Route du Rhum. Charles Caudrelier: “La difficulté sur ces bateaux c’est de pouvoir dormir tout en restant rapide!”

Charles Caudrelier a profité du long week-end de la Pentecôte pour partir au large en solitaire et s’acquitter des 1 200 milles requis par la direction de course dans des conditions variées et propices aux hautes vitesses pour se qualifier pour la Route du Rhum. Au-delà d’une qualification, cette sortie au large de quatre jours s’inscrit pleinement dans le programme d’entraînement du Gitana Team et était l’occasion pour le marin de renouer avec le solitaire.

- Publicité -

Vendredi 3 juin en début d’après-midi, Charles Caudrelier larguait les amarres des pontons lorientais de la Base pour une navigation de 4 jours et 3 nuits au large. Cette session d’entraînement de près de 2 000 milles nautiques était une première en solitaire pour le marin à la barre du géant de 32 mètres, mais aussi un vrai retour aux sources quatorze ans après sa dernière expérience en solo.

Pour autant, ce changement de format n’a absolument pas perturbé le skipper du Maxi Edmond de Rothschild, ravi au contraire de renouer avec cet exercice qu’il affectionne : « J’ai démarré la compétition en course au large en faisant du solitaire en Figaro. Ça a toujours été très naturel pour moi de naviguer en solo et malgré le temps passé sans en faire et le changement de dimension du bateau… j’ai très vite retrouvé mes automatismes, mes réflexes. C’était un vrai plaisir ! », confiait Charles avec un large sourire à son arrivée hier soir, avant de détailler les conditions de sa navigation : « Le parcours était super, varié en termes de météo et physique avec pas mal de manœuvres. Pour la qualif je devais faire 1 200 milles, mais pour aller chercher des conditions intéressantes nous avions tablé sur une grande boucle au large vers les Açores de près de 2 000 milles. Trois nuits, quatre jours, c’est un format idéal, le minimum pour se mettre dans un état de fatigue proche de ce que l’on va rencontrer en course. J’ai fait du près et du reaching à l’aller, avec aussi bien du petit temps que du vent, jusqu’à 25 nœuds, à l’approche de la dépression que j’allais chercher, puis du portant sur le retour en étant à l’arrière du front. La gamme était variée et c’est ce qu’il faut pour un entraînement réussi. »

Au-delà des réglages du bateau, que l’on sait infinis sur ces grands maxi-trimarans de pointe, c’est aussi son rythme à lui que Charles Caudrelier a pu tester et éprouver : « La difficulté sur ces bateaux et aux vitesses auxquelles nous naviguons est de dormir en restant rapide. Il faut accepter que tu ne puisses pas régler le bateau comme en équipage et en double. C’est dans cette partie de l’exercice qu’il y a pour moi le plus à gagner ! »

Avant un mois de juillet, plutôt placé sous le signe de l’équipage avec la Finistère Atlantique et la Drheam Cup, l’objectif était clairement de décrocher cette qualification officielle pour la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, dans la classe Ultim 32 / 23. Avec la précision d’un métronome, et bien que le Maxi Edmond de Rothschild ne soit à l’eau que depuis un mois, Charles Caudrelier et les membres du Gitana Team ont su parfaitement respecter ce timing serré. La montée en puissance du duo que forme Charles Caudrelier et le géant bleu aux cinq flèches va naturellement se poursuivre. La deuxième phase des entraînements en solitaire reprendra à la fin de l’été avec un bateau doté de ses tous nouveaux appendices et donc dans sa version définitive de la Route du Rhum.

D’ici là, rendez-vous à Concarneau le vendredi 1er juillet pour le départ en flotte de la Finistère Atlantique.