Class40. Catherine Pourre – Ëarendil remporte la Caribbean 600

RORC Caribbean 600 (2019)/Arthur Daniel

Catherine Pourre s’adjuge pour la deuxième année consécutive la prestigieuse Caribbean 600 en Class40. Ils étaient 10 au départ à Antigua pour avaler le parcours de 600 milles qui les attendaient. Parmi eux, Kito de Pavant (Made in Midi), Louis Burton (BHB), Halvard Mabire (Campagne De France), Luke Berry (Lamotte – Module Création) et Aymeric Chappellier (Aïna Enfance et Avenir).

Un trio de tête se dessina rapidement en début de parcours entre la tenante du titre, Catherine Pourre, Aymeric Chapellier et Luke Berry. Malgré un parcours très technique, qui demande aux concurrents pas mal de manœuvres pour naviguer entre les îles des caraïbes, ces trois-là ne se sont pas lâchés d’une semelle durant les 600 milles qui les séparaient de la ligne d’arrivée à Antigua. Et c’est bien Catherine Pourre et ses quatre équipiers, Massimo Juris, Pietro Luciani, Pablo Santurde et enfin Carlos Ruigomez qui franchirent la ligne d’arrivée en premiers. Malgré un équipage plus nombreux que ses concurrents directs (1 de plus), Ëarendil, skippé de main de maître par Catherine, termine juste devant Aymeric Chappellier et Luke Berry. Un combat de chaque instant, puisque seulement 4 minutes le sépare du second et 6 minutes du troisième. Il suffit de 13 heures et 41 minutes au Class 40 Ëarendil pour boucler le parcours, soit 41 minutes de plus que la précédente édition en 2018 pour Catherine et son équipage. Halvard Mabire et Miranda Merron (Campagne de France) terminent à une très belle quatrième place devant Louis Burton après 15 heures et 54 minutes de course. Kito de Pavant et son Class 40 Made in Midi, après avoir dû faire escale à Saint-Barthélemy suite à une avarie de voile, a été contraint d’abandonner la course. On reverra Kito rapidement au départ de la régate St. Maarten Heineken Regatta qui aura lieu dans moins d’une semaine.

« C’était stressant, Eärendil n’a pas été le plus rapide sur certaines allures, nous étions tous les trois en train de nous battre et de nous échanger la tête de la course tout le temps », a commenté Catherine Pourre. « Eärendil est un peu plus âgé que les autres concurrents, mais leur conception est similaire. Le facteur clé était de pouvoir choisir les bonnes voiles pour les différentes allures. Si tu changes, cela peut prendre une demi-heure, mais si tu ne changes pas, tu peux perdre plus que ça. C’était du match racing, surtout à la fin ou on était vraiment sous pression tout le temps. L’année dernière, on se battait contre les éléments, cette année c’était contre nos concurrents que nous pouvions voir tout le temps. Ce fut une bataille intense qui ne faiblit jamais, de jour comme de nuit. Aymeric (Chappellier) et Luke (Berry) ont tous deux navigués avec une équipe de quatre personnes et nous y sommes allés à cinq. Physiquement à quatre ça aurait été dur. Même si nous étions un peu plus lourds, je ne regrette pas ce choix et l’équipage a été aussi impressionnant que l’année dernière. »

Source UNCL