Les multis 50 intéresseraient Le Blévec et Attanasio

Le nouveau multicoque 50 pieds Crêpes Whaou! de Franck-Yves Escoffier
DR

Le communiqué de la Class’50 Open prête à Yves Le Blévec un intérêt certain pour les multis de 50 pieds : "Yves Le Blévec et son skipper Actual sont à la recherche d’un programme de course au large pour les années à venir, un programme qui leur permette notamment de participer aux grandes classiques comme la Jacques Vabre et la Route du Rhum". Selon la Class’50 Open, le principal intéressé a commenté : "on voit tout de suite que ce sont des bateaux de courses et c’est important pour l’image des partenaires. Sans parler du plaisir de naviguer sur une coque à 25 noeuds. Or, les budgets sont dans nos cordes et maintenant il faut affiner les chiffres avant de s’engager." Yves Le Blévec a poursuivi : "L’intérêt des projets en Open, c’est qu’on peut fabriquer l’histoire du début à la fin". De la construction du bateau à la participation à la Route du Rhum 2010, par exemple, avec des bateaux qui sont prévus pour être opérationnels dès la saison 2009.
Cette démarche des multis 50′ intéresse aussi le figariste Romain Attanasio, navigateur la saison 2007 pour le Groupama de Franck Camas, qui cherche lui aussi une voie de développement pour les prochaines années, dans l’attente de l’éventuel renouveau de la classe Orma (qui elle, milite pour des trimarans de 70 pieds, ndr). "Les quelques places en Orma seront chères et la Class 50’Open représente un palier intermédiaire formateur en même temps qu’une véritable alternative sportive" a déclaré Romain Attanasio. De son côté, le navigateur malouin Victorien Erussard, lui, espère concrétiser prochainement le partenariat lui permettant la construction d’un bateau nouvelle génération toujours de 50 pieds.
Voilà les principaux échos d’une table ronde organisée par la Class’50 Open avec Bertrand Chambert-Loir, qui porte le projet chez Crêpes Whaou! et aimerait développer ce circuit en donnant une réelle concurrence au bateau éponyme de Franck-Yves Escoffier, via un véritable circuit dédié à ces multicoques de 50 pieds. Bertrand Chambert-Loir a expliqué : "cela représente une implication de 500 000 euros sur 5 ans, sachant que notre chiffre d’affaire est de seulement 30 millions d’euros, un certain nombre de PME peuvent elles-aussi devenir des acteurs du futur de cette classe si elles savent s’associer à des skippers professionnels, dont les compétences doivent savoir intégrer la gestion de projet."
Côté concepteurs et constructeurs, on a évoqué évidemment le cabinet d’architecture navale VPLP et le chantier CDK, puisque ce seraient eux qui "permettraient la mise en place la plus fiable et la plus rapide" pour les nouveaux projets" ; sachant que "d’autres projets multicoques 50’Open sont à l’étude avec quelques architectes de renom", précise le communiqué de la Class’50 Open.