Bôme cassée pour Patrice Carpentier,

Patrice Carpentier
Patrice Carpentier

« A vous tous, ma bôme s´est cassée dans un empannage accidentel alors que j´étais sous 3 ris par 27 noeuds. L´incident s´est produit à 17h30 GMT soit en début de nuit par 44°50 S et 111°46 E. Je fais cap à l´Est sous foc seul et je réfléchis en attendant que le jour se lève pour intervenir. Je ne possède pas a priori à bord de quoi réparer cette bôme. Donc, il faut envisager d´autres solutions dans la perspective de poursuivre ma route tout en sachant que désormais tout espoir de faire un classement est fichu. Salutations. Patrice Carpentier à bord de VM Matériaux ». Voilà le message envoyé hier en fin d’après-midi à la Direction de Course du Vendée Globe. Et si Patrice doit être en contact constant avec son équipe à terre pour tenter de trouver une solution, il se trouve ce matin à 634 milles dans le sud du Cap Leeuwin. Au pointage de 5 heures ce matin, il marche à 8,3 nœuds sur une demi-heure, alors que son plus proche voisin Joé Seeten (Arcelor Dunkerque), qui navigue dans le même système météo, est à… 15,2 nœuds. Il semblerait donc que Patrice n’ait pas encore trouvé ce matin le moyen de réparer sa bôme. Nous en saurons plus à la vacation de ce jour.

Côté tête de course, pas d’évolution révolution ! Jean Le Cam (Bonduelle) est en tête et devance Vincent Riou (PRB) de 23,5 milles. Depuis hier soir 20 heures, Mike Golding (Ecover) a pris la troisième place à Sébastien Josse (VMI) qui continue de manger son pain noir sur ce bord de louvoyage plein est. Tous les quatre naviguent dans le même système météo, soit 15 nœuds de vent pile dans les étraves. Mais le nouvel Ecover de Mike montre sa polyvalence et affiche un cap plus proche du vent de presque 10° comparé au VMI de Jojo, qui n’est autre que l’ancien Sodebo de Thomas Coville. Sébastien s’accroche sur ces longs bords de près et tente de tirer le meilleur de son bateau typé portant. Résultat : Mike n’est qu’à 12,2 milles devant au classement du petit matin, mais l’addition risque d’être de plus en plus salée au fil des heures…

Derrière, il y a du rapide et du moins rapide… Jean-Pierre Dick sur son Virbac-Paprec blessé accroche les 15 nœuds de vitesse moyenne sur 24 heures pour 357 milles parcourus, soit la meilleure performance du moment. Il continue de naviguer dans un souffle puissant d’ouest dominant, là où son voisin de devant Dominique Wavre (Temenos) commence à accrocher ce vent de nord qui devrait le sortir de cet anticyclone étiré comme un haricot juste sous la Tasmanie.

Pro-Form de Marc Thiercelin qui faisait route quasi-parallèle avec Nick Moloney (Skandia) depuis plusieurs jours suit un cap légèrement moins est ces dernières heures (70° pour 90°). « Météorologiquement parlant », rien n’empêche Marc de suivre un cap identique à celui de l’australien… Que cherche-t-il à faire ? Derrière, comme prévu, la queue de flotte traverse une petite zone de transition avec des vents plus faibles.

Source : Vendée Globe 2004