L’IMOCA fait le plein

0
241
Premiers bords 60 pieds Delta Dore
DR

L’étiquette de favori semble agrafée dans le dos de Jean Le Cam (VM Matériaux). Lui s’en défend avec son bon sens naturel. « Ce sont les médias qui décident de ça. On verra sur l’eau ». Il n’empêche, le Roi Jean ne part pas pour étalonner sa monture et n’a pas peur des trois nouveaux monocoques. La motivation se ressent et son bateau polychrome à tendance fuchsia est parfaitement au point. Idem pour son sistership rouge et bleu, aux mains de son ami Roland Jourdain (Sill et Veolia). Bilou n’est pas plus inquiet, mais il aurait préféré une météo un peu plus musclée au départ. « Cela aurait permis d’écrémer un peu. On n’aime jamais trop le vent fort quand on vient de mettre à l’eau un nouveau bateau ! Sur le papier, les nouveaux monocoques vont plus vite que nous, mais sur ce Rhum, on doit pouvoir s’en sortir. »

Ces fameux nouveaux qui suscitent autant de curiosité sont les deux plans Farr de Jérémie Beyou (Delta Dore) et Vincent Riou (PRB) et le plan Owen/Clarke du Suisse Dominique Wavre (Temenos). Des bateaux puissants aux allures et gréements bien différents. « C’est la simplicité qui a prévalu, déclare Vincent Riou. Je voulais un bateau volontairement puissant et surtout facile à manœuvrer. »  Si Jérémie Beyou découvre à la fois la Route du Rhum et le 60 pieds Open, Dominique Wavre et Vincent Riou possèdent tous les deux une très grande expérience du mono 60. Pas besoin de round d’observation. Ils seront dans le coup. Initiateur des plans Farr dans la classe Imoca, Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec) possède également un voilier capable de pointer le premier son étrave en Guadeloupe. Après trois saisons complètes à bord, Jean-Pierre connaît parfaitement sa monture. De son côté, le Britannique Brian Thompson (Artemis) a bourlingué sur toutes les mers du globe, et sur tous les types de bateaux, du Mini 6,50 au maxi-catamaran. A la barre de l’ancien Pindar, il espère créer la surprise.

Plus dure sera la tâche pour Armel Le Cléac’h (Brit Air), Marc Guillemot (Safran), Anne Liardet (Roxy), Jean-Baptiste Dejeanty (Maisonneuve Région Basse Normandie) et Philippe Fiston (Adriana Karembeu Paris). Les deux premiers ont loué deux  monocoques d’ancienne génération en attendant la mise à l’eau de leur nouvelle unité l’année prochaine. Anne Liardet, seule femme engagée dans cette classe, connaît déjà les difficultés qui l’attendent, même si sa première participation à la Route du Rhum remonte à 1990. Jean-Baptiste Dejeanty affiche comme objectif de s’étalonner lui-même et le bateau. « Je veux pouvoir faire un bilan complet à l’arrivée. Ce bateau a beau être de la dernière génération, il est encore loin de son potentiel maximum ».  Pour Philippe Fiston, à bord du plus vieux monocoque de la flotte, être le premier Guadeloupéen à terminer la Route du Rhum dans cette classe sera pour lui une bien belle récompense.

Source La Route du Rhum – La Banque Postale