Le retour de Mike Golding et Sébastien Josse

Mike Golding
Mike Golding

Du près, toujours du près… Jean Le Cam (Bonduelle) et Vincent Riou (PRB) progressent face au vent à 7 nœuds de vitesse moyenne sur la route. 177 milles parcourus sur 24 heures pour le premier, 151 milles pour le second, le vent d’est persiste et signe. La bonne nouvelle de la nuit, c’est justement de ne pas avoir eu de… nouvelles. La zone de glaces rencontrée hier est, peut-être, un mauvais souvenir puisque aucune autre présence d’icebergs n’a été signalée depuis plus de 12 heures.Chose intéressante : le retour de Mike Golding (Ecover) et de Sébastien Josse (VMI) sur le groupe de tête. En effet, d’une part Sébastien Josse a stoppé l’hémorragie de milles vis-à-vis de Mike Golding et limite son retard à 25 milles ce matin, d’autre part tous les deux sont revenus sur le groupe de tête pendant la nuit. Mike et Sébastien ont repris 30 milles ce matin sur le leader depuis hier soir 20 heures et ce n’est pas fini. En effet, le vent prend progressivement du sud pour les deux poursuivants alors que devant Jean et Vincent vont buter sur une zone de vents erratiques difficile à gérer. Et là, où il doivent pour le moment tirer des bords, derrière ils font route directe de plus en plus facilement… Les prochaines 36 heures pourraient offrir une belle opportunité pour revenir toujours plus au contact.« Après un peu de repos et de réflexion, j’ai décidé de poursuivre ma route de course normale. Un plan de travail est prévu pour réparer cette foutue bôme qui consiste à découper un petit bout de tangon et de l’ajuster ensuite pour l’utiliser comme insert afin de solidariser les deux morceaux et ensuite rigidifier par l’extérieur à l’aide de lattes de grand-voile dont j’ai un certain nombre de rechange. Cette réparation va me permettre de naviguer avec deux ris dans la grand-voile. C’est un moindre mal… ». Patrice Carpentier (VM Matériaux) a envoyé une longue lettre cette nuit à la Direction de Course expliquant la situation. Il continue ce et son Vendée Globe coûte que coûte même s’il se sait sur un cheval blessé. « Je considère que le Vendée Globe est une vraie et grande aventure pour tous ceux qui aiment la mer et la compétition. Comme dans toute aventure, il y a des moments difficiles où il faut puiser loin dans ses ressources. On dira que la mer le vaut bien ». Patrice se trouve ce matin à 646 milles dans le sud d’Albany en Australie.La meilleure performance du moment est une nouvelle fois pour Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec) qui a repris en 24 heures 130 milles sur le 5e, Dominique Wavre (Temenos). Jean-Pierre fait parler l’écume et affiche 363 milles parcourus sur 24 heures à 15 nœuds de moyenne. Il navigue sur la route dans un puissant vent de nord-ouest tournant nord. Il va également buter sur une étonnante langue anticyclonique située sous la Tasmanie qui distille côté ouest un vent de nord et côté est un vent de sud. A suivre…Source : Vendée Globe 2004