Route du Rhum. Conrad Colman : ” Je suis prêt ! “

Le néo-zélandais Conrad Colman va s’élancer sur sa 2e Route du Rhum ce mercredi à la barre d’Imagine, l’ancien V&B de Maxime Sorel qui a fait ses preuves.

En 2010, un an après avoir bouclé sa Mini Transat*, Conrad prenait le départ de la mythique Route du Rhum en class40 « C’est un souvenir incroyable, il y a une telle ambiance, tellement de monde, c’est assez unique. En plus j’avais eu un parrain de choix avec Mike Birch qui participait cette année là à la course avec son mythique trimaran! J’ai été bien attristé d’apprendre son décès ce matin. »
Douze ans après, quelques nouvelles aventures à son actif (3 tours du monde et 2 enfants!), l’envie reste la même : rejoindre la Guadeloupe le plus vite possible avec un bateau cette fois un peu plus grand.

- Publicité -

A la barre d’Imagine, l’ancien V&B de Maxime Sorel, un bateau à dérives de 2007, le kiwi a hâte de batailler sur l’eau avec les autres bateaux de sa génération. Devenu en 2016 le premier marin à boucler le Vendée Globe sans utiliser d’énergies fossiles, Conrad souhaite continuer à utiliser son projet pour promouvoir des solutions éco-responsables. De son fournisseur de voiles One Sails qui produit ses voiles en Italie avec des membranes recyclables à l’hydro-générateur qui permet de produire l’énergie nécessaire au chargement de ses batteries, il s’attelle à trouver des compromis correspondant à ses valeurs.

« La flotte est très hétérogène, il va y avoir plusieurs courses dans une. D’un côté les foilers, qui vont quand même dans certaines conditions 8 nœuds plus vite que nous, de l’autre les bateaux à dérives. Mes concurrents principaux seront Louis Duc, Eric Bellion, Tanguy le Turquais, Guirec Soudée et Benjamin Ferré pour en citer quelques-uns, ça va être passionnant! » La course devrait durer entre 10 et 15 jours, largement le temps de repousser ses limites mais aussi de profiter de ces moments en mer qui donnent la motivation nécessaire pour s’accrocher à ses rêves.

Conrad Colman embarquera à bord une toile de soie disposée sur sa bôme d’un artiste new yorkais qui révélera après la course une oeuvre dessinée par la mer, les embruns et les éléments.