SailGP. Victoires des Australiens à Chicago, première victoire de manche des Français

L’équipe australienne de SailGP continue sa domination sur cette saison 3 de SailGP, victorieuse à Chicago devant la Grande-Bretagne et le Canada. Les Français terminent 5e. Un bilan encourageant avec une première victoire de manche.
 
L’Australie semblait sur le point de rater sa première finale depuis le Grand Prix de France de voile à Saint-Tropez en septembre dernier – après une dernière place lors de la deuxième journée d’ouverture – mais a remporté la deuxième course de la journée et a devancé la Nouvelle-Zélande de Peter Burling d’une place en finale. Slingsby a ensuite mené l’Australie à une cinquième victoire finale consécutive en SailGP alors qu’il menait du début à la fin dans la finale à trois bateaux. 
Slingsby a déclaré: «Notre équipe est vraiment bonne sous pression, je l’ai toujours su, mais c’est bien pour eux d’être reconnus pour cela et pour tout le monde de voir à quel point ils sont incroyables. Je sais que si nous avons une situation de haute pression, l’équipe sera performante. “

Une première journée dominée par les Canadiens, mauvaise journée pour les Français

Après une première journée avec du vent qui forcissait, les Canadiens et Britanniques ont dominés la course. L’équipe Canadienne SailGP de Phil Robertson et Phil Draper ont été les plus percutants. Ce fut une journée à oublier pour l’équipe locale l’équipe US SailGP de Jimmy Spithill qui terminait dernier avec les Français après des mauvais départs.

- Publicité -

Face au Navy Pier, les 9 équipages ont dû composer avec une zone de départ inhabituelle, proche de l’entrée du port de Chicago, formée par un étroit passage entre deux digues. Il fallait choisir entre ce passage pour partir bien lancé de l’extérieur du port ou une zone beaucoup plus proche de la ligne de départ qui imposait un démarrage tonique pour prendre de la vitesse rapidement. Français, Néo-Zélandais, Suisses et Canadiens ont choisi l’option extérieure sur la première manche pendant que le reste de la flotte démarrait de l’intérieur du port. Bien lancés, les Canadiens prenaient le meilleur départ derrière les Néo-Zélandais et devant les Anglais pendant que les Australiens et les Français s’élançaient un peu en retrait. Peter Burling et son équipage parvenaient à conserver la tête de la flotte sur ce court format bouclé en juste un peu moins de 11 minutes. Les Anglais et les Danois se plaçaient respectivement 2e et 3e pendant que les Français, à la lutte avec les Américains à l’arrière de la flotte pendant toute la manche, fermaient la marche.La deuxième manche voyait les Canadiens prendre à nouveau un excellent départ. Grâce à la vitesse la plus élevée de la flotte, ils franchissaient la première marque en tête devant les Australiens et les Espagnols. Plus rapides, Phil Robertson et son équipage se montraient également les plus habiles à trouver les trajectoires les plus courtes tout en limitant le nombre des manœuvres. Une équation gagnante que ne parvenaient pas à trouver les bateaux à l’arrière de la flotte. Parmi eux, les Français qui passaient cette deuxième manche en bas du classement à la lutte avec les Américains qu’ils réussissaient à coiffer d’une seconde sur la ligne d’arrivée ! Une ligne d’arrivée franchie en premier par des Canadiens rapides et dominateurs, devant des Australiens consistants et des Anglais toujours placés.

La troisième manche était une nouvelle occasion pour les Canadiens de faire la démonstration de leur grande forme, impressionnante si l’on considère que beaucoup de membres de ce nouvel équipage découvrent le circuit SailGP. Particulièrement stables sur leurs foils, même dans le clapot désordonné du bas du plan d’eau, Phil Robertson et son équipage ne laissaient aucune chance à leurs adversaires, même les plus aguerris tels l’Anglais Sir Ben Ainslie, 2e de cette dernière manche ou l’Australien Tom Slingsby, double vainqueur des deux premières saisons. Les Français s’offraient une dernière manche plus enthousiasmante avec une belle remontée qui les faisait passer de la dernière place à la 6e. Un résultat malgré tout insatisfaisant pour Quentin Delapierre, le pilote de l’équipage tricolore. « Je suis très déçu » avouait le skipper. « Je n’ai pas su bien me défendre sur les départs, notamment contre les Canadiens. Il faut que je sois plus agressif les prochaines fois. A cela il faut ajouter la difficulté particulière de cet acte de Chicago qui nous fait naviguer sur un parcours très compact qui rend la régate très dense. C’était vraiment chaud. Il fallait vraiment être hyper concentré et en mesure de réagir très vite. Je n’avais encore jamais navigué sur un plan d’eau aussi restreint. Je suis vraiment fatigué ce soir… Mais le point positif de cette journée reste notre remontée sur la dernière manche du jour où nous sommes partis derniers. Nous avons réussi à doubler quelques bateaux, ce que nous aurions été incapables de faire il y a peu ».

Autre fait marquant du jour pour les Français, c’était la première participation d’Aloïse Retornaz qui gardera un souvenir incroyable de cette première expérience américaine : « c’était chaud, une première pour moi à 4 en entraînement hier et à 6 en configuration “normale” aujourd’hui en course, sur une zone de parcours minuscule, avec 9 bateaux à des vitesses de malade devant la skyline de Chicago. C’était super beau, hyper impressionnant avec un public en folie. J’avais presque envie de fermer les yeux, j’avoue que j’ai eu peur, c’est la première fois que je vivais ça. »

Deuxième Journée, victoire de manche pour les Français
Après une première journée difficile , Quentin Delapierre et son équipage mixte ont débuté cette seconde journée de confrontation par leur première victoire de manche en F50 ! Une belle place de 4e dans la foulée les a fait remonter significativement au classement général provisoire de la saison 3 de SailGP : ils passent de la 8e à la 6e place ! Les grands gagnants de cette journée disputée dans des vents très légers sont une fois encore les Australiens. Les Canadiens, dominateurs sur ce Sail Grand Prix de Chicago n’ont pas réussi à s’imposer lors de la Grande Finale et terminent deuxièmes devant les Anglais.

Démarrée en douceur dans des vents très légers (17 km/h soit moins de 10 nœuds), cette deuxième journée de confrontation sur les eaux du lac Michigan a imposé l’utilisation de l’immense aile de 29 mètres introduite l’année dernière au France Sail Grand Prix de Saint-Tropez. Auteurs d’un bon premier départ, les Français ont rapidement empanné après la première marque de parcours pour aller chercher du vent frais et se sont rapidement retrouvés aux avant-postes, à la lutte avec l’équipage suisse habitué aux vents légers. Hyper concentrés, Quentin Delapierre et son équipage sont parvenus à tirer leur épingle du jeu dans cet exercice d’équilibre accentué par la portance moindre de l’eau douce sur les foils des F50 qui ont atteint lors de cette première manche des vitesses impressionnantes, trois fois supérieures à celle du vent ! Très rapides, les Français ont également choisi la meilleure partie du plan d’eau et ont fini par l’emporter ! Dans leur sillage immédiat, les Canadiens assuraient leur place en finale devant les Anglais, pendant que les Australiens finissaient bons derniers.

Malgré cette belle prise de confiance, Quentin Delapierre et son équipage ont attaqué la deuxième manche avec un départ sous le vent, qui les a quelque peu ralentis et derrière une flotte très agressive emmenée par les Australiens. Les tricolores parvenaient cependant vite à remonter en milieu de flotte malgré un vent erratique qui empêchait tour à tour les F50 de voler. Dans le sillage des Australiens intouchables sur cette dernière manche qualificative pour la Grande Finale, vainqueurs devant les Canadiens, les Français terminaient 4e après une belle bagarre avec les Américains.

Qualifiés de justesse pour la Grande Finale, Tom Slingsby et ses compatriotes australiens prenaient le meilleur départ de la manche ultime du Sail Grand Prix de Chicago et finissaient, une fois encore, par s’imposer devant les Canadiens qui devançaient cette fois les Anglais à la différence de la Grande Finale des Bermudes. Il va falloir compter avec le duo Phil Robertson / Chris Draper et son équipage sur cette troisième saison du circuit SailGP ! Côté Français, il y a du bon et du moins bon mais la confiance est clairement en train de grimper et cette victoire dans les petits airs donnait la banane à Quentin Delapierre à son retour à terre. « Ça reste qu’une seule victoire mais ça fait du bien à tout le monde. Je suis content car c’est un peu ce que j’attendais pour valider cette énergie dans l’équipe, tout le travail qu’on a mis en place. Ça fait plaisir de voir l’équipe qui souffle un peu et qui voit que le travail paie et qu’on va dans la bonne direction. Il faudra réussir à garder le même état d’esprit, qu’on fasse de bonnes ou mauvaises journées, pour arriver à être plus constants », expliquait le jeune pilote du bateau tricolore.

Un constat plein de mesure qui contrastait avec la joie pleine de fraîcheur d’Aloïse Retornaz dont c’était le premier Sail Grand Prix. « C’était vraiment trop cool ! Beaucoup de plaisir, surtout pour toute l’équipe. On était tous les six bien ensemble dans le bateau, on a pris le temps de bien poser les choses. Quentin était assez fixé sur son objectif sur le départ donc c’était bien de réussir à valider ça. Une fois qu’on avait pris le bon départ, ça nous a mis en confiance pour la suite. Ensuite on a réussi à tirer les bons bords. Il y avait de beaux coups à jouer avec le vent. C’était super, j’ai appris plein de choses. Finalement c’était hyper intéressant de ne pas avoir eu beaucoup de vent parce qu’il y a eu beaucoup de moments où on a travaillé la configuration à 4 à bord aussi donc c’était très enrichissant, » déclarait la jeune médaillée de bronze aux Jeux Olympiques de Tokyo en 470.

L’équipe française termine donc ce Sail Grand Prix de Chicago sur une note positive, une victoire qui va raisonner fort dans le cœur d’un équipage qui a montré aujourd’hui qu’il pouvait gagner.

1 // Australie // 10 points
2 // Canada // 9 points
3 // Grande-Bretagne // 8 points
4 // Nouvelle-Zélande // 7 points
5 // France // 6 points
6 // Danemark // 5 points
7 // Espagne // 4 points
8 // États-Unis // 3 points
9 // Suisse // 2 points

Les résultats des courses individuelles sont disponibles sur SailGP.com/results .

CLASSEMENT DU CHAMPIONNAT SAILGP SAISON 3 (après deux épreuves) //
1 // Australie // 20 points
2 // Canada // 17 points
3 // Grande-Bretagne // 17 points
4 // Nouvelle-Zélande // 12 points
5 // Danemark // 12 points
6 // France // 9 points
7 // États-Unis // 9 points
8 // Espagne // 8 points
9 // Suisse // 4 points