Trois navigatrices sélectionnées pour la première formation Leyton x The Magenta Project

Leyton, 14 September, 2017. Navigation

L’américaine Kass Schmitt, l’irlandaise Pamela Lee ainsi que la française Cassandre Blandin, seront les toutes premières navigatrices à profiter des formations Leyton x Magenta Project : Multihull for women initiées par Sam Goodchild.

Les 3, 4 et 5 mai, Sam Goodchild, skipper de l’Ocean Fifty Leyton et son équipe accueilleront les trois navigatrices à La Trinité-sur-Mer. Au programme de ces trois jours : une demi-journée de navigation qui permettra aux candidates de découvrir le trimaran et de se mettre dans le bain avant 24 heures en mer avec l’équipage mené par Sam Goodchild et deux ateliers animés par Samantha Davies (Initiatives Cœur) et Thomas Coville (Sodebo Ultim 3).
L’objectif de ce programme pensé par Leyton et son skipper est de favoriser l’accès des femmes à la course au large en multicoque en leur offrant la possibilité de naviguer à bord de Leyton. « Le programme a été réfléchi pour que l’on puisse passer du temps avec chacune des navigatrices présentes », explique Sam Goodchild. « C’est également pour cela qu’elles ne sont que trois par session. Nous voulons leur offrir une expérience de qualité où elles pourront échanger autant qu’elles le veulent avec nous et découvrir le multicoque lors de navigations longues et complètes. »

Au total, 34 femmes de 9 nationalités ont postulé pour participer à ce programme inédit mis en place par Leyton et le Magenta Project. Le jury* a alors présélectionné 15 dossiers puis a choisi de retenir Pamela, Cassandre et Kass, toutes trois extrêmement motivées pour ajouter une expérience en trimaran à un CV, pour certaines, déjà bien rempli.**

Ce sera, pour la plupart des femmes retenues cette année, une grande première en navigation à bord d’un multicoque. « Malgré mon expérience hauturière en monocoque et ma volonté de faire du multicoque », explique Pamela Lee, « je n’avais jusqu’à aujourd’hui trouvé aucun moyen d’acquérir de l’expérience sur ces bateaux ou aucune occasion de naviguer avec un skipper qui a l’expérience et l’expertise de Sam. Et je ne parle même pas de naviguer au large avec lui ! »

Cassandre Blandin complète : « Cette session va nous permettre d’obtenir des clés et une première approche quant à la création d’un projet multicoque : logistique, fonctionnement d’une équipe technique et maitrise d’une telle machine, etc. C’est également l’occasion de rencontrer d’autres femmes qui partagent ce même engouement afin d’espérer, plus tard peut-être, monter des projets communs. »

Kass Schmitt, très admirative du parcours de Sam Goodchild, conclut : « Il m’a toujours impressionné par son approche et son attitude – il est déterminé à apprendre de tout et de tous ceux avec qui il passe du temps sur l’eau, quel que soit l’objectif ou la discipline. Cela a fait de lui l’un des marins les plus complets et les plus expérimentés de sa génération. En regardant son palmarès, il est facile d’oublier les revers qu’il a rencontrés en cours de route, mais sa ténacité et la manière dont il a géré tout cela sont vraiment inspirantes. »

Les formations Leyton x Magenta sont ouvertes à toutes les navigatrices qui souhaitent s’engager dans la course au large, notamment en multicoque.
Deux autres formations sont programmées pour les mois de juillet et septembre, en Méditerranée et au Royaume-Uni.

DÉCLARATIONS

Caroline Villecroze, directrice du Leyton Sailing Team et directrice marketing, communication et RSE du groupe Leyton : « nous sommes ravis de l’engouement autour de ce projet. Nous avons reçu plus de 30 candidatures avec des profils de navigatrices très talentueuses. Nous souhaitons leur donner accès aux multicoques pour que demain, il y ait plus de choix de navigatrices, sur notre bateau ou sur d’autres, mais aussi pour qu’elles puissent monter leur propre équipage. La mixité et l’inclusion font partie des valeurs intrinsèques de Leyton. Nous voulons et nous devons continuer à les promouvoir au sein du cabinet et de son écosystème. »

Elodie-Jane Mettraux, The Magenta Project : « les trois candidates sélectionnées pour ce premier stage en Ocean Fifty ont un attrait marqué pour la navigation au large. Ce sera une superbe occasion pour chacune d’augmenter leurs compétences. Nous sommes ravis de les accompagner avec le Magenta Project et Leyton. Les trois navigatrices aux parcours hétéroclites vont pouvoir rencontrer deux icônes de la course au large que sont Samantha Davies et Thomas Coville. Samantha viendra partager son expérience du large en solitaire et Thomas sa connaissance pointue de la navigation au large en multicoque à la fois en équipage et en solitaire. »

À PROPOS

  • Composition du jury : Caroline Villecroze (directrice du Leyton Sailing Team), Elodie-Jane Mettraux (The Magenta Project), Abby Ehler (The Magenta Project), Sam Goodchild (skipper Leyton), Aymeric Chappellier (team manager Leyton Sailing Team), Marion Laferriere (Communication Leyton)

** Les candidates :

Cassandre Blandin,
30 ans, Française :

Cassandre débute la voile en Optimist aux Sables d’Olonne et poursuit une carrière olympique en dériveur double (420 puis 470). Remplaçante pour les JO de Rio, elle obtient la médaille de bronze lors de la coupe du Monde en 2017 et est 5edu classement mondial cette même année avec Aloïse Retornaz, son équipière. En 2018, elle quitte le circuit olympique pour le circuit Figaro et intègre le duo mixte créé par Marc Guillemot pour participer à la Solitaire Urgo le Figaro.

Kass Schmitt, 52 ans, Américaine :

Katherine « Kass » commence la voile à l’université sur le lac Mendota dans le Wisconsin. Après un déménagement à Londres, elle se tourne plutôt vers l’art et le punk rock et délaisse la voile pendant plus d’une dizaine d’années. Une transat entre les Canaries et le Brésil et la rencontre avec son compagnon Rupert vont la réconcilier avec ce sport. Ensemble, ils parcourent plus de 15 000 milles. Depuis 2013, Kass poursuit un objectif : gagner et être la première Américaine à terminer la course OSTAR (sorte de Transat Anglaise pour les bateaux de 60 pieds et moins).

Pamela Lee, 32 ans, Irlandaise :

Après des débuts en dériveur en Irlande et un diplôme de monitrice en poche, Pamela déménage à Sydney et découvre la course au large via la Sydney-Hobart. Elle enchaîne ensuite les compétitions en Europe avant de se tourner vers le circuit Figaro qu’elle intègre en 2020 en tant que préparatrice. En octobre de la même année, elle bat le record du monde de vitesse en double autour de l’Irlande avec Catherine Hunt en Figaro Bénéteau 3.