Route du Rhum. Sébastien Rogues, troisième en Ocean Fifty

Sébastien Rogues (Primonial), troisième en Ocean Fifty sur La Route du Rhum - Destination Guadeloupe 2022 Arnaud Pilpré / #RDR2022

Sébastien Rogues sur son Ocean Fifty Primonial a franchi en troisième position la ligne d’arrivée à Pointe-à-Pitre de la douzième édition de La Route du Rhum – Destination Guadeloupe. Son temps de course est de 11 jours, 3 heures, 37 minutes et 37 secondes. Il a effectué les 3 542 milles du parcours entre Saint-Malo et Pointe-à-Pitre à la vitesse de 13.23 nœuds sur l’orthodromie (route directe). Il a en réalité parcouru 4 220.75 milles à la vitesse moyenne de 15.77 nœuds (sur l’eau). Il est arrivé à Pointe-à-Pitre 06h 1mn et 45’ après le vainqueur Erwan Le Roux (Koesio).

- Publicité -
20/11/22 – 19h03 : Vacation / Ocean 50 – Sébastien Rogues / Primonial – © 6ème Sens

« Je suis à -10 niveau forme comme quand tu n’as plus rien dans le réservoir de ta voiture. Je suis HS. Mais l’important c’est que je sois là ! Traverser l’Atlantique en solo sur un Ocean Fifty est probablement la chose la plus incroyable de ma vie. La fatigue est tellement présente. Je ne sais plus dans quel monde je suis. Avec les jours et le repos, je vais réaliser. J’ai tellement tout donné, c’est la première fois que je suis allé aussi loin de toute ma vie. Je n’ai pas plus d’énergie. Ces bateaux ne demandent qu’à galoper, ce sont les plus beaux bateaux du monde. Les deux gars de devant sont incroyables ! C’est fou ce qu’ils ont fait, j’ai décroché il y a deux jours et demi. Ma vieille louloute, mon vieux bateau, il a 13 ans d’écart avec les autres. C’est ma dernière course avec lui, je suis assez sentimental, c’était mon dernier bord avec lui. Je suis content d’avoir tenu la cadence du taulier, Erwan Le Roux. Il a plus d’expérience que Quentin (Vlamynck) et moi réunis. Quentin a fait du couse de fou mais sur la fin Erwan était fluide, plaçait parfaitement ses attaques, je sentais qu’il ne lâcherait jamais rien. Est-ce que je suis déçu de ne pas avoir jouer cette partie à trois jusqu’à la fin ? Je ne pense pas. Je n’ai pas de regret, j’ai tout donné. J’ai été heureux de les voir se bagarrer. Je suis très heureux de ma troisième place. Ce qui m’a surpris, c’est l’énergie que demande le bateau tout le temps, il n’y a jamais de pause, c’est épuisant moralement. On y laisse une énergie de fou d’être aussi proche des éléments. Les paquets de mer s’effondrent sur le pont. Mais tu fais de l’Ocean Fifty pour ça. »


Vainqueur de la Transat Jacques Vabre 2021 (avec Mathieu Souben), Sébastien Rogues faisait lui-aussi clairement partie des favoris à la victoire de cette 12e Route du Rhum – Destination Guadeloupe. Pour sa première participation à la célèbre transatlantique en solitaire, Sébastien a su rester parfaitement dans le tempo toujours dans le sillage des deux premiers se positionnant même deuxième dans l’Est des Açores pendant quelques heures. Sur son Primonial, âgé de 13 ans d’âge, Sébastien a su démontrer tout son talent de fin régatier face à des concurrents aux montures beaucoup plus récentes, à l’instar de Koesio et Arkema. Les conditions toniques et très irrégulières dans les alizés, marquées par des grains violents, ont distendu l’élastique entre Primonial et ses rivaux sur la dernière ligne droite vers la Guadeloupe. Le marin est arrivé extenué malgré l’adrénaline des dernières heures de course et avec un bateau dont aucune avarie n’est à signaler. Il complète un podium magnifique en Ocean Fifty, classe de trimarans de 50 pieds au niveau de jeu de plus en plus élevé, s’il fallait encore le démontrer…

« Je suis heureux sportivement d’être sur le podium de cette course avec un magnifique vainqueur et son dauphin qui l’est tout autant. Je suis déçu pour Quentin (Vlamynck) mais le patron est bel et bien Erwan (Le Roux) sur cette course mais c’est de bonne guerre car il a plus d’expérience que Quentin et moi réunis. Je sentais qu’Erwan était dans le coup et qu’il allait passer. Il faut désormais que je dorme pour que je puisse faire une analyse plus sereine de la course. J’ai tout donné et c’est la première fois de ma vie que je suis allé aussi loin dans un challenge sportif. Je n’en reviens pas moi meme !. Tu ne peux avoir de regrets que si tu n’as pas tout donné pour y arriver ».