Ultim. Brest Ultim Sailing rachète le trimaran Actual

17_080758 ©Th.Martinez/Sea&Co. BELLE ILE - - FRANCE . 14 Septembre 2017. Yves Le Blevec (FRA) à la barre de l'Ultim ACTUAL" en préparation de sa tentative de record du tour du monde à la voile en solitaire à l'envers ( d'Est en Ouest).

La société Brest Ultim Sailing fondée en 2018 a racheté le trimaran Ultim Actual qui était skippé par Yves Le Blevec. Ce dernier a racheté au mois d’Août 2020 le trimaran Macif « M100 » de François Gabart avec Samuel Tual, Président d’Actual Group.

Avec ce trimaran, la société dirigée par Emmanuel Bachellerie, par ailleurs ancien Délégué général de la Classe Ultim 32/23 entend louer le trimaran. Il sera sorti de l’eau dans les prochaines semaines afin d’être prêt pour aboutir à sa commercialisation sous différentes formes ; location, location avec option d’achat ou revente, tout est ouvert pour peu que le trimaran soit exploité dans le cadre des prochaines courses auxquelles les trimarans Ultim participeront (Transat Jacques Vabre 2021, Route du Rhum 2022 et Brest Oceans 2023, à minima).

BUS proposera, par ailleurs, aux futurs exploitants s’ils le désiraient, l’ensemble des dispositifs techniques, sportifs et de médiatisation afin que le projet soit tendu vers une utilisation maximisée. Si le timing est serré pour la prochaine Transat Jacques Vabre, tout est mis en œuvre afin qu’il puisse prendre le départ.

Successivement détenteur du record du tour du monde en équipage (Trophée Jules Verne) par Olivier de Kersauson en 2004, du même record mais en Solitaire (Trophée Antoine de St Exupéry) ainsi que celui de l’Atlantique Nord par Thomas Coville en 2016 et 2017 et de la Transat Jacques Vabre en 2017, le trimaran a permis, enfin, à Yves Le Blévec de finir 3e de la Brest Atlantiques en 2019.

D’une génération précédente aux multicoques « volants », ce trimaran porte, en lui, une longue histoire marine, fut skippé par 3 marins exceptionnels et a montré une redoutable fiabilité.

Pour Emmanuel Bachellerie, Directeur général : « la course au large est technologique mais, aussi, profondément humaine. Elle est de performance mais, aussi, d’aventures. Elle est tournée vers demain mais aujourd’hui, comme hier, avant de gagner une course, il faut pouvoir la finir comme ne cessent de le répéter les marins aux palmarès les plus étoffés ; de Michel Desjoyeaux jusqu’à Loïck Peyron en passant par Jean Le Cam. La Route du Rhum Destination Guadeloupe 2018 et le dernier Vendée Globe en furent deux traductions nettes. Ces multicoques, qui me passionnent depuis 20 ans, ont entamé une révolution majeure qu’Eric Tabarly avait imaginée au cœur des années 70. Les architectes, les bureaux d’études, les marins et leurs armateurs commettent des prodiges à lancer ces machines à près de 50 nœuds en mode vol. Si le grand public suit ces performances avec une acuité toujours plus grande, je demeure convaincu qu’il a la même acuité sur le degré de performance individuel des marins qui sont à bord. Le projet que nous nourrissons avec ce bateau fera se rencontrer, à budget très maîtrisé, ces deux histoires. Un bateau performant et marin qui s’inscrit dans son époque faite d’innovation mais aussi d’histoires flamboyantes, de performance mais aussi d’engagement, de technologie mais aussi de tradition ».


A propos de Brest Ultim Sailing : société fondée en 2018, elle a d’ores et déjà conçu, produit et géré Brest Atlantiques en 2019. La société ajoute, avec l’acquisition de ce trimaran, une nouvelle activité permettant à une ou plusieurs entreprises d’être le(s) partenaire(s) d’un trimaran à même de participer aux épreuves majeures de la course au large.