48h Défi Azimut. Départ de la course

Crédit V Curutchet / Défi Azimut - Lorient Agglomération

C’est à 15h08 que les 14 IMOCA se sont élancés de Lorient pour les 48H du Défi Azimut longue de 550 milles. Petit vent thermique, grand soleil et mer plate… De quoi prendre un départ serein pour toute la flotte emmenée ce soir par Charlie Dalin et Paul Meilhat sur APIVIA.

Après le départ canon de Groupe APICIL (Damien Seguin – Benjamin Dutreux), c’est APIVIA qui s’est rapidement emparé de la tête de la course. Rien de très surprenant de voir Charlie Dalin et Paul Meilhat aux commandes de la flotte après quelques heures de course.
APIVIA en pointe
Les vainqueurs du dernier Fastnet possèdent le plan Verdier le plus abouti (deuxième du Vendée Globe) et le connaissent sur le bout des doigts. Avec leurs grands foils qui bénéficient d’une clause d’antériorité* ils pouvaient appuyer rapidement sur l’accélérateur cet après-midi en tricotant le long de la côte dans un vent prenant un peu de vigueur à l’approche de l’archipel des Glénan. Lorsque Charlie Dalin évoque son co-skipper Paul Meilhat et leur fonctionnement à bord, c’est très clair : « Quand nous parlons, nous parlons la même langue », explique-t-il. « Quand on prend des quarts – on arrive à avoir un bon rythme de sommeil. Le flux fonctionne, tout est naturel. »
Derrière, la bataille faisait rage entre LinkedOut, autre plan Verdier favori de l’épreuve aux mains de Thomas Ruyant et Morgan Lagravière, Bureau Vallée (Louis Burton et Davy Beaudart), CORUM L’Epargne (Nicolas Troussel et Sébastien Josse) et Fortinet-Best Western (Romain Attanasio et Sébastien Marsset). 11th Hour Racing-Mālama, de Charlie Enright et Pascal Bidégorry, vainqueur des Runs hier, était lui un peu distancé à plus de 2 milles.
Le recalage au large des Glénan permettra ce soir d’établir une première hiérarchie plus nette mais les conditions très changeantes cette nuit pourraient rebattre les premières cartes jouées.

Première nuit tactique et exigeante
En effet, les concurrents vont voir le vent progressivement mollir et refuser pour s’établir à nouveau au Sud-ouest au passage d’une petite dorsale qui va ralentir toute la flotte avec un regroupement possible. Les trajectoires des IMOCA vont dessiner une aile de mouette avant de repartir sur la route à l’assaut de la première marque, distante de 220 milles de Lorient. Le vent ne fera alors que forcir en fin de nuit pour atteindre 25 nœuds et plus dans les rafales au passage d’un front derrière lequel il faudra virer de bord. Prises de ris, changements de voile d’avant, matossage et manœuvres exigeantes sont donc à prévoir. Du pain béni pour les média(wo)men embarqués, sans doute moins pour les duos cueillis à froid. Des conditions exigeantes qui pourraient laisser une porte ouverte aux IMOCA à dérives, encore concurrentiels au près.

Le vent assez faible et la mer résiduelle derrière le front devraient rendre la progression vers la marque 1 assez pénible en début de matinée demain, avant de pouvoir envoyer les spis à la mi-journée et glisser vers la deuxième marque de ce grand triangle atlantique.

  • La paire de foils d’APIVIA est plus grande que ce qu’exige la nouvelle jauge, entrée en vigueur début 2021, mais ils ont été jaugés avant le départ du dernier Vendée Globe et peuvent donc être utilisés en l’état.