Route du Rhum. Arrivée d’Arthur Le Vaillant, 6e en Ultime

Arthur Le Vaillant, skipper de l'Ultim 32/23 Mieux, 6e de la Route du Rhum - Destination Guadeloupe 2022 Arnaud Pilpré / RDR2022

Arthur Le Vaillant est arrivé à Pointe-à-Pitre et prend la sixième place en Ultime. Une belle performance pour le skipper qui a pris le bateau au dernier moment et qui s’était donné comme objectif de finir. Pari réussi.

Il aura mis 10 jours 1heure 26minutes 51secondes pour effectuer les 3542 milles du parcours entre Saint-Malo et Pointe-à-Pitre à la vitesse de 14.67 noeuds sur l’orthodromie soit 3 jours 5 heures de plus que Gitana. Manifestement heureux de poser le pied à Pointe à Pitre, Arthur Le Vaillant a atteint son objectif.
« Voilà, le contrat est rempli et je suis très heureux d’être avec vous. Je remercie ceux qui ont cru en nous, en moi, qui nous ont fait confiance sur ce projet où rien n’était gagné d’avance. Je suis très heureux d’avoir réussi à amener ce bateau jusqu’ici et et je pense d’une belle manière.
Oui, j’étais heureux en mer, je ne navigue pas assez en fait, je passe beaucoup trop de temps à monter des projets et organiser des choses. Là, en mer, c’était magique. C’est même trop court ! Ces bateaux sont trop rapides, il va falloir les ralentir un peu ou bien aller faire des tours du monde avec, ils sont taillés pour ça. Les skippers de devant sont incroyables. Ils arrivent à naviguer aussi vite en solitaire qu’ils le feraient en équipage j’ai l’impression. C’est dingue, ils ont réussi à passer des caps. Ils se sont beaucoup entrainé et ont beaucoup travaillé, ils vivent dans un autre monde.
C’était sympa de pouvoir passer un peu de temps avec Francis (Joyon) et Yves (Le Blévec) à la pointe de Bretagne et dans les premiers jours de course. Après, on n’avait pas tous les mêmes objectifs. Le mien était d’amener le bateau à bon port et j’ai du composer pour qu’il arrive en bon état et moi aussi. J’ai essayé de ne pas me faire peur. Ça m’est arrivé de ne pas être très serein lorsque tu as des claques à 30/35 noeuds et que tu es tout dessus avec des bascules de 50 degrés. J’avais surtout peur de ne pas arriver à finir. On a passé deux fronts et j’ai dosé au maximum pour ne pas mettre en péril le bateau, j’ai un peu bricolé mais dans l’ensemble, ça s’est très très bien passé.
Autour de la Guadeloupe, je suis resté bien bloqué sous Basse terre comme il ya quatre ans. Mes routeurs Pep Costa, Tom Dolan et Tanguy Leglatin voulaient que j’aille au large mais j’avais peur car il ya beaucoup de filet. Et puis ça m’a permis de voir cette belle côte de Basse Terre, c’était un joli moment ce matin avec des lumières superbes et ces gros nuages qui descendaient des montagnes
».

- Publicité -