Mixte offshore. Pierre Leboucher et Sophie Faguet remportent le Tour d’Italie

Sophie Faguet et Pierre Leboucher ont remporté la 1ere édition du Tour d’Italie, de Venise à Gênes, après 8 jours de navigation sans escale et sans assistance en Figaro Bénéteau 3. Sophie et Pierre ont rencontré toutes sortes de conditions avec 48 dernières heures musclées ! Ils ont franchit la ligne d’arrivée à Gênes après 8j 8h 27m 23s de navigation devant Team Softway (Pam Lee-Adreaa Fornaro) et Team Venezia Salone Nautico (Cecilia Zorzi-Alessandro Torresani).

A défaut de pouvoir faire la Transat Jacques Vabre en IMOCA en vue de porter un projet Vendée Globe sur lequel il travaille, Pierre Leboucher a emmené Sophie Faguet à Venise en Italie, non pas pour une escapade romantique, mais pour participer au premier Tour d’Italie. Une épreuve de course au large en double mixte sur des Figaros Bénéteau 3 que la société SSI EVents a louer pour 3 ans.

 » Je pensais que l’épreuve durerait 5 jours. On en a mis 8 finalement et c’était assez intense les dernières 48h. Je n’ai jamais rencontré de telles conditions en Figaro. Le bateau fourni par l’organisation heureusement a bien tenu. Les conditions météos bougent beaucoup en Méditerranée. Je suis assez content de ce que l’on a pu produire. On a eu 2 jours pour préparer le bateau, mettre de l’informatique à bord. J’avais amené un peu de matériel de spare qui nous a bien servi. On a eu quelques fuites sur les trappes de foils, une poulie de genak qui a cassé. On s’est pris très fort en vent. On avait pas de petit spi sur le bateau seulement un grand spi. Quand c’est monté à 40 ans, on a mis le genak. C’est monté à 50 nds; On a cassé les bouts de foils avec toute la charge du bateau à plus de 20 nds. On a affalé et on resté sous GV 1 ris et génois et là c’est monté à 55 nds. Le bateau se couchait sous vent arrière dans la nuit. On ne voyait rien. C’était assez chaud. ON a tout affalé et mis le tourmentin et c’est monté à 60 nds on a réussi a aller à 15,9 nds. La bateau a tenu. C’était rassurant. Je n’en avais jamais fait dans ces conditions.
C’est la course la plus longue en Méditerrané en terme de distance avec 1500 mn. On a fait un super binôme. Coté sécurité c’était un peu juste pour les organisateurs. Il nous manquait une pharmacie à bord. Sur le parcours on avait des restrictions de laisser 1 milles de distance avec les plateformes pétrolières et on ne pouvait pas se rapprocher des cotes à moins de 2 milles. On ne pouvait pas s’abriter au cas où. Le plateau était composé d’italiens, d’espagnols, d’autrichiens. C’était intéressant. Le niveau n’est pas celui de la Solitaire. On le voit avec els écarts. Ils ont tous bien navigué au début mais avec la fatigue, les fichiers météos qui changent, ils moins bien navigué après. C’est une belle épreuve après la saison.
« 

Pierre Leboucher et Sophie Faguet inscrivent leurs nom sur la première édition du Tour d’Italie.