Près de 150 bateaux attendus à Marseille

SNIM 2012
DR

La Nautique a décidé de mettre les petits plats dans les grands, en ouvrant un troisième rond, pour la première fois depuis bien longtemps. Pour plus de confort, plus de sécurité et plus de spectacle, les J80 et les SB20 navigueront entre eux, sur un rond dédié à la monotypie. La flotte IRC4 se retrouvera en rade sud, tandis que les IRC 1, 2 et 3 régateront en rade nord durant les quatre jours. Les grosses unités de cette édition délaisseront la rade nord, le samedi, pour croiser le fer sur la course de nuit, qui les emmènera à Porquerolles et retour.

- Publicité -

Le premier Soto 40 français est pour moitié espagnol et moitié français. Son propriétaire, Dominique Tian, s’est offert cette première moitié, avant de l’acquérir en totalité très prochainement. « C’est la première fois qu’on a un Soto 40 en France, explique-t-il. C’est un bateau dessiné par Javier Soto et fabriqué en Amérique du Sud, qui dispute des circuits sud américains et espagnols. » Il existe une trentaine de pièces dans le monde. « C’est une luge planante de douze mètres, très légère et très rapide, avec une surface de voile très raide et très puissante. Il est vraiment fait pour la compétition, analyse Coraline Jonet, équipière de Glen Ellen Ventidos et partenaire de glisse d’un certain Ernesto Bertarelli… Skippé par Nicolas Magnan durant la SNIM, il sera marqué de très près par les GP42 à l’occasion de sa première grande sortie.

Le projet J80 démarre…

« Notre venue sur la SNIM n’est ni un hasard, ni un one shot, » explique Xavier Dubos, l’un des responsables de la classe J80. La présence d’une quinzaine d’embarcations, dont un équipage entièrement féminin, est comme un avant goût du Mondial J80, qui se tiendra début juillet à Marseille.  Mais c’est surtout la première pierre d’un projet qui veut faire la part belle à cette classe, en  Méditerranée. « Même moi », sourit Xavier Dubos, « j’ai été surpris de me dire que l’on pouvait changer nos habitudes, et aller naviguer sur Marseille… » Si la flotte « marseillaise » ne peut décemment faire l’objet de la comparaison avec son homologue de La Trinité, « tout est mis en œuvre pour nous aider à lancer la classe en Méditerranée et l’ancrer à Marseille. »

Les championnats d’Europe de Barcelone en 2014, et surtout la création d’un circuit Méditerranée en 2014, dont la SNIM serait l’une des épreuves phares, doivent amorcer la pompe d’une longue aventure. Statistiquement, 200 bateaux ont au moins participé à une épreuve en France en 2012, et le 1500e J80 sortira des chantiers en avril.