Normandie Channel Race. Le bon coup de Project Rescue Ocean à moins de 12h de l’arrivée

Départ de La CIC Normandy Channel Race 2021, Ouistreham le 30 mai 2021, Photo © Jean-Marie LIOT #CICNCR2021

Le dernier né de la Class40, Project Rescue Ocean est en tête à moins de 24h de l’arrivée après avoir bien négocié le passage au sud de Guernesey. Dénouement demain, vendredi 4 juin, en tout début de matinée.

Comme les prévisions l’annonçaient, à l’approche de Guernesey les vitesses du peloton de tête de la 12ème CIC Normandy Channel Race ont commencé à chuter, puis à littéralement s’effondrer au sud de l’île anglo-normande et ce malgré un courant favorable. C’est le dernier né de la Class40, Project Rescue Ocean (162), qui a le mieux négocié ce passage à niveau délicat, pour finalement s’extirper le premier du Grand Russel et toucher à nouveau un flux de nord-ouest d’une dizaine de nœuds.

Tandis que ses poursuivants que sont Crédit Mutuel (158) et Redman (161), subissent encore les dévents de l’île et progressent péniblement à une allure d’un ou deux nœuds, le duo Axel Trehin / Frédéric Denis est en train de s’échapper à 7 nœuds. Nous assistons là au probable tournant pour la victoire finale mais nous savons que sur cette grande classique normande rien n’est jamais joué d’avance.

Au fil des éditions, la CIC Normandy Channel Race s’est construit une réputation de course où rien n’est acquis d’avance, surtout tant que le Raz Blanchard n’est pas passé. Le passage au large du Cap de la Hague et de la pointe de Barfleur peut encore réserver quelques retournements de situation inattendus. Tout va définitivement se jouer avec la renverse de courant prévue en début de soirée à 19h. Si le leader arrive à passer avant la rotation du courant, l’issue de l’édition 2021 sera alors presque certaine. À contrario, si le Class40 numéroté 162 vient à buter contre un courant défavorable, il risque de voir fondre comme neige au soleil ses milles nautiques d’avance précieusement acquis. On assisterait alors à un nouveau resserrement de la flotte augurant un sprint final dantesque. Vent faible et courant fort vont pimenter la dernière nuit de course, à savoir qui l’aura dans un sens et qui l’aura dans l’autre. Une tension nerveuse extrême doit régner en ce moment à bord des Class40. Une fois Barfleur dans le tableau arrière, un flux d’une dizaine de nœuds devrait accompagner la tête de flotte en Baie de Seine jusqu’à l’arrivée prévue demain en début de matinée.

Ce matin pendant que les leaders progressant en Manche sous spi et mer plate, le groupe qui ferme la marche composé de Gustave Roussy (133), Eärwen (88) et Sec Hayai (44) s’est fait cueillir par un vent de sud atteignant 35 nœuds dans les rafales au moment d’enrouler le rocher du Fastnet. S’en est suivi une rapide traversée retour de la Mer Celtique qu’il ont dévalé à tout allure au reaching tribord amure. Dans le peloton du milieu, à l’instar de E. Leclerc Ville La Grand (160), Legallais Team Voile (145) et Le Choix Funéraire (139), ont décidé de tenter une option vers l’Est en passant par la baie de Penzance afin de contourner la dorsale anticyclonique par le nord. Ce choix sera-t-il payant et permettra-t-il de dépasser La Manche #EvidenceNautique (154) situé une quinzaine de milles devant.

Quelque soit le scénario qui va arriver, la fin de cette course s’annonce aussi excitante pour les passionnés de course au large, que tendue pour les marins à bord. Dénouement demain, vendredi 4 juin, en tout début de matinée. Restez connectés !