Un week-end musclé pour clore le Championnat Méditerranée

Prime Time Championnat Méditerranée IRC
DR

Pour Michel Lamberti, président de l’UNM, « réussir cette épreuve était inespéré compte tenu de la météo » mais le Président du comité a trouvé la fenêtre et a réussi à envoyer deux manches “épiques” : une première lancée avec 25 nœuds établis et une deuxième se finissant avec des pointes à plus de 40 nœuds. Tout le monde était rentré à temps et bien à l’abri quand Éole s’est déchaîné pour pousser ses rafales à plus 60 nœuds rageurs et causer pas mal de dégâts sur les pontons.

- Publicité -

Vainqueurs du Sémac en IRC1, Stéphane Vesseau et son First 44.7 Tac Tic terminent deuxièmes du Championnat Méditerranée entre Team Vision Future, le GP 42 de Jean-Jacques Chaubard et Bella Donna, le Vismara 46 de Jean-Marie Génari. Objectif atteint pour Marc Alpérovitch et Prime Time, vainqueurs du Championnat Méditerranée IRC UNCL en IRC 3 et deuxièmes au Trophée Sémac : « Les conditions étaient vraiment compliquées pour les organisateurs. Le comité a pris les bonnes décisions, il était possible de courir deux manches samedi matin et ensuite, il n’y avait plus rien à faire. Les deux manches ont été assez particulières avec une mer vraiment difficile dès que l’on n’était plus à l’abri de la corniche et un grand différentiel de force de vent entre la gauche et la droite du plan d’eau. A bord de Prime Time, nous n’avons pas pris de risque, nous avons essayé de nous appliquer au près. »

En IRC 4, Zulu, le Jpk 10.10 de François Alicot remporte le Sémac. En se classant deuxième, Bernard Daurelle sur son J 92 Jin Tonic remporte le Championnat Méditerranée : ” Dans l’avant-port nous sommes cueillis par 25 nœuds établis 30, 35 dans les rafales d’un fort mistral, nous décidons de naviguer GV haute ne connaissant pas le comportement du mat sous voilure arisée. Un super départ dans la première manche nous place en tête de la flotte, abrités sous la corniche nous tentons de tenir le bateau à plat dans les claques. Jeanne qui vient d’exploser sa GV doit renoncer, à la marque au vent nous croisons devant Zulu, les suivants sont très loin. Le mot d’ordre est finir, ne rien casser, donc tempérer les ardeurs de l’équipage qui aimerait bien suivre Zulu qui nous double sous spi lourd, l’interdiction de spier et le virement lof pour lof pour éviter l’empannage risqué sous GV haute, ne nous empêchent pas de gagner la manche. Le courageux comité lance la deuxième et dernière manche que nous courrons en mode sécurité totale, sans suivre Zulu et Jeanne, qui spient dans 35 nœuds établis. Nous sommes troisièmes de la manche et champions IRC 4 Méditerranée 2012. »