SailGP. Collisions multiples, baleine, les Australiens s’imposent dans la finale

Australia SailGP Team helmed by Tom Slingsby celebrate their victory in the Grand Final on board their F50 on Race Day 2 of San Francisco SailGP, Season 2 in San Francisco, USA. 27th March 2022. Photo: Thomas Lovelock for SailGP. Handout image supplied by SailGP

La Grande Finale a San Francisco a été décevante faute d’un vent bien établi et d’une retransmission loupée en manque de plans aériens. Les Français terminent bon derniers

Sans surprise, les Australiens, Japonais et Américains se sont retrouvés pour la grande finale à 3 et ce sont à nouveau les Australiens qui gagnent et décrochent le million de dollars. Déjà vainqueurs de la saison 1 en 2019, Tom Slingsby et son équipe ont remporté 5 des 8 actes de la saison 2, dont celui de San Francisco ce week-end. On attendait du grand spectacle de cette Finale qui s’annonçait superbe dès le premier départ avec des bateaux bords à bords à la fin du premier bord de portant. Hélas, une baleine sur la plan d’eau est venue arrêter la course. Et le temps que celle-ci parte au large, au bout de 20 minutes, il n’y avait presque plus de vent et aucun hélicoptère pour offrir un point de vue aérien d’une nouvelle course qui était lancée. Dès le départ on comprenait que les Australiens parvenaient à foiler et à s’envoler alors que les deux autres étaient à la peine. La course était déjà jouée au départ. Dommage.

- Publicité -

Les deux courses précédant la Finale ont donné lieu à quelques colissions spectaculaires. Entre les Américains et les Espagnols puis entre Français et Kiwis. Des chocs heureusement sans gravité. Dès la première manche du jour, les Australiens se sont montrés très à l’aise et ont passé la première marque en tête devant les Américains, qui semblaient beaucoup plus en forme qu’hier. Les Danois ont confirmé leur légitimité aux avant-postes et se sont positionnés d’entrée en troisième position. Malheureusement, l’instabilité du vent a obligé l’organisation à annuler cette première manche. Un nouveau départ a permis aux Américains de prendre cette fois-ci les commandes, suivis de près par les Espagnols. D’un peu trop près même puisqu’à la première marque sous le vent, le bateau rouge et jaune est entré en collision avec le bateau américain, endommageant l’arrière du F50 de Jimmy Spithill. Heureusement, les dégâts ne sont pas structurels. Seul un élément de tableau arrière recouvrant le safran bâbord est endommagé. Les Espagnols ne s’en sont pas aussi bien sortis en abimant sérieusement leur étrave tribord, les obligeant à abandonner. Les Néo-Zélandais en ont profité pour remporter cette première manche devant les Australiens et les Anglais. Les Français se sont hissés à la quatrième place.

Collision spectaculaire pour les Français

Quentin Delapierre et son équipe ont attaqué la seconde manche du second jour de course avec un bon départ derrière les Australiens décidément très en forme. Mais le bord de portant a été le théâtre d’une nouvelle collision. Lancés à pleine vitesse, les Anglais, prioritaires, fonçaient vers les marques sous le vent. Sur leur trajectoire, les Français s’apprêtaient à passer derrière les Britanniques quand les Néo-Zélandais, avec qui ils naviguaient bord à bord, semblaient ne pas les avoir vus et sont montés sur leur flotteur bâbord, sans blesser personne, heureusement… Déstabilisé, l’équipage tricolore n’est pas parvenu à revenir et c’est une fois encore les Australiens qui se sont imposés devant les Anglais, les Néo-Zélandais et les Japonais.

Il y a une super collaboration au sein de l’équipe, tout le monde a envie d’avancer, explique Quentin Delapierre. Sur la première manche du jour, on a la sensation d’être à notre place. C’est super positif. On a hâte d’être aux Bermudes, de commencer la saison 3, de continuer à bosser et progresser pour faire rêver les gens qui nous soutiennent. SailGP c’est tellement fabuleux qu’on a envie de s’arracher. Sur 5 départs, on en prend 4 bons. C’est ce qu’on a beaucoup travaillé et ça fonctionne donc c’est rassurant et coché en vue de la saison 3. Après, on ne va pas se mentir, tout le reste est très frustrant pour la simple et bonne raison qu’on a fait une très bonne semaine à l’entraînement. Les périodes d’apprentissage sont faites de hauts et de bas, mais on n’est pas loin donc on s’accroche.

Grande Finale reportée

Les courses en flotte terminées, c’était le moment de la Grande Finale. Celle qui allait désigner le vainqueur de la saison 2 de SailGP. Dans un vent qui s’essoufflait, Jimmy Spithill a, malgré son bateau blessé, retrouvé toute l’agressivité qui le caractérise dans les moments de haute tension où il n’y a plus rien à perdre. Il n’a cessé de le répéter : “seule la Grande Finale compte aujourd’hui”. Son audace a payé puisqu’il est parvenu à pousser les Japonais à la faute en les obligeant à sortir des limites de la zone de course pendant que les Australiens grillaient le départ et prenaient eux aussi une pénalité. Les Américains ont donc pris la tête de cette grande finale, mais le vent capricieux a obligé les trois bateaux à se poser sur l’eau. Tom Slingsby et son équipage ont été les plus rapides à redécoller et semblaient s’envoler vers la victoire, quand, nouveau coup de théâtre, une baleine s’est invitée sur la zone de course. Pour la sécurité de cette zone et selon le protocole de SailGP mis en place pour la protection des mammifères marins dans la baie de San Francisco, la Grande Finale a dû être abandonnée…

Les Australiens restent maîtres du circuit SailGP

Il a fallu attendre une heure pour que le comité de course puisse redonner un départ, dans un vent toujours plus faible. Les Australiens, premiers à réussir à décoller dans les petits airs, se sont envolés vers la victoire pendant que les Américains et les Japonais, au contact, sont restés en mode archimédien. Quand Jimmy Spithill est parvenu à décoller avant les Nippons, les Australiens étaient déjà à la bouée sous le vent et se montraient très supérieurs en vitesse (25 nœuds contre 15). Le vent erratique a joué avec les nerfs des équipages qui peinaient à maintenir le vol. Au jeu subtil du redécollage, ce sont finalement les Australiens qui se sont montrés les plus performants, malgré un bon retour de Nathan Outteridge, connu pour son aisance dans les vents évanescents. Tom Slingsby et son équipage conservent leur titre pour la deuxième saison consécutive… Et empochent le million de dollars !


CLASSEMENTS
Mubadala United States Sail Grand PrixRÉSULTATS SAILGP SAISON 2

1- AUSTRALIE / Tom Slingsby / 65 pts
2- JAPON / Nathan Outteridge / 59 pts
3- ÉTATS-UNIS / Jimmy Spithill / 58 pts
4- GRANDE-BRETAGNE / Ben Ainslie / 50 pts
5- NOUVELLE – ZÉLANDE / Peter Burling / 47 pts
6- DANEMARK / Nicolai Sehested / 45 pts
7- ESPAGNE / Jordi Xammar / 42 pts
8- FRANCE / Quentin Delapierre / 39 pts

RÉSULTATS UNITED STATES SAIL GRAND PRIX I SAN FRANCISCO

1- AUSTRALIE / Tom Slingsby / 33 pts
2- GRANDE-BRETAGNE / Ben Ainslie / 29 pts
3- JAPON / Nathan Outteridge / 26 pts
4- DANEMARK / Nicolai Sehested / 22 pts
5- NOUVELLE – ZÉLANDE / Peter Burling / 21 pts
6- ÉTATS-UNIS / Jimmy Spithill / 14 pts
7- FRANCE / Quentin Delapierre / 13 pts
8- ESPAGNE / Jordi Xammar / 9 pts