Pro Sailing Tour. Leyton vainqueur du Défi 24 Heures

Pro Sailing Tour 2021 Episode 3 Las Palmas Copyright : Pro Sailing Tour / Jacques Vapillon de Gran Canaria

L’Ocean Fifty Leyton mené par Sam Goodchild confirme qu’il reste encore bien difficile à battre même si son équipage du btiller ferme devant Arkema 4. Toujours très incisif, seule la perte de son gennaker, tombé dans l’eau, a freiné le trio du trimaran médocain dans son élan.

Auteur d’un début de course parfait et très inspiré à l’heure de déjouer les très redoutés évents de Maspalomas dans le Sud de Gran Canaria, l’équipage de Quentin Vlamynck (Arkema 4) n’a pas pu maintenir la cadence imposée par son coriace concurrent. Entre ces deux équipages qui avaient fait le break avant de boucler le tour de Gran Canaria, tout s’est donc joué dans l’obscurité de la nuit, au passage entre les îles de Lanzarote et de Fuerteventura. Dès lors, à l’heure de hisser le gennaker, Leyton, crédité d’une meilleure vitesse, prend l’ascendant, d’autant qu’Arkema 4 avait perdu cette précieuse voile d’avant taillée pour les allures portantes ! Le Britannique finit par s’imposer avec une heure et 45 secondes d’avance sur son tenace poursuivant au terme des 303 milles de ce parcours très technique, obligeant les équipages à user autant de leurs réflexes tactiques que de leur bon sens marin. Déjà en tête au classement général provisoire du Pro Sailing Tour après les deux premiers épisodes brestois et rochelais, l’équipe de Sam Goodchild, fort des points engrangés grâce à cette victoire offshore valant coefficient trois, confirme son leadership.

Un record « pimiento picante » pour Arkema 4

Au passage, l’équipage d’Arkema 4, qui s’entraine régulièrement à Gran Canaria, pulvérise son propre record en bouclant le tour de l’île en 7 h 55 contre 10 h 22 en 2019. Les Médocains, devenus Canariens d’adoption, ont su déjouer les pièges des dévents propres à l’archipel qui viennent ajouter un peu de « pimiento picante» dans chaque tentative de record.

Derrière ces deux premiers bateaux, c’est à l’équipage de Primonial mené par Sébastien Rogues que revient le droit de compléter le podium du Défi 24 Heures de Las Palmas de Gran Canaria après une bataille acharnée avec Erwan le Roux (Ciela Village). Rappelons que deux bateaux sur les sept engagés, The Arch (Armel Tripon-Benoît Marie) et Groupe GCA 1001 Sourires (Gilles Lamiré), ont dû abandonner en raison de problèmes techniques cette course offshore. Ils sont néanmoins tous les deux attendus dès demain pour les parcours construits et côtiers au grand spectacle garanti.

RDV demain et dimanche pour la suite des régates

Demain et samedi, la Direction de course a concocté quatre à cinq manches par jour. Un parcours côtier conduira la flotte des Ocean Fifty devant la plage de Las Canteras, au nord l’ouest de l’île, où ils devraient disputer deux à trois manches rapides et techniques, au contact, avant un dernier parcours côtier au nord de l’île. Deux journées qui s’annoncent intenses, dans un vent établi de 15 nœuds : les équipages devront se montrer engagés et endurants pour espérer décrocher la timbale canarienne. Le jeu reste ouvert !

Réactions au ponton du Club Maritimo Varadero :

Sam Goodchild, skipper de Leyton : « C’était sport ! On est tous bien trempés. De l’aéroport jusqu’au Nord de Fuerteventura, c’était très serré avec Arkema 4. On pouvait presque se parler d’un bateau à l’autre. Puis on s’est un peu détaché, on pense qu’ils ont eu un problème parce que ce n’est pas dans leur habitude de nous laisser partir aussi facilement. On a tout eu, de zéro à 36 nœuds de vent, on a sorti toute la garde robe avec des pointes à zéro nœuds et d’autres à 35 nœuds. Il faut rester très vigilant dans ces conditions très changeantes. Ces bateaux qui accélèrent brutalement sont vite dangereux. Dans ces moments, il ne faut pas perdre de vue que ce n’est pas là qu’on peut gagner, mais que c’est là qu’on peut facilement tout perdre. »

Quentin Vlamynck, skipper de Arkema 4 : « Tomber dans le dévent en premier, ce n’est jamais facile. On a toujours gardé du vent sur le tour de Gran Canaria. À un moment donné, on a vu qu’il y avait beaucoup plus d’air sur notre droite, on y est allé, ça a payé. Cela nous a permis d’être dans les temps pour battre notre propre record de vitesse autour de l’île. Mais notre gennaker est tombé dans l’eau. Les sangles se sont arrachées au passage d’une vague dans la remontée autour de Grand Canaria dans 25/30 nœuds de vent. La course était terminée, mais on n’a rien lâché, avec l’objectif de limiter les dégâts. On a essayé jusqu’au bout, jusque dans le dernier dévent, dans lequel Leyton est resté un peu plus longtemps. À présent, on va se reposer et trouver une solution pour se procurer un voile de secours et se battre aux maximum sur le reste du week-end. »

Classement du Défi 24 Heures de Las Palmas de Gran Canaria (arrivées en heure locale)
1 / Leyton (Sam Goodchild, Aymeric Chappellier, François Morvan), arrivé à 7h28mn40sec
2 / Arkema 4 (Quentin Vlamynck, Lalou Roucayrol, Raphaël Lutard), à 8h29mn25sec
3 / Primonial (Sébastien Rogues, Matthieu Souben, Julien Villion), à 10h00mn54sec
4 / Ciela Village (Erwan Le Roux, Xavier Macaire, Alan Pennaneac’h), à 10h20mn34sec
5 / Solidaires En Peloton – ARSEP (Thibaut Vauchel-Camus, Corentin Douguet, Antoine Joubert), à 11h26mn30sec
Abandons :
Groupe GCA 1001 sourires (Gilles Lamiré, Phil Sharp, Pierre-Antoine Morvan) sur une série de pépins techniques
The Arch (Armel Tripon, Benoit Marie, Frédéric Moreau) en raison d’une grand-voile déchirée