RORC Transatlantic Race. 30 bateaux en course

La course de 3 000 nm partie avec des conditions de vent idéales de Lanzarotte vers Grenade le 8 janvier dernier compte 256 marins de 27 pays différents et 30 bateaux.

- Publicité -

Après une première journée marquée par l’approche d’un système dépressionnaire, émanant de la Nouvelle-Écosse, contraignant les équipes a trouver le bon positionnement, les concurrents ont rapidement progressé vers l’ouest emmenés par les multicoques et le MOD70 PowerPlay qui devance Argo et Maserati. Ils sont déjà à mi-course. Derrière le Maxi Comanche vise de battre le record de la course. A noter la présence de plusieurs équipages français dont l’Ange de Millon de Jacques Pelletier représentant le Yacht Club de France, Lady First3 , Tonnerre de Glenn, GDD, Challenge Ocean, Eugenia V, Faiaoahe.

MOCRA
Le MOD70 PowerPlay (CAY) de Peter Cunningham mène la course après avoir parcouru 569 milles au cours des 24 premières heures. Le MOD70 Argo (USA) de Jason Carroll est à 24 milles de PowerPlay et le Multi70 Maserati (ITA) de Giovanni Soldini est troisième, à 48 milles du leader. PowerPlay est le plus avancé des trois en direction ouest, mais se positionne également au sud du groupe, ce qui exagère légèrement son avance.

Ultim Emotion 2 a envoyé l’équipage en l’air pour résoudre un problème technique avec la drisse principale mais est de retour dans la course © Ultim Emotion 2

Un peloton de trois multicoques est désormais à l’ouest de Funchal et emprunte une route plus au nord que les leaders. L’Ultim Emotion 2 d’Antoine Rabaste a signalé qu’ils ont dû aller sous le vent d’une île pour régler un problème avec leur drisse de grand-voile (voir photo, à gauche), mais l’équipe est de retour dans la course et va bien. Gunboat 68 Tosca (USA), co-skipper par Ken Howery et Alex Thomson se porte bien. Le membre d’équipage Patrick Condy rapporte :

« Bien s’installer et accélérer. Ken Howery mène le score de vitesse maximale – 26,1 nœuds ! Pas très chaud à bord et ne fait que se refroidir plus au nord.

IRC SUPER ZÉRO
Le Maxi Comanche (RUS) à quille pendulaire de 100 pieds a pris une avance de plus de 60 milles dans la flotte des monocoques. Comanche a parcouru 448 milles au cours des 24 premières heures, bien dans le rythme record de la course. Plus au nord que Comanche, le Volvo 70 L4 Trifork (DEN) est engagé dans une bataille avec le Volvo 70 I Love Poland (POL). Les deux équipes ont enregistré des vitesses de plus de 20 nœuds.

IRC ZÉRO
Botin 52 Caro (CH) de Max Klink est en tête, mais de justesse. Le Botin 56 Black Pearl (GER), barré par Stefan Jentsch, et le Botin 52 Tala (GBR) de David Collins sont en formation de chasse de 50 pieds, déferlant à travers les vagues de l’Atlantique sur une large portée. Il ne fait aucun doute que les sourires de l’équipage sont plus larges que la distance entre ces trois-là. Après correction du temps IRC, Caro mène la classe et la course au général, mais il est très tôt dans la course pour faire des pronostics.

IRC UN
Une forte divergence d’opinion a provoqué le premier grand jeu en IRC One, la flotte étant divisée sur la décision à Tenerife. L’Oyster 48 Scarlet Oyster (GBR) de Ross Applebey, le Milon 41 L’Ange De Milon (FRA) de Jacques Pelletier et le JPK 10.10 Jangada (GBR) de Richard Palmer sont alignés pour traverser le sommet de Tenerife. Pendant ce temps, le Lombard 46 Pata Negra (GBR) d’Andrew Hall mène un groupe de bateaux alignés pour courir vers le sud.

Le nord semble être l’appel gagnant jusqu’à présent, car le groupe a profité d’une bonne brise. Les équipes à l’ouest de Tenerife semblent avoir calé dans l’ombre du vent de l’île. Cependant, la stratégie à long terme peut encore favoriser les bateaux du sud, comme l’explique Chris Jackson depuis le Pata Negra :

« En regardant la piste extrême nord, cela nous semble très inconfortable et aussi risqué d’avoir une route au sud plus tard dans la course, bien sûr cela pourrait changer. Nous nous rapprochons de la ligne de rhumb, ce qui, espérons-le, nous donnera une meilleure route vers le sud plus tard. »