Vendée Globe. Nicolas Rouger sur l’IMOCA Campagne de France aux couleurs de Demain C’est Loin !

Nicolas Rouger dont on vous présentait son projet original financé par l’art compte s’aligner au départ du Vendée Globe sur l’ex-Campagne de France de Miranda Merron. Il s’ets entouré de spécialistes avec Sébastien Audigane et Matthieu Cassanas.

- Publicité -

Lire aussi : https://www.courseaularge.com/vendee-globe-nicolas-rougier-un-projet-original-finance-par-lart.html

On pourrait dire que le futur Imoca 60 DEMAIN C’EST LOIN (anciennement prénommé Temenos, Mirabaud, Great American IV et Campagne de France) connaît quasiment par cœur le chemin qu’un solitaire doit parcourir pour terminer le Vendée-Globe : Dominique Wavre, Richard Wilson et Miranda Merron ont déjà bouclé la boucle à bord du même bateau, sur cette course emblématique.

Conçu par le cabinet d’architecture navale britannique “Owen Clarke Design” et construit en Nouvelle Zélande au chantier “Southern Ocean Marine”, cet Imoca 60 a été mis à l’eau en 2006 et est caractérisé par un design classique.
Solide et fiable, le plan “Owen Clarke”, correspond parfaitement aux ambitions de Nicolas Rouger et de son équipe.
“L’ancien “Campagne de France” a été le premier Imoca que nous avons visité avec Matthieu Cassanas, le boat captain de l’équipe.” Raconte Nicolas “C’est grâce à Sébastien Audigane, notre coach-performer, que nous avons été mis en relation
avec Halvard Mabire. Le courant est vite passé avec Halvard et le bateau nous a tout de suite plu par sa solidité…Nous avons en revanche décidé de voir d’autres voiliers, pour avoir une idée plus large du marché.”
L’objectif premier étant de terminer la course, ce bateau robuste est certainement l’une des meilleures options pour Nicolas qui participe à son premier circuit IMOCA.

« En 2014 le bateau a été complètement refité et adapté au gabarit de Richard Wilson qui est grand : je me suis vite senti à l’aise à bord. De plus il n’y a pas d’outrigger, pas de foil : il est simple et peut se manœuvrer sans zodiac. Notre
objectif premier est de naviguer. Si on a le temps et le budget pour l’améliorer on le fera. Il est déjà en très bon état pour participer aux courses. Pour nous, l’important, est de réaliser notre projet artistique et éducatif avec nos partenaires et, à la clé, un tour du monde au compteur »

Le bateau, qui a été skippé sur le dernier Vendée-Globe par Miranda Merron, est actuellement à Caen et devrait arriver par convoi routier à sa nouvelle base – le port de Sète – au début du mois d’avril.