angeles – Honolulu). Petit à petit, l’idée a fait son chemin, et la jauge, bien née, a suscité l’intérêt de nombreux armateurs lassés par les incessants changements des règles de l’IMS… Le TP52, schématiquement, est un bateau rapide, plaisant à mener, garantissant aux architectes une certaine liberté (bien que la jauge soit assez « type forming », comme disent les anglais, c’est-à-dire donnant lieu de par ses limitations à des dessins forcément assez proches). Cette classe vient à point nommé, alors que depuis des mois, les diverses instances internationales ne parvenaient pas à se mettre d’accord sur un nouveau format de Grand Prix : le TP52 remplit donc un espace laissé vacant par des tractations n’ayant jamais abouti à une solution satisfaisante ! Aujourd’hui, ce concept s’impose comme une évidence, et l’on pourrait voir en 2005 plus de 20 bateaux courir entre les Etats-Unis et le circuit méditerranéen. Par ailleurs, il est intéressant de noter que les acteurs majeurs de l’IMS en Europe se ruent vers le TP52 : le roi d’Espagne Juan Carlos, mais aussi l’équipe Near Miss de Franck Noël (vainqueur de la Copa del Rey et 3ème du mondial IMS), le roi Harald de Norvège (qui sera à la barre de son nouveau jouet en 2006), Peter de Ridder et son team Mean Machine… Sans compter les nouveaux venus !

- Publicité -

Une vraie série internationale
Car comme l’indique aujourd’hui Tom Pollack, président de la classe, « en trois ans, nous avons connu une montée en puissance spectaculaire, pour une jauge qui ne fait pas de publicité, ne se base pas sur un architecte ou un chantier principal, et où les décisions sont prises à 80% par les propriétaires. Je pense que tout le monde reconnaît les mérites d’une box rule qui ne change pas tous les ans. » Derniers développements en date, nous apprenons qu’un TP52 battant pavillon chilien s’alignerait en Méditerranée dès 2005 ! Ce bateau (baptisé « Pisco Soûra », le nom d’un explosif cocktail sud-américain) sera construit en Espagne chez Latitud 0, sur plans Botin & Carkeek – un cabinet emblématique de l’IMS, qui opère une intelligente reconversion ! Sur la côte est des USA, les choses bougent également puisque Tom Stark, pilier du New York Yacht Club, se fait construire un TP52 dessiné par Farr chez Cookson, en Nouvelle-Zélande. « Nous aurons plus de 20 unités, représentant 4 continents et 7 pays, d’ici à la fin 2005, termine Tom Pollack. Et j’espère que d’autres équipes sauteront le pas, et lanceront de nouveaux programmes pour pouvoir prendre part aux championnats de la série, programmés pour janvier 2006 en Floride. »

Technique
Lht : 52’ maxi
Largeur : mini 3,9 m – maxi 4,35 m
Tirant d’eau maxi : 3,05 m
Surface de GV maxi : 91,50 m
Déplacement : mini 7,48 tonnes (16,500 livres) – maxi 7,71 tonnes (17,000 livres)
Le règlement complet est disponible sur le site www.transpac52.org