Départ de la Transat AG2R ce dimanche

Anthony Marchand, skipper du Figaro Groupe Royer - Port La Foret le 20/03/2018

Ils sont impatients de partir et chaque duo peut croire en ses chances. Les prétendants sont nombreux pour cette AG2R en Figaro 2 pour la dernière fois. Des petits airs sont attendus pour le départ, puis du portant puissant avant de fondre sur des zones de transition.
Le beau temps a des conséquences collatérales : cet air chaud africain qui s’engouffre sur l’Europe depuis quelques jours a généré de jolies bulles anticycloniques qui perlent dans le golfe de Gascogne et qui tentent de fusionner. Ainsi dimanche matin, le vent est annoncé par Météo Consult plutôt faible et le ciel légèrement nuageux. Mais dès les douze coups de midi, la brise va s’orienter au secteur Ouest à Sud-Ouest pour cinq nœuds assez instables, mais se construisant progressivement pour atteindre plus de dix nœuds dans l’après-midi quand les leaders vont virer la bouée Jaune de Glénan. Il faudra alors traverser le golfe de Gascogne, un premier piège avec des vents plutôt souffreteux de secteur Nord-Ouest, puis Nord lundi.
Ce léger flux devrait inciter la flotte à piquer assez directement et au plus court vers les côtes espagnoles où la brise devrait prendre une composante Nord-Est à Est en se renforçant à une douzaine de nœuds : il faut donc s’attendre à ce que les duos frisent les côtes ibériques du côté de La Corogne pour passer à l’intérieur du DST Finisterre (Dispositif de Séparation du Trafic). C’est lors de cette phase que les leaders vont pouvoir faire le break car le vent va progressivement mais rapidement fraîchir à plus de 25-30 nœuds de Nord le long des côtes galiciennes puis portugaises ! Un moment clé sur cette transat : n’oublions pas que les Figaro Bénéteau sont chargés (plus de 250 kg supplémentaires par rapport à une Solitaire, avec 150 litres d’eau douce et 40 litres de gasoil entre autres… soit près de 10% du poids lège). Savoir réduire la toile au bon moment et passer sous spi lourd avant d’avoir explosé son médium seront les atouts des futurs vainqueurs…
Lâcher du lest avant la molle…
Le timing est tel que les premiers (et probablement les derniers aussi, car les écarts ne devraient pas être très significatifs à l’issue de la traversée du golfe de Gascogne) devraient décrocher la timbale dans la matinée de mardi car ensuite, il y aura deux bonnes journées à surfer sur une belle houle de Nord et des alizés portugais musclés… Au moins jusqu’à Madère où les prévisions font état d’un sensible ralentissement ! Avant une nouvelle bouffée d’air le lendemain pour piquer sur les Canaries. Faudra-t-il chercher la bouée mouillée au Nord de l’île de La Palma pour couper au plus court ou vaudra-t-il mieux profiter de l’effet Venturi entre les îles de Tenerife et de Gran Canaria ? C’est probablement à ce stade que les véritables options stratégiques vont s’élaborer avant une traversée de l’Atlantique (2 500 milles) qui s’annonce déjà comme compliquée !

LES ENGAGES

1- Loïs Berrehar / Erwan Le Draoulec (Concarneau Entreprendre)
2- Mathieu Claveau / Pierre Loulier (Les Frigos solidaires)
3- Damien Cloarec / Damien Guillou (Saferail)
4- Thomas Dolan / Tanguy Bouroullec (Smurfit Kappa – Cerfrance)
5- Corentin Douguet / Christian Ponthieu (NF Habitat)
6- Benjamin Dutreux / Frédéric Denis (Sateco – Team Vendée Formation)
7- Guillaume Farsy / Renaud Nicot (Cornouaille – Solidarité Saint-Barth)
8- Adrien Hardy / Thomas Ruyant (Agir Recouvrement)
9- Pierre Leboucher / Christopher Pratt (Guyot Environnement)
10- Martin Le Pape / Yoann Richomme (Macif)
11- Tanguy Le Turquais / Clarisse Crémer (Everial)
12- Gildas Mahé / Nicolas Troussel (Breizh Cola)
13- Anthony Marchand / Alexis Loison (Groupe Royer – Secours Populaire)
14- Justine Mettraux / Isabelle Joschke (Teamwork)
15- Eric Peron / Miguel Danet (Le Macaron French Pastries)
16- Pierre Rhimbault / Romain Attanasio (Bretagne CMB Espoir)
17- Sébastien Simon / Morgan Lagravière (Bretagne CMB Performance)
18- Erwan Tabarly / Thierry Chabagny (Armor Lux – Gedimat)
19- Ronan Treussart / Simon Troel (Les Perles de Saint-Barth)