Figaro. 17 duos pour la Transat en double

Conference de presse de la Transat en Double 2021 - Rennes le 30/03/2021 Alexis Courcoux

Ils seront 34 navigatrices et navigateurs a se lancer dans une traversée de l’Atlantique en tandem en Figaro Bénéteau 3. Parmi eux, près de la moitié prendra part à la transat pour la première fois. Pour cette 15e édition, ils seront en effet 15 bizuths à rallier Concarneau à Saint-Barthélemy, à l’image des trois femmes de la flotte : Elodie Bonafous (Bretagne – CMB Océane), Estelle Greck (RLC Sailing) et Violette Dorange (Devenir). À 20 ans, cette dernière est d’ailleurs la benjamine de la course et s’attend à « 20 jours à fond » pour traverser l’Atlantique !

Pour le doyen, Yannig Livory (Interaction), c’est une autre histoire. À 54 ans, le Breton fêtera cette année sa 10e participation. Un record dont se rapproche Eric Péron ((L’Égoïste) – Cantina Saint-Barth) qui en compte déjà 7 à son actif et qui ne cache pas le lien « sentimental » qu’il a avec la Transat en Double – Concarneau – Saint-Barthélemy. En duo avec Pierre Leboucher (GUYOT environnement), Thomas Rouxel fera son retour après 11 ans d’absence sur cette épreuve qu’il « adore ». Fabien Delahaye (Groupe Gilbert), l’unique ancien vainqueur (2010) présent sur cette édition, avoue quant à lui n’avoir « que des bons souvenirs sur cette course ! »

Qu’ils soient nouveaux venus comme les duos Nils Palmieri et Julien Villion (TeamWork), Jérôme Samuel et Nicolas Salet (Erisma – Groupe SODES – Fondation Tara Océan), Pep Costa et Will Harris (CYBELE VACANCES – TEAM PLAY TO B) notamment, ou cadors du circuit à l’image de Gildas Mahé et Tom Dolan (BREIZH COLA), Tom Laperche et Loïs Berrehar (Bretagne – CMB Performance), Martin le Pape et Yann Eliès (Gardons la vue), Tanguy Le Turquais et Corentin Douguet (Quéguiner – Innovéo), Alexis Loison (RÉGION NORMANDIE) ou encore Pierre Quiroga et Erwan Le Draoulec (Skipper Macif), tous devront gérer la même inconnue : traverser l’Atlantique à bord du Figaro Bénéteau 3. Pour Nicolas Bertho (KRISS – LAURE), qui a connu les versions 1 et 2 du monocoque, le troisième du nom est « un bateau intense, sportif ». Le jeu s’annonce donc ouvert et la régate promet d’être passionnante. Au terme des 3 890 milles théoriques de la course, les vainqueurs seront fêtés à la fin du mois de mai à Saint-Barthélemy !